Réformes politiques et institutionnelles : L’essentiel du rapport de la commission Djogbénou...

Réformes politiques et institutionnelles : L’essentiel du rapport de la commission Djogbénou transmis au chef de l’Etat

1
PARTAGER

Après un peu plus d’un mois de travaux, la Commission technique chargée des réformes politiques et institutionnelles a remis son rapport ce mardi 28 juin 2016 au président de la République. C’était au Palais de la Marina, en présence des Présidents des institutions, des membres du gouvernement, du corps diplomatique et du Haut commandement militaire et d’invités de marque.

Le Professeur Frédéric Joël Aïvo, rapporteur de la Commission, a présenté quelques points saillants du rapport d’une soixantaine de pages adopté à l’unanimité des membres de la Commission présidée par le ministre de la Justice, Joseph Djogbénou. Le débat au sein de la Commission ne s’est pas limité aux seules réflexions de ses membres. Il a été ouvert aux forces vives de la Nation. La Commission dit avoir écouté plus de 50 organisations, personnalités, experts et épluché plus d’une centaine de contributions écrites émanant de citoyens béninois de divers rangs. Le rapport transmis ce mardi au chef de l’Etat est la synthèse de toutes les contributions s’inscrivant en réponse aux propositions de réformes faites par le Président Patrice Talon lors de la campagne électorale.

Mandat présidentiel unique : rien n’est tranché
Sur la question qui semble avoir le plus attiré l’attention à savoir celle du mandat présidentiel unique, la Commission n’a pas tranché de façon précise. Elle pense que l’option du mandat unique, si elle devrait être retenue, nécessiterait quelques aménagements. Puis elle ajoute que le mandat présidentiel dans sa forme actuelle, c’est-à-dire de cinq ans renouvelable une fois, pourrait bien être aussi maintenu.

A propos de la Cour Constitutionnelle

La Commission retient le mandat unique de 9 ans renouvelable par tiers comme pouvant être un gage d’indépendance de l’institution. Elle est d’accord qu’à l’exception de ceux nommés par le chef de l’Etat et le bureau du parlement, les membres de la Cour constitutionnelle soient élus au sein des assemblées des corps de juristes identifiés.

La Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication

Par ailleurs, la Commission suggère que la composition de la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication soit modifiée dans le sens du renforcement de la présence des professionnels des médias en son sein et que pour la HAAC comme pour la Cour constitutionnelle, le principe de l’autonomie financière soit affirmé et garanti.

Haute cour de justice : suppression possible, Cour suprême, Cour des comptes
L’autre proposition de réforme qui déchaîne quelque peu les passions et qui a été soumise à l’appréciation de la Commission technique est la suppression ou non de la Haute cour de justice. Elle peut être supprimée et remplacée par une Haute juridiction ad’ hoc ou alors réformée en conséquence, répond la Commission qui s’est également penchée sur le cas de la Cour suprême dont le président, à son avis, devrait être désormais élu par ses pairs magistrats et non plus nommé par le Chef de l’Etat.

La même proposition vaut pour le président de la Cour des comptes qu’il faudra non seulement créer mais également constitutionnaliser. Aussi, la Commission a-t-elle validé le principe selon lequel, le chef de l’Etat ne doit plus siéger au sein du Conseil supérieur de la magistrature.

Financement public de la vie politique

Au sujet du financement public de la vie politique, il est recommandé une rationalisation et un encadrement juridique du système partisan comme préalable à tout déblocage de fonds publics au profit des partis politiques.

Référendum avant la fin de l’année
Le président de la République, en accusant réception du rapport, a assuré que le gouvernement s’y penchera tôt afin que le bureau de l’Assemblée nationale et la Cour suprême soient saisis dans les plus brefs délais pour qu’ensuite, le peuple soit consulté à la faveur d’un référendum avant la fin de l’année.
Josaphat FINOGBE

aCotonou

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

  1. Les réformes doivent se pencher sur le développement.On peut parler tout temps de réformes et rester affarmer. Nous devons parler de la modernisation agricole en valorisant et en promouvant l’exportation.Il importe de commencer par promouvoir notre autonomie et de tendre chaque fois la main.

LAISSER UN COMMENTAIRE