Sit-in devant la Présidence de la République:Qui manipule les jeunes ?

Sit-in devant la Présidence de la République:Qui manipule les jeunes ?

1
PARTAGER

Après tous les coups possibles pendant la campagne électorale, c’est le moment de l’instrumentalisation des jeunes. Mais pour combien de temps encore ?
On est parti pour un premier bon coup politique contre l’actuel président Patrice Talon. En réalité, les nouveaux ‘’amis opposants’’ du Chef n’attendent que cela. Le Chef à la retraite et ses sbires rivaliseront d’ardeur chaque fois qu’ils ont les moyens pour distraire l’actuel régime.

Le jeu est tellement flagrant qu’il ne faudra pas aller par quatre chemins pour le comprendre. L’actuel Président n’a pas encore annulé ledit concours et déjà on assiège le Palais de la Marina. Pourtant en 2014, Yayi Boni, sous la pression des organisations et centrales syndicales, a annulé le concours frauduleux de recrutement au profit du Ministère des finances. Le chef de l’Etat d’alors, seul maître à bord de la barque, l’a fait sans qu’une brindille ne bouge. Pourtant, les mêmes agents dont les résultats ont été annulés dans le temps (puisqu’ils sont pour la plupart les proches des hommes forts de l’époque), n’ont pas éprouvé le besoin de faire une marche au Ministère du Travail pour exiger ce qu’ils exigent aujourd’hui. La curiosité, cette fois-ci, est que les intéressés n’ont pas trouvé nécessaire d’assiéger les ministères en charge des finances et de la fonction publique. Ils n’ont pas jugé utile d’assiéger la douane. Le seul lieu qui les a inspirés, c’est le Palais de la Marina. Ne pas faire l’effort de voir la main des amis d’hier dans ce jeu serait faire preuve d’une terrible méconnaissance des personnages, désormais nouveaux opposants. L’histoire nous renseigne que les mouvements d’humeur au Palais de la république remonte à plusieurs années. Depuis plus de dix ans, le palais n’a jamais été assiégé. Même les redoutables responsables de centrales et organisations syndicales n’ont jamais assiégé le palais par respect pour cette importante institution. La nouveauté qu’il faut envisager dans ces mouvements d’humeur sans doute provoqués, c’est la montée en intensité pendant les prochains jours de ces événements inédits. A ces groupes de frondeurs s’ajouteront d’ici-là les jeunes douaniers et autres agents donnant l’impression d’une crise grave. Les groupes de pression quant à eux, seront derrière la machine pour financer cette nouvelle filière qui sera animée par des jeunes qui, au fond, ne comprendront rien du grand coup politique pour lequel ils sont utilisés. Le plan de ‘’printemps arabe’’ de nos amis pourra commencer par prendre corps avec une montée drastique en intensité (Ce qui impressionne dans le jeu, c’est le message phare de mobilisation : ‘tuez-nous’’). Le régime sera obligé de recourir aux moyens forts. Et du coup, les commanditaires apparaitront au cours d’une conférence de presse pour parler. Ce qui se dira, tout le monde l’imagine déjà. « Yayi était un dictateur, nous en avons vu un de pire ». A défaut de semer le bordel, ce sont des jeunes qu’on veut utiliser. Pourtant on a parlé que de suspension.

AT


 

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. Mes frres, NE soyez pas dcourager ont n’a fait un mauvais choix en mettant a la tte de pays les gens qui pense uniquement a dtruire tout et mtre ce pays a genoux. Courage a vous Dieu voie tout il va nous pardonner nos pchs

LAISSER UN COMMENTAIRE