Score très peu reluisant du candidat de la coalition républicaine : Le...

Score très peu reluisant du candidat de la coalition républicaine : Le signal fort du peuple aux hommes politiques

0
PARTAGER

Les résultats provisoires du premier tour de l’élection présidentielle de dimanche dernier sont tombés au petit matin de ce mardi 08 mars 2016. De la lecture de ces résultats, il ressort que le candidat Lionel Zinsou a réalisé un score très peu reluisant au regard de toute l’artillerie politique déployée depuis l’annonce de sa candidature. C’est un signal fort du peuple aux hommes politiques.
Le doute d’un K.O retentissant avait cessé de planer dans les esprits des Béninois au lendemain du dépôt des dossiers de candidature pour la présidentielle de 2016 au Bénin. Ceci en raison de la coalition républicaine composée des forces politiques Fcbe, Prd, Rb, Alliance Eclaireur soutenue quelques jours plus tard par d’autres alliances politiques dirigées par des ministres d’Etat, (LFP de Komi Koutché, CDR de François Abiola, etc…), des députés et notamment la coalition politique portée par le premier vice-président de l’Assemblée nationale, Eric Houndété. La coalition était ainsi suffisamment forte pour réaliser un score honorable, avait-on cru. Mais hélas ! Une quarantaine de députés Fcbe et alliés, une dizaine de députés Fcbe, des élus communaux et municipaux, des députés AND (l’aile Houdégbé), des députés de l’alliance Eclaireur, des députés RB respectueux du choix de Léhady Soglo, une cohorte de ministres du gouvernement et des directeurs de société sans compter les cadres de l’administration publique. Tout ce beau monde réuni n’a produit que 28,44% des suffrages exprimés par les Béninois le dimanche 06 mars dernier pour le candidat Zinsou. Soit 856.218 voix sur les 3.010.888 suffrages exprimés. Face à ce score peu reluisant au regard de ce que valent les nombreuses forces politiques, on est tenté de dire que le peuple béninois s’est résolument décidé à opérer une rupture radicale avec le système de gouvernance auquel il a été habitué depuis 2006. Mieux, il vient de le prouver à travers le rejet massif de la candidature de Lionel Zinsou porté par l’alliance politique montée par le président sortant. On se rappelle qu’en 2006, les Béninois avaient soif de placer leur pays dans les mains d’un homme nouveau capable de changer sa situation sociopolitique et économique après 15 ans de renouveau démocratique. Boni Yayi en qui l’espoir avait été placé, avait recueilli environ 32% du suffrage total exprimé. Aujourd’hui, on peut déduire sans se tromper que cet espoir s’est estompé et le peuple s’engage à choisir lui-même le successeur du président sortant.

Germin DJIMIDO (Coll.)

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE