Silence du gouvernement dans l’affaire des cocaïnes : Joseph Djogbénou s’explique sans...

Silence du gouvernement dans l’affaire des cocaïnes : Joseph Djogbénou s’explique sans convaincre

1
PARTAGER

Le ministre de la justice a profité d’une sortie médiatique avec son collègue en charge du cadre de vie sur la suspension des travaux de construction du nouveau siège de l’Assemblée nationale pour expliquer le «silence» du gouvernement dans le dossier des « 18 kilos de cocaïne pure». C’était ce mardi 08 novembre 2016. Pour Joseph Djogbénou, l’exécutif respecte la séparation des pouvoirs et n’interviendra pas dans les dossiers judiciaires. «Le gouvernement considère aujourd’hui que toutes les fois que le processus judiciaire sera enclenché, il appartiendra aux autorités judiciaires d’informer l’opinion», a-t-il expliqué, sans pour autant convaincre les Béninois, qui sont restés sur leur faim. Car, au lendemain de l’arrestation de Sébastien Ajavon, il a été annoncé une conférence de presse du ministre de la justice. Elle n’a plus finalement eu lieu.Le gouvernement voulait donner des «clarifications» avant de garder son silence.

Cette sortie du ministre de la justice a permis aussi de comprendre qu’«il aura sans doute d’autres affaires» qui vont bientôt éclater dans la République. «Celles et ceux qui voudraient se mobiliser sur ces affaires ne demandent pas au Président de la République et au ministre de la justice d’intervenir», prévient le garde des sceaux.

Déclaration du ministre de la justice

«Je voudrais le dire à toutes et à tous, notre opinion publique. Je voudrais dire à tous les clergés possibles qu’à partir du moment où le circuit judiciaire est saisi et cela commence par les officiers de police judiciaire, le ministre de la justice intervient. Vous imaginez que de par ma formation, de par ma culture, resté silencieux est très douloureux. C’est une règle que nous nous sommes imposée et c’est une règle qui sera appliquée. Il aura sans doute d’autres affaires, que celles et ceux qui voudraient se mobiliser sur ces affaires ne demandent pas au Président de la République et au ministre de la justice d’intervenir. Vous qui êtes des journalistes, vous n’oubliez pas que dans un passé récent, l’on s'est préoccupé de l’intervention du ministre de la justice alors que des mandats ont été délivrés dans une affaire qu’on a qualifiée d’affaire de football. Le ministre de la Justice considère aujourd’hui et le gouvernement considère aujourd’hui que toutes les fois que le processus judiciaire sera enclenché, il appartiendra aux autorités judiciaires d’informer l’opinion. Cela ne veut pas dire que le ministre de la Justice n’a pas de prérogative. Il a, au plan de la procédure pénale, la faculté de donner des instructions. Sur ce plan, oui, nous pouvons davantage en donner. Et c’est le deuxième point sur lequel je voudrais insister. Sur les priorités en matière de justice pénale, les parquets seront sans état d’âme lorsqu’il s’agira de réprimer les crimes de sang, lorsqu’il s’agira de réprimer les atteintes contre les personnes vulnérables, les femmes, les enfants, lorsqu’il s’agira de réprimer la criminalité économique et lorsqu’il s’agira de réprimer le trafic de stupéfiant. Je veux vous dire très clairement que les instructions ont été données et je confirmerai ces instructions dans le sens de l’absence de tolérance sur ces instructions. Cela c’est la politique pénale du gouvernement. Chaque gouvernement a sa politique pénale et nous allons davantage asseoir cela et davantage mettre en place cette politique pénale. Pour le surplus, vous savez chaque affaire à son histoire. Vous êtes les historiens du quotidien et sur les grandes leçons à tirer, évidemment, il y a les spécialistes qui vont intervenir. Mais il me tenait à cœur, je m’attendais que vous me posiez quelques questions la dessus, je vous remercie de m’avoir entendu».

aCotonou

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE