S’érigeant aujourd’hui en bouclier de la Rupture : Ce que Ayadji...

S’érigeant aujourd’hui en bouclier de la Rupture : Ce que Ayadji disait déjà de Talon

1
PARTAGER

La victoire a plusieurs papas, dit-on. Cette assertion semble bien se vérifier avec Jacques Ayadji qui s’érige aujourd’hui en défenseur ardent du régime de la Rupture. Il a fallu qu’on le nomme Directeur général des travaux publics par intérim, pour qu’il ait la mémoire courte de ce qu’il avait traité, dans un passé récent, le candidat Patrice Talon devenu président, de tous les noms d’oiseau. Les propos tenus dans le temps sont très forts, et le bon sens voudrait que l’ancien syndicaliste du ministère des Travaux publics se mire désormais dans la glace quant à certaines de ses réactions ou prises de position. Surtout qu’il est un donneur de leçons dans les médias qu’il aime tant. Il fallait l’écouter intervenir sur les ondes quand des « Yayistes » se sont prononcés récemment sur la gouvernance Talon.  Mieux, lequel des Ayadji veut aller « chercher prochainement Yayi » ? Le même syndicaliste qui passait de radio en télé pour vitrioler l’actuel chef de l’Etat dès qu’il a eu vent de sa candidature à la présidentielle ? Ou bien celui-là même qui a rallié tardivement la barque ABT ? Depuis quand est-il plus ancré dans le Nouveau départ que les ouvriers de la première heure, qui pourtant préfèrent le silence. Pourquoi sous Yayi, le même Ingénieur des ponts et chaussées était très critique vis-à-vis du ministre Aké Natondé alors qu’avec le ministre Gustave Sonon qui a compris qu’il fallait l’avoir avec soi, tout se passait bien ? Autant de préoccupations. Nous allons sans doute y revenir, mais en attendant, attardons-nous sur le plus important : les retros de Jacques Ayadji à propos de Talon.  

Worou BORO

*Candidature de Talon /Jacques Ayadji dénonce un complot contre le Bénin

Pour Jacques Ayadji, la candidature de Patrice Talon aux élections présidentielles de 2016 est «une insulte pour le peuple béninois qui a été à maintes reprises abusé par Patrice Talon qui n'est préoccupé que par ses intérêts personnels». Invité sur la radio Soleil Fm, le syndicaliste du Ministère des travaux publics et des transports a fait observer que cette candidature «serait même immorale en raison de sa qualité d'hommes d'affaires qui n'à au Bénin, qu'un client unique qu'est l'Etat contre qui il a déjà à son actif plusieurs procès gagnés». Il estime qu’«une fois investi dans les fonctions de Chef d'Etat, il défendra quoi entre les intérêts de l'Etat et ceux de ses multiples sociétés en relation d'affaires avec ce même État?» «Soyons réalistes et ouvrons yeux et oreilles pour ne plus nous laisser flouer une énième fois car nous savons qu'il va mettre (comme il l'a toujours fait au moins de 2006 jusqu'à 2012) ses intérêts au-dessus de ceux de notre pays et ce serait dommage pour nous et pour la postérité. J'apprends que certains hommes politiques de l'opposition et pas des moindres, dire et soutenir qu'ils rangeraient leurs ambitions présidentielles si Patrice Talon se portait candidat. Je voudrais ici leur exprimer ma profonde déception et leur dire que le cas échéant, il y a au moins une candidature inattendue pour dire non à ce nouveau complot contre le Bénin et prendre date avec le peuple béninois qui sera ainsi abondamment prévenu du nouveau désastre qui s'installera s'il commettait l'erreur d'installer dans les conditions d'aujourd'hui, monsieur Patrice Talon dans le fauteuil de Président de la République. L'argent ne peut pas et ne doit pas tout régenter dans notre pays», a-t-il déclaré. Comme quoi, Jacques Ayadji, tout comme l’ancien ministre Sylvain Akindès Adékpéjou, ne soutiennent pas Patrice Talon. Voilà qui est bien clair.

Notre Voix du 16 Août 2015

POST  FACEBOOK

Il parait que les questions ci-après m'ont été posées par un certain Hermann Dimitri Adankpo que je ne connais même pas. Je ne me rappelle donc pas avoir manqué de lui répondre par le passé comme il le dit. Je réponds donc à ces questions en espérant que monsieur Patrice Talon en fera de même pour mes questions qui preoccupent beaucoup de nos concitoyens.

1-     Cher ami, pourquoi vous qui ne répondez jamais à mes questions sur votre complicité avec Boni Yayi et Djeffa, brûlez d'envie de voir TALON vous répondre?
Ma réponse: Je n'ai pas souvenance de vos questions dont vous parlez. Puisque quelqu'un vient de me souffler que vous êtes un journaliste politique d'océan FM, je voudrais simplement vous renvoyer chez mon ami Charles TOKO, votre PDG. Il pourra vous dire si Jacques Ayadji peut être complice de Boni YAYI. Je ne l'ai jamais été et ne le serai jamais. Vous pouvez aussi vous renseigner chez votre Directeur Serge Nonvignon. Il y a encore des gens au Bénin qui tiennent encore à leur indépendance sinon j'aurais déjà rappelé monsieur Olivier Boko après ses deux appels (un de Paris et un de cotonou au lendemain de son retour au pays la dernière fois). En supposant que vous faites allusion à Sébastien Ajavon en parlant de Djeffa, je puis vous assurer que je ne l'ai jamais rencontré de ma vie pour être en complicité avec lui.

2- Reconnaissez vous avoir proposé publiquement que l'on aille pas aux élections de février prochain, en faveur d'une transition de deux ans?
Ma réponse: Bien sûr que j'ai fait une telle proposition et c'est mon intime conviction. Le jeudi 29 octobre, vous me verrez encore le marteler publiquement à l'occasion de la constitution avec des camarades de diverses structures du Front de refus du Bénin-Waxala.

3- Votre proposition est adossée à quelle disposition constitutionnelle?
Ma réponse: Cette transition ne sera une réalité que s'il y a consensus de la classe politique et de la société civile. J'espère que vous savez que le consensus a une valeur constitutionnelle? Le peuple béninois peut donc s'entendre pour une transition d'un ou de deux ans dirigée par une personnalité à désigner de façon consensuelle. Moi je propose que cette personnalité ait plus de 69 ans pour être inéligible aux élections présidentielles qui seront organisées au terme de la transition. Si vous êtes intéressé par le mandat de la transition telle que je le pense, suivez les activités du Front de refus du Bénin-Waxala qui sera rendu public le jeudi prochain.

4- Reconnaissez vous avoir demandé publiquement à Boni Yayi de bien venir s'associer à vous pour combattre TALON?
Ma réponse: Vous avez peut-être pris mes propos tenus sur Soleil FM au premier degré. J'ai dit que je suis prêt à donner la main à Boni YAYI pour que Patrice Talon ne soit pas élu President de la République au Bénin. J'ai simplement voulu dire que je suis prêt à donner la main à Boni YAYI pour qu'il convoque les assises nationales devant nous ouvrir les portes de la transition à compter du 6 avril 2016.

5- Pouvez- vous nous accorder le droit de penser que tout complice de Boni Yayi aujourd'hui en matière électorale est assimilable à un apatride?
Ma réponse: J'avoue que cette question ne me parait pas claire. Voulez-vous demander si pour moi tout complice de Boni YAYI en matière électorale est un apatride? Si oui, je vous invite à aller chercher la signification en français du mot apatride et revenir reposer votre question.

6- Quelle est votre fierté de trouver que le Bénin ne peut proposer aucun de ses fils à la présidence de la République avant deux ans ?
Ma réponse: Je n'ai aucune fierté de faire ce constat, bien au contraire. Je ne suis même pas le seul à le penser. Même votre Patrice Talon a dit la même chose samedi dernier devant les membres du Front citoyen en pointant du doigt la constitution du 11 décembre 1990 qui donne trop de pouvoir au Président de la République lui permettant de contrôler et d'écraser toutes les institutions de contre-pouvoir. Il est allé jusqu'à insinuer que son soutien Joseph Djogbenou ne pourra rien faire à la tête du pays avec cette constitution du 11 décembre 1990.

7- Comment s'appelle le candidat pour qui vous avez voté et appelé à voter en 2006?
Ma réponse: Au premier tour, j'avais voté et appelé publiquement ã voter pour Janvier YAHOUEDEOU.
Au second tour, je ne me suis pas accordé avec Janvier YAHOUEDEOU qui a appelé à voter Boni YAYI. Je lui avais notifié mon désaccord et avais voté et appelé à voter pour Adrien Houngbedji. Pour moi, il était très hasardeux de permettre à quelqu'un qui n'a pas encore fait ses preuves quelque part de faire son apprentissage à la tête de l'Etat. L'histoire m'a donné raison et lui-même n'a pas tardé à s'en rendre compte.

8- Chez qui vous prenez de l'argent pour être aussi actif partout contre la candidature de TALON?
Ma réponse: Merci de me faire savoir qu'il vous faut prendre de l'argent chez quelqu'un pour exprimer votre opinion sur un sujet d'intérêt national. N'ayant pas reçu la même éducation que vous, je n'ai jamais eu besoin de la manipulation d'un pouvoir d'argent pour prendre position sur un sujet. C'est comme ça que les soutiens du pouvoir YAYI avaient toujours soutenu que c'est parce que je prenais de l'argent chez Patrice Talon que je peignais en noir toutes les actions de ce pouvoir. Comme vous donnez l'impression d'être un thuriféraire de Patrice Talon, vous pouvez lui demander si j'ai jamais eu de contact avec lui.

9- Quand apprendrez-vous, vous-même à répondre aux questions des autres sur le forum que vous avez volontairement choisi?
Ma réponse: Je vous invite à améliorer votre niveau de langue française pour poser des questions claires et compréhensibles. De toutes les façons, je n'ai pas souvenance d'avoir manqué de répondre aux préoccupations de mes compatriotes.

10- N'êtes-vous pas capable de parler de Talon sans dire des contre vérités et sans extrapolation ? (Euphémisme)
Ma réponse; Citez-moi quelques exemples de contre-vérités dans mes prises de position par rapport à Patrice Talon.
Sur son mur Facebook, 25 Octobre 2015


Matin Libre

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. Ce qui est sûr le président Talon comprend français et sait tout ce que ce monsieur à dit contre lui donc il sait pourquoi il l’a nommé peut être pour le honnir

LAISSER UN COMMENTAIRE