Rencontre de réconciliation d’Abidjan entre ancien et président élu: Carton rouge de...

Rencontre de réconciliation d’Abidjan entre ancien et président élu: Carton rouge de Gadamassi et Soglo

5
PARTAGER

Véritable acteur de l’élection du président Patrice Talon lors de la présidentielle de mars 2016, le premier président du Renouveau démocratique au Bénin, l’ex-maire de Cotonou, Nicéphore Dieudonné Soglo, n’approuve pas la rencontre dite de réconciliation qui s’est tenue lundi dernier à Abidjan entre le président Patrice Talon et son prédécesseur, Boni Yayi, sous l’égide des présidents Alassane Ouattara et Faure Gnassingbé. En effet, ne voulant pas être déçu par son poulain dans la gouvernance au sommet de l’Etat, Nicéphore Soglo invite Patrice Talon à se concentrer sur les priorités du peuple afin de réussir l’unique quinquennat qu’il a annoncé vouloir faire. Pour l’ancien président de la République, les problèmes du Bénin ne doivent pas être discutés à l’étranger. «Le président Alassane Ouattara a-t-il cassé la graine avec Laurent Gbagbo ? Pourquoi amener Boni Yayi et Patrice Talon à casser la graine ?», se demande-t-il. Au Bénin, c’est la rupture et non la continuité, ajoute-t-il. Selon ses propos, «il faut que le président Boni Yayi cesse de distraire le peuple », car pour lui, Yayi risque de « gâter » à Patrice Talon « sa marchandise ». Tout comme l’ancien président, syndicalistes et béninois lambda sont dans la même logique. Ils attendent aussi des actes forts du gouvernement sur les dossiers de malversations et des scandales qui ont caractérisé le régime défunt. Il faut également souligner que la majorité des Béninois désapprouvent cette rencontre. Pour eux, il faut que Yayi laisse maintenant son successeur s’occuper des nombreux et colossaux problèmes qu’il a laissés à la République. Soucieux de le voir réussir, Nicéphore Soglo appelle le président Talon à la vigilance.

« Le président Talon doit se méfier de la ruse de Yayi », selon Rachidi Gbadamassi

Invité sur le débat politique de Sikka TV, hier jeudi 21 avril 2016, l’honorable Rachidi Gbadamassi est revenu sur la rencontre dite de réconciliation qui s’est tenue à Abidjan entre le président Patrice Talon et son prédécesseur, Boni Yayi. À en croire les analyses de l’ancien bras droit politique de Boni Yayi à Parakou, Patrice Talon doit se méfier de Boni Yayi pour sa ruse politique, car dit’il, « Yayi n’a pas encore accepté la volonté de Dieu pour une vie après le pouvoir ». « Le président Patrice Talon doit se méfier de la ruse politique de Boni Yayi. J’ai collaboré avec l’homme et je connais sa pensée. Yayi Boni n’était pas préparé pour laisser le pouvoir, il a été surpris et c’est en cela que je parle de l’ivresse du pouvoir. » C’est en ces termes que le Buffle de Parakou a abordé le débat sur la rencontre du lundi dernier à Abidjan entre l’ancien président, Boni Yayi, et le président Patrice Talon. Parlant des agissements de Boni Yayi avant la fin de son mandat, Rachidi Gbadamassi explique : « Il dit, je ne vais jamais remettre le pouvoir à Patrice Talon, je vais mourir avant de remettre le pouvoir à Patrice Talon. Je suis un Bariba et un Bariba préfère la mort à la honte. » Et à l’honorable de lui rappeler que « le pouvoir que vous détenez, ce n’est pas de la royauté. C’est de l’univers, c’est divin. C’est Dieu qui l’a voulu. Au soir du 06 avril, vous allez remettre le pouvoir parce que ce pouvoir ne vous appartient pas ». C’est pour cela qu’il insiste qu’il est important de se méfier de Yayi Boni. « Vous avez vu ce qui s’est passé avant la passation de service, c’était avec plus de 60 militaires. Il n’a pas le droit. Il a trois gardes du corps. La situation politique dans laquelle Yayi Boni a été battu ne lui permet pas de lui laisser autant d’hommes en uniforme. Je le dis parce qu’au cours de la campagne, il a tenu des propos orduriers pas dignes d’un chef d’Etat », a laissé entendre Rachidi Gbadamassi. Il pense que la rencontre d’Abidjan donne un autre visage au Bénin qui est un exemple de démocratie en Afrique de l’Ouest. « Quand on parle du nord et du sud, ce n’est pas bon. Le Bénin est un et indivisible… Le Bénin est un pays démocratique qui a passé plusieurs alternances au sommet de l’Etat sans effusion de sang. Cela veut dire que le Bénin attend de la communauté internationale d’être décoré. Ce que le Bénin vend aujourd’hui, c’est sa démocratie. La communication qui a été fait suite à la rencontre d’Abidjan fait du Bénin un pays d’instabilité. Ce que doit empêcher le peuple béninois qui fait école avec sa démocratie dans la sous région. Cet acte remet en cause les acquis démocratiques du peuple béninois », a conclu l’élu de la 9ème circonscription électorale.

Yannick SOMALON

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

5 COMMENTAIRES

  1. cher moi ces 1e bonne ide leur reconcilition kar tout etre humain ki es deja dans la politique son tous ls meme ci ntr nouvo presiden ne colabor pa keski prouv kil ne va pa fair plusk sa ! donc moi j prouve leur reconciliaton

LAISSER UN COMMENTAIRE