Rosine Soglo au sujet du candidat de Yayi à la présidentielle :...

Rosine Soglo au sujet du candidat de Yayi à la présidentielle : «Méfiez-vous de Lionel Zinsou»

0
PARTAGER

Rosine Vieyra Soglo est contre la candidature de Lionel Zinsou. L’ancienne Première Dame du Bénin, l’a répétée lors d’un échange avec des Béninoises et Béninois le vendredi 12 février 2016 au siège du parti la Renaissance du Bénin (Rb) à Cotonou. La Fondatrice de la Rb a dit qu’elle ne soutient pas la candidature du premier ministre Lionel Zinsou à l’élection présidentielle du 6 mars 2016 et l’invite à démissionner de son poste «non constitutionnel». Son époux, le président Nicéphore Dieudonné Soglo, a dénoncé des propos de Lionel Zinsou et l’appelle à quitter son poste. Lire leurs propos.

Les propos de Rosine Vieyra et de Nicéphore Dieudonné Soglo au sujet de Lionel Zinsou

Rosine Soglo
«La première chose est que nous avons quelqu’un qui se dit premier ministre et qui est candidat. Le premier Ministre doit pouvoir démissionner car il prend les moyens de l’Etat sans démissionner. C’est un premier Ministre «Kpayo» parce que son statut n’est pas dans la constitution. Il n’est pas chef de gouvernement. Il a été nommé par Boni Yayi qui est chef d’Etat. En tant que tel, il ne peut pas prétendre faire campagne avec les moyens de l’Etat. Nous irons à la cour constitutionnelle s’il le faut. Il y a 25 ans, Nicéphore Soglo a été nommé premier ministre par la conférence souveraine. Il a été nommé pour une transition de onze mois au cours duquel il a remis tout le monde au travail, où il a rouvert les banques qui étaient fermées, et autres. En ce moment, tu étais chef de gouvernement et c’est même toi qui avais nommé un certain Théodore Holo qui est aujourd’hui, président de la cour constitutionnelle, ou Idelphonse Lemon qui était Ministre des finances, et j’en passe.

Comparaison n’étant pas raison, Lionel Zinsou doit démissionner tout de suite, si non, je descends dans la rue. Quant à Théodore Holo et son staff, à bon entendeur, salut. La seconde chose qui m’amène, je regrette et j’ai une petite digression. Quand je vois tous ces candidats, je regrette qu’aucun de mes enfants ne soit candidat. Ne croyez-vous pas qu’on aurait une chance d’aller au second tour ? Je me demande pourquoi se fatiguer pour les autres, alors que j’ai des enfants. Il y a un qui est allé, je ne sais où et comme je le lui ai dit, il y a quelques jours, je ne sais pas ce que tu es allé faire dans cette galère.

Il est parti avec celui que j’appelle le venu de France et c’est pour ça que je vous ai appelé aujourd’hui. Je parle de Lionel Zinsou qui a le droit absolu de se présenter. Il a fait des promesses pour ce pays mais comme le dit le Président de la République, les promesses électorales n’engagent que ceux qui y croient. Lionel Zinsou ne se considère pas comme un nègre mais plutôt comme un blanc. Il a dit que je l’ai traité de blanc. Il ment et je le jure sur la tête de mes enfants. Je n’ai jamais traité Lionel Zinsou ni de blanc, ni de «Yovo» et ce mot ne m’est pas familier.

Avant de le traiter de blanc, il faut que je le vois. Je ne l’ai jamais vu, je ne le connais pas puisque je suis aveugle. Je ne sais s’il est gros, négroïde, s’il a les cheveux sur la tête, de gros nez. Je ne sais pas. Je ne l’ai jamais vu de ma vie, contrairement à ce qu’il dit. La première fois que je l’ai vu c’était en commission des lois. Il s’est exprimé et j’ai demandé à un collègue s’il y avait un blanc dans la salle. C’est là que ce dernier m’a fait comprendre que c’était le premier ministre. De là, je l’ai interpellé lui demandant de se présenter. Je lui ai dit que je ne suis pas d’accord qu’on m’impose quelqu’un de l’extérieur.

Deux de mes collègues m’ont dit qu’il est Béninois mais le problème n‘est pas là. Je ne l’ai jamais vu à Cotonou par contre, je connais toute sa famille, Emile, René, Jojo, Nonon qui était Madame Gonçalves. Mais lui, je ne le connais pas. Aujourd’hui, il récidive et son père connait ma mère. Est-ce que la famille Zinsou va cesser d’affabuler les mensonges. Il n’a pas besoin de mentir pour se faire présenter. Comment René qui reconnait aujourd’hui qu’il a un fils se rappelle aujourd’hui qu’il connait ma mère. Lionel Zinsou n’a pas besoin de mentir pour en arriver là. Quand il était venu chez moi, je lui ai demandé pourquoi il n’avait pas eu le courage de dire à tout le monde que la vieille ne l’a jamais traité de blanc.

Lionel m’a répondu qu’il pensait que cela m’arrangeait. Les mensonges ne peuvent pas m’arranger si Lionel Zinsou me connaissait. Les affabulations de la famille Zinsou viennent de très loin. C’est de son droit absolu d’être Président de la République. Devant un parterre de français, Lionel Zinsou a affirmé que l’Afrique est un petit continent au sud de la méditerranée. Elle est la propriété de l’Europe. J’ai dit de divulguer ça dans toutes les langues. Il dit que l’Afrique n’appartient pas encore à la Chine, à l’Inde et que l’Afrique ne s’appartient pas encore. Mieux, il continue en disant que c’est la France qui détient les mines, le pétrole et que tout le continent ne fait pas son PIB. C’est ce que dit Lionel Zinsou et c’est celui-là que vous voulez prendre comme président de la République. Un monsieur qui vous méprise.

Qui a un mépris souverain pour les nègres que nous sommes. J’ai fait mes études chez eux et je suis arrivée en 1947. Monsieur Zinsou n’était pas encore né. Tous mes enfants sont nés là-bas. Moi-même je le suis puisque je suis née là-bas. C’est bien qu’on me foute la paix avec les papiers. Voilà Lionel Zinsou. Il fallait que je vous dise, méfiez-vous. Regardez de très près et j’ai dit que cela soit divulgué dans toutes les langues. Ça ne vous suffit pas que nos aïeux aient eu quatre siècles d’esclavage ? Si vous faites ça tant pis pour vous. Méfiez-vous de Lionel Zinsou. L’argent va circuler, prenez-le et dépensez-le.

C’est votre argent. Ce matin j’ai appris que les cartes de Sacca Lafia sont valables. Les cartes qui sont délivrées sont destinées aux jeunes de 18 ans qui viennent. Nous autres n’avons pas besoin de cartes et là aussi c’est pour faire le KO. C’est le travail d’Ahouanvoébla. Le Prd, la RB et les Fcbe sont pour Lionel Zinsou. Je suis Rb, c’est moi qui ai créé le parti et je ne suis pas pour Lionel Zinsou. Je suis une mère et j’ai mal pour mon fils. Je veux bien mourir pour Léhady mais pas avec toute la nation la corde au cou. Pas vivante. Il m’a dit que c’est un montage. Si Lionel Zinsou venait à démentir la vidéo et prouvé que c’est un montage alors je lui présenterai mes excuses et retirerai ce que je viens de dire aujourd’hui. Si vous faites ça, vous serez un homme, un vrai. Mon fils m’a dit que c’est un montage et j’attends le démenti de Lionel.

Je mets au défi que vous ne le ferez pas car c’est bien vous qui l’aviez dit. Vous pouvez nous insulter nous les nègres mais vous ne jouerez pas avec ma nation, mon pays, mes compatriotes tant que moi Rosine Soglo je serai vivante. Je suis chavirée de chagrin que mon fils soit dedans et j’espère que la Mecque, l’esprit saint, lui fera comprendre qu’il se trompe et qu’il a les poings et mains liés à la France. Il m’a traité de sorcière mais Dieu donne un sixième sens aux personnes aveugles. Si vous laissez passer Lionel Zinsou, vous n’aurez plus de terre et vous serez l’ouvrier de Bolloré».

Nicéphore Dieudonné Soglo : «J’invite le premier ministre à utiliser ses propres moyens pour faire campagne»

«J’ai été profondément choqué quand j’ai vu une vidéo où j’ai vu quelqu’un qui veut être à la tête de ce pays déclarer devant un parterre de Français que l’Afrique appartient à l’Europe. Personne ne peut accepter cela. Le temps de la traite négrière est terminé. Le temps de la colonisation est fini. L’Afrique est en pleine renaissance et nous n’accepterons jamais de personne que l’Europe qui a dominé la planète pendant quatre siècles où on a déporté des enfants, des femmes et des hommes d’Afrique en Amérique et en Europe pour bâtir le château de Versailles. Dieu dit que c’est notre tour de nous relever et quelqu’un vient déclarer que c’est la propriété de l’Europe. Nous n’allons pas accepter ça. Ce qui est grave, c’est qu’il affirme qu’après l’Europe, on ira aux brésiliens, aux indiens.

Nous ne sommes pas une marchandise. Nous ne l’accepterons pas dans le pays de Béhanzin, de Bio Guerra et de Kaba. Je crois que ce sont des questions fondamentales. Etant le vice-président des anciens Chefs d’Etat et de gouvernement, on m’a téléphoné du monde entier pour me dire qu’ils prenaient les francophones pour la honte de l’Afrique parce qu’ils ont été incapables comme beaucoup de noirs de se libérer et que nous, nous avons capitulé. Nous avons apporté notre concours dans la guerre de Biafra mais ils m’ont interpellé pour me demander si je veux avoir Boko Haram ou un coup de poignard dans le dos. Je les ai rassurés que c’est le pays des Amazones et nous sommes le cœur de la Cedeao.

Nous formons un tout. Ma mère est de Togo. On était tous unis mais c’est l’Europe qui nous a divisés. Je sais que je suis en même temps une référence. Les gens veulent me ressembler mais les conditions ne sont pas les mêmes. J’ai été un premier Ministre élu par une conférence nationale souveraine, qui est l’équivalence d’une constituante, avant la révolution. Je me rappelle que le Chef qui était là me suppliait de ne pas démissionner. J’avais la totalité des pouvoirs et c’est moi qui nommais les ministres qui étaient des chefs des armées et des magistrats. Je ne suis pas un premier ministre Kpayo. J’avais une légitimité populaire. Comparaison n’étant pas raison, on demande à ne pas utiliser les moyens de l’Etat au détriment des autres pour faire campagne. Le Clergé l’a demandé et n‘est pas le seul à le faire. Que ceux qui le font écoutent et savent que c’est illégal. C’est anticonstitutionnel. J’ai appelé Holo lui demandant de ne pas laisser cette affaire perdurer.

Je l’invite aujourd’hui à dire non au premier ministre et lui rappeler qu’il est dans le même starting-block que les autres candidats. Un militaire qui est candidat doit démissionner de l’armée. J’invite le premier ministre à utiliser ses propres moyens et non ceux de l’Etat pour faire campagne. Il faut aussi se méfier. La fraude commence au moment où on commence par manipuler les cartes. Soyez vigilants. Normalement on avait une carte d’électeur qui est valable pour dix ans et maintenant, on veut renouveler la carte. C’est des voleurs. C’est des gens qui veulent voler l’argent de l’Etat. C’est la fraude qui s’installe comme ça et il faut dire non au Cos-lépi. Les cartes qui devraient sortir sont celles qui concernent les mineurs et ceux qui n’en n’avaient pas. C’est à ce niveau qu’il y aura fraude et il faut être très vigilant».

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE