Secteur agricole: Création de sept nouveaux pôles de développement agricole

Secteur agricole: Création de sept nouveaux pôles de développement agricole

0
PARTAGER

Pour le quinquennat 2016-2021, le secteur agricole sera l’un des principaux leviers de développement économique, de création de richesse et d’emplois au Bénin. Sur cette période, il est prévu un plan d’investissement massif pour une agriculture de grande envergure. Pour porter cette ambition, un nouveau dispositif d’administration du secteur agricole et d’accompagnement des acteurs des filières et du monde rural a été décidé par le président Patrice Talon.

Un nouveau dispositif qui porte la territorialisation du développement agricole en ligne avec le schéma d’aménagement du territoire a été décidé par le gouvernement. Au cours de son point de presse, mercredi 26 octobre, le ministre d’Etat secrétaire général à la présidence de la République a expliqué que pour des « raisons d’efficacité, d’obligation de performance, de promotion des filières, d’utilisation optimale des ressources publiques », ce nouveau dispositif assurera la séparation des fonctions régaliennes et des fonctions d’appui au développement des filières agricoles. Ainsi, il est créé sept pôles de développement agricole. L’ensemble du territoire national, détaille-t-il, est découpé en sept pôles de développement agricole. Le pôle de développement agricole, précise-t-il, est « le cadre de mise en œuvre opérationnelle des politiques, programmes et projets de développement agricole ». Il représente un territoire de développement organisé autour d’un nombre limité de filières prioritaires, moteurs de développement économique d’un ensemble de communes, dans une perspective d’inter-communalité. Il s’agit, à travers le nouveau dispositif, rassure le ministre d’Etat, « de favoriser le recentrage de l’Etat sur son rôle régalien et de permettre au secteur privé d’innover et de prendre en charge le secteur productif ». Pour donner corps à ce rêve, le Conseil des ministres a revu le cadre institutionnel du secteur agricole. Dorénavant, « chaque pôle de développement agricole est administré par une Agence territoriale. La coordination nationale et la supervision des pôles de développement agricole seront assurées par le ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche qui va créer des directions départementales. « Le Conseil a ainsi adopté le décret qui consacre ce nouveau cadre institutionnel qui vise à instaurer une nouvelle dynamique de développement des filières agricoles et de mieux- être pour les acteurs du monde rural ».

Face à la récurrence des actes de destruction des palétuviers dans les écosystèmes humides et l’abattage des cocotiers dans la zone littorale, et dans un souci de préservation des écosystèmes qui font partie intégrante de la lutte pour la protection de l’environnement, le développement durable et la promotion de l’écotourisme, le gouvernement a aussi décidé d’interdire la destruction des palétuviers dans les écosystèmes humides et l’abattage des cocoteraies dans la zone littorale. Ceci, pour préserver d’une part la zone des mangroves qui est un lieu de reproduction de nombreuses espèces aquatiques et assurer la régulation et la stabilisation de l’environnement.

Le Programme d’action du gouvernement adopté avec 299 projets

« Le gouvernement du Nouveau départ a son programme d’action ». C’est avec un ton solennel empreint de satisfaction et de fierté que le ministre d’Etat Pascal Irénée Koupaki l’a annoncé au cours de son point de presse, mercredi 26 octobre dernier. Boussole à l’action publique au cours du quinquennat 2016-2021, le Programme d’action du gouvernement (Pag) s’articule autour d’une ambition et d’une volonté puissante de relancer de manière durable le développement économique et social du pays. Il prend appui sur trois piliers. Le premier, la consolidation de la démocratie, de l’Etat de droit et la bonne gouvernance. Le second pilier permettra d’engager la transformation structurelle de l’économie et le dernier se propose l’amélioration des conditions de vie des populations.
« Ces trois piliers portent sept axes stratégiques qui ont conduit au choix d’un scénario, celui du décollage », note Pascal Irénée Koupaki. L’ambition présidentielle, martèle-t-il, est de faire passer le Bénin d’une économie de pauvreté au décollage économique pour améliorer les conditions de vie des populations. Le Programme d’action du gouvernement du président Patrice Talon contient 77 réformes considérées comme des chantiers prioritaires. « La mise en œuvre de ces réformes permettra de renforcer les trois piliers et les sept axes stratégiques autour desquels l’action politique sera déployée au cours de la période 2016-2021 », a précisé le ministre d’Etat. Le portefeuille de projets d’investissement comprend 160 projets prioritaires en cours et à dynamiser, 94 projets prioritaires nouveaux, 45 projets phares du quinquennat, soit un total de 299 projets, pour un programme national d’investissement ressortant à 9039 milliards de FCFA.

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE