Session ordinaire du Conseil municipal de Cotonou:Léhady Soglo face aux dossiers chauds

Session ordinaire du Conseil municipal de Cotonou:Léhady Soglo face aux dossiers chauds

0
PARTAGER

Le Conseil municipal de la ville de Cotonou se réunit en session ordinaire ce mercredi 21 septembre 2016. Selon des informations reçues des sources proches de certains conseillers municipaux, la session de ce jour s’annonce sur fond de tension. Le maire Léhady Soglo est toujours au cœur des critiques.
Trois situations pourraient perturber le déroulement normal de la session ordinaire du Conseil municipal de Cotonou qui a lieu ce jour. Il s’agit du vote d’un collectif budgétaire, de l’installation du conseiller Ali Camarou et de l’élection du successeur de Bruno Dossou, chef du deuxième arrondissement de la ville de Cotonou, déchu par la Cour suprême.

Parmi les points inscrits à l’ordre du jour, il y a principalement l’adoption d’un collectif budgétaire au profit de la Mairie de Cotonou. Certains conseillers joints au téléphone et qui ont requis l’anonymat estiment qu’il faut voir clair d’abord dans la gestion faite du budget primitif avant de faire un bonus au Maire. Ils ont émis des réserves par rapport au respect du code des marchés publics dans les procédures de passation des marchés à la Mairie. Ali Camarou, conseiller réhabilité par la Cour suprême, nous a confié hier qu’il attend son installation officielle pour s’adresser au maire par lettre ouverte. Il a émis des doutes sur le respect des recommandations faites en 2012 par l’Inspection générale des finances lors d’un audit effectué sur la gestion des ressources du Fonds d’appui au développement des communes (Fadec). L’ancien député Rb et désormais membre de l’Union fait la Nation entend demander des comptes au maire de la ville de Cotonou sur la situation de certains domaines publics situés dans le 13ème arrondissement de Cotonou à savoir : le domaine réservé au centre de santé d’Akogbato, le domaine réservé au lycée d’Akogbato, le domaine à boiser de Yémikoji, le domaine réservé au stade omnisport de Fidjrossè Gbodjètin, le domaine réservé au jardin public d’Akogbato etc…
Un conseiller élu sur la liste des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), contacté, n’a pas voulu nous dire sa position par rapport au vote du collectif budgétaire. Seulement, il a indiqué ne pas comprendre comment des accessoires peuvent dépasser des primitifs.

L’élection d’un nouveau Ca 2

A l’ordre du jour, il y a également l’élection du chef du deuxième arrondissement de Cotonou, en remplacement de Bruno Dossou, déchu par décision de la Cour suprême, suite à un recours formulé par Ali Camarou pour invalider son siège au profit de la liste Union fait la Nation. Le maire de la ville de Cotonou, malgré son opposition lors de la dernière session ordinaire, se verra dans l’obligation d’installer le conseiller Ali Camarou (Un) en lieu et place de Bruno Dossou (Rb-Rp). L’élection d’un nouveau chef d’arrondissement suivra pour mettre fin aux fonctions de ce conseiller qui a entamé une grève de faim depuis le 10 août 2016 pour protester contre la décision de la Cour suprême.

Dans une requête adressée à la Cour suprême le 16 juillet 2016, Ali Camarou, candidat, premier titulaire de la liste Union fait la Nation, a demandé l’invalidation du siège de Bruno Dossou de la Renaissance du Bénin au motif que la Commission électorale nationale autonome (Céna) a fait une erreur matérielle dans l’attribution des sièges au niveau du 2ème arrondissement de Cotonou, en violation de l’article 405 du Code électoral. Chiffres à l’appui, il justifie le bien fondé de sa requête : Prd : 7450 voix avec trois (3) sièges sur les quatre à pourvoir, Un : 2227 voix avec normalement un (1) siège contre Rb-Rp : 2220 voix donnant droit à aucun siège. Mais dans la proclamation des résultats, la Céna a attribué un siège à la liste Rb-Rp au détriment de l’Union fait la Nation. Selon l’arrêt rendu par la Cour suprême, ces chiffres sont vérifiés et consignés d’ailleurs par la cellule informatique de la Céna. Dans l’instruction du dossier, la Cour mentionne avoir communiqué à Bruno Dossou de la Rb-Rp, à sa propre demande, la requête de Ali Camarou (lettre n° 2203/gcs/Ecml du 14 août 2015 et n° 0111/Gcs/Ecml du 13 janvier 2016) contre décharge, mais sans suite. Mais Bruno Dossou nous avait confié le 20 juin 2016 par téléphone qu’il n’a pas été saisi ni appelé pour se défendre au sujet du recours. Et c’est d’ailleurs ce qui explique, selon Maître Atchadé, conseil de la mairie, contacté le même jour par nos soins, l’objet de la demande de réexamen introduite devant la Cour.
Le 4 août 2016, la Cour rend son verdict final pour confirmer sa première décision. Bruno Dossou, fâché, déclenche une grève de faim qui se poursuit certainement jusqu’à ce jour où son successeur pourrait être élu au cours de cette session.

FF

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE