Situation tendue à la Direction des examens et concours (Dec):Le Pouvoir...

Situation tendue à la Direction des examens et concours (Dec):Le Pouvoir prend des mesures hardies

0
PARTAGER

Des gendarmes et un huissier sollicités pour arracher les clefs de la Dec à Ca-thérine Bio-Sarré. C’est le dernier développement dans le bras de fer qui l’oppose à Kakpo Mahougnon nommé pour la remplacer.

Ce qui se passe à la Direction des examens et concours pourrait révéler aux yeux de tous un affaiblissement de l’autorité. L’ex-patronne des lieux continue de s’opposer à la décision de son nouveau ministre de tutelle de la remplacer par son prédécesseur, prétextant d’une histoire de parallélisme des formes. Nommée Directrice des examens et concours sous Yayi Boni par un décret, Ca-thérine Bio-Sarré devra passer à la trappe au profit de Kakpo Mahougnon nommé par arrêté. Mais elle refuse de céder son fauteuil en arguant surtout qu’un arrêté ne peut prévaloir sur un décret. Malgré la médiation du ministre d’Etat, Secrétaire général à la présidence, Pascal Irénée Koupaki, elle n’a tou-jours pas changé de position et s’accroche à son poste. Dernier acte posé, il y a 48 heures, elle avait promis remettre les clefs de la direction au nouveau pa-tron désigné le samedi. La cérémonie devrait avoir lieu à 9 heures en présence d’un parterre d’invités et de curieux (syndicalistes, parents, amis, enseignants, journalistes). Mais, au grand désarroi de tous ceux-là, elle n’a pas daigné se présenter. Cathérine Bio-Sarré a défié une nouvelle fois l’autorité. Mais pour combien de temps encore ? Depuis ce samedi, la Gendarmerie a été instruite d’investir les locaux pour l’empêcher d’avoir accès à ses bureaux. Cette décision a été prise de commun accord avec un huissier de justice en présence du-quel les verrous des bureaux seront sautés ce lundi pour installer Kakpo Mahougnon dans ses nouvelles anciennes fonctions. Les vents ne sont pas favorables à Cathérine Bio-Sarré, pourtant déjà admise à faire valoir ses droits à la retraite. Il est important de rappeler qu’en vertu des dispositions de l’article 2 point 2 alinéa 3 de la loi n°86-014 du 26 septembre 1986 portant code des pensions civiles et militaires de retraite modifiée et complétée par la loi 2005-24 du 8 septembre 2005, les agents permanents de l’Etat civils ou militaires sont admis d’office à la retraite le premier jour du trimestre civil suivant celui au cours duquel ils atteignent ou sont présumés atteindre la limite d’âge qui leur est applicable. Qu’il nous souvienne qu’en janvier 2014, le ministre du Travail et de la Fonction publique, Martial Sounton, a pris un acte pour rappeler à tout agent qui satisfait à ces conditions sus-énumérées (qu’il soit agent nommé par décret ou par arrêté) de cesser leurs activités sans formalisme ni parallélisme des formes. Il ajoute que par ailleurs, le maintien en activité des agents retraités est subordonné à leur nomination à nouveau et sanctionné par un contrat de travail. Or , force est de constater que Cathérine Bio-Sarré, rem-plissant les conditions des dispositions de l’article 2 point 2 alinéa 3 de la loi n°86-014 du 26 septembre 1986 portant code des pensions civiles et militaires de retraite modifiée et complétée par la loi 2005-24 du 8 septembre 2005, n’a pas été nommée à nouveau dans ses fonctions. Il y a lieu de constater qu’elle s’accroche au poste dans l’illégalité.

FN

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE