Report de voix au second tour : Pascal Irénée Koupaki reste ouvert

Report de voix au second tour : Pascal Irénée Koupaki reste ouvert

0
PARTAGER

« En ce moment où l’opinion se demande comment se passera la suite du processus, je veux réitérer que je suis un homme de parole, un homme loyal. Et que par conséquent, ma conduite à venir sera conforme aux aspirations du peuple béninois ». Ces deux phrases qui mettent fin à la déclaration de Pascal Irénée Koupaki, adressée à ses militants quelques heures après la publication des grandes tendances par la Céna, servent de caution pour affirmer que l’homme a déjà choisi son camp, celui du candidat qui incarne la rupture, Patrice Talon. Les mots « homme de parole » et « aspirations du peuple » classent le candidat dans les probables et futurs soutiens du magnat du coton dans le cadre du second tour de la présidentielle. Cette position a été plus ou moins confirmée dans un papier intitulé « Koupaki ou la rupture confirmée » envoyé par la cellule de communication à bon nombre de journaux dont votre quotidien Matin Libre. On pouvait y lire : « L’un des axes de la campagne de PIK pour cette élection a été la rupture. Il l’a confirmée en intégrant la coalition de la rupture, un regroupement d’une dizaine de candidats à l’élection présidentielle du 06 mars dernier ». Quand on lit ces passages, on peut conclure que Pascal Irénée Koupaki appellera certainement à voter Talon.

Mais attention. Aussi bien dans la déclaration de PIK après les grandes tendances que dans le papier envoyé à plusieurs rédactions, il y a d’autres passages qui relativisent la position de l’homme et doivent amener à ne pas être aussi catégorique. Quand il parle de rester conforme aux aspirations du peuple, il n’est pas évident que c’est Patrice Talon qui correspond le plus aux aspirations dudit peuple du fait qu’il est venu en 2e position. A notre humble avis, celui qui est sorti 1er du scrutin du 06 mars est plus représentatif desdites aspirations du peuple. Mais là encore, il peut avoir matière à discussion.

C’est dans le papier envoyé par la cellule de communication et publié dans plusieurs journaux hier mercredi 09 mars, que la position de PIK est plus explicite. Dans le passage qui suit, il nuance son soutien à Patrice Talon : « Même si les actes qui devraient consacrer l’existence effective de cette coalition n’ont pas été formalisés, cette coalition n’en reste pas moins un cadre d’orientation pour le choix que pourra opérer le candidat de la nouvelle conscience ». Plus loin, il poursuit en conditionnant son soutien à la coalition de la rupture à un consensus, « (…) ce cadre s’il reste soudé, sera le lieu du choix et des options pour le second tour ». Mais là où Pascal Irénée Koupaki a fait un appel de pied au candidat de la coalition républicaine Lionel Zinsou, c’est dans le 2e paragraphe. Il a commencé par l’intertitre : « Et si la coalition pour la rupture manquait le consensus ? » la suite a été on ne peut plus explicite : « Il ne faut cependant pas occulter l’éventualité que la coalition de la rupture n’arrive pas à parler d’une seule voix. Dans ce cas, les 5,85% de la vague jaune vont constituer un élément pertinent de négociation pour Pascal Irénée Koupaki. Les deux candidats en lice pour le second tour devront alors y aller de leurs propositions pour le convaincre que le Bénin apprenant, entreprenant et innovant dont il rêve, peut se faire avec lui ». Voilà qui est claire. Pascal Irénée Koupaki n’a pas fermé la porte aux négociations avec Lionel Zinsou. Cela ne devrait donc étonner personne que le candidat du chantre de la Nouvelle conscience au second tour soit celui porté par la coalition républicaine et non Patrice Talon comme annoncé.

Bertrand HOUANHO

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE