Restructuration de l’appareil d’Etat au Bénin:Talon dans la trilogie de Tévoédjrè

Restructuration de l’appareil d’Etat au Bénin:Talon dans la trilogie de Tévoédjrè

0
PARTAGER

Pour compter du 06 avril 2016, le président de la République du Bénin a nom, Patrice Athanase Guillaume Talon. Elu à l’issue du scrutin du 20 mars 2016, l’homme prône une nouvelle vision du Bénin à travers des réformes institutionnelles profondes. L’espoir dont il est porteur et sa volonté d’être inéligible en 2021 l’inscrivent dans la trilogie « surgir, agir et disparaître » du professeur Albert Tévoédjrè.

Dans une interview accordée à Radio France internationale au lendemain de son élection à la magistrature suprême du Bénin, Patrice Talon affirme, sans ambages, qu’il ne sera plus éligible au terme de son quinquennat. Il s’agit d’une nouvelle profession de foi d’un homme qui était inattendu dans l’arène politique, quand bien même il avoue que la politique et l’économie ne sont pas antinomiques. En effet, Patrice Talon est un homme d’affaires de carrière qui a fait fortune dans le secteur d’importation des intrants coton au Bénin et dans la sous-région ouest-africaine. Avant ses sorties médiatiques des 17 et 24 août 2015, soit à six mois du premier tour de la présidentielle, initialement fixé au 28 février 2016, il était fort à parier sur la candidature de Patrice Talon à ces joutes électorales. Seuls ceux qui étaient dans le secret des dieux pouvaient le révéler. L’un de ses avocats-conseils, député à l’Assemblée nationale, Joseph Djogbénou, hésitait sur cette éventualité quand il affirmait : « Si Patrice Talon est candidat, alors je ne serai pas candidat ». Joseph Djogbénou a même été investi par son parti Alternative citoyenne pour solliciter les suffrages de l’électorat béninois pour la conquête de cette haute fonction de l’Etat. Mais, l’hypothèse de la candidature de Patrice Talon s’étant révélée vraie, Joseph Djogbénou a donc appliqué la conséquence de ne plus être candidat à l’élection présidentielle. En somme, la candidature de Patrice Talon est venue comme une incursion inattendue en politique. Comme un cheveu dans la soupe. Cette intrusion cadre avec le fait de surgir. Les deuxième et troisième dimensions de la trilogie sont agir et disparaître. A l’œuvre, à partir du 6 avril 2016, Patrice Talon devra résolument et méthodiquement dérouler son projet de société sans état d’âme. Car, Patrice Talon se positionne comme un vrai réformiste et même un réformateur majeur. Alors, pour que les réformes dont il est porteur fructifient, il lui faudra absolument faire l’effort d’être au-dessus de la mêlée afin d’agir convenablement. Enfin, comme il l’a réitéré sur Rfi, il disparaitra à partir du 6 avril 2021, fier d’avoir opéré à la tête de l’Etat béninois, toutes les réformes indispensables au développement durable du pays. Au regard du film de son élection, des valeurs qu’il défend et de sa volonté ferme de ne faire qu’un seul mandat, parce que le pouvoir use énormément, Patrice Talon et Albert Tévoédjrè partagent un idéal pour le Bénin : celui de créer les conditions favorables à l’émergence d’un pays dépourvu de ressources minières, mais regorgeant des femmes et des hommes très intelligents.

Jean-Claude Kouagou


 

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE