Réformes constitutionnelles et institutionnelles : Talon peut se frotter les mains

Réformes constitutionnelles et institutionnelles : Talon peut se frotter les mains

0
PARTAGER

Le socle du projet de société du candidat Patrice Talon, ce sont les réformes institutionnelles et constitutionnelles qu’il entend opérer une fois élu à la tête du pays. Cet objectif étant atteint le 20 mars 2016 à l’occasion du second tour de l’élection présidentielle, le nouveau président de la République a réitéré cet engagement dans son discours d’investiture le 6 avril dernier au stade municipal Charles de Gaulle à Porto-Novo. Talon vient de recevoir un soutien de taille pour cette entreprise, le président Adrien Houngbédji.

«(…) L’urgence, est donc aux réformes politiques, à la restructuration de l’économie nationale, à la reconstitution du tissu social en redonnant confiance à nos citoyens et la restauration de la crédibilité de notre pays…», rappelait le président Patrice Talon dans son discours d’investiture le 6 avril dernier. Pour les réformes politiques, il peut compter sur le président de l’Assemblée nationale. Dans le discours d’ouverture de la première session ordinaire de 2016 prononcé hier, mardi 12 avril, Me Adrien Houngbédji s’est clairement prononcé en faveur de ces réformes. «Les défis à relever sont nombreux. Ils ont essentiellement trait au délitement des valeurs morales et sociales, à la grande vulnérabilité de notre système partisan, à la réécriture de notre Loi Fondamentale, aux exigences nouvelles de l’état de droit, au chômage massif des jeunes, aux faibles performances de notre économie, à la nécessité de construire une administration de développement, à l’inadéquation du système éducatif, à l’insuffisance de la couverture médicale, à la montée en puissance de l’insécurité sous tous ses aspects, enfin à l’unité nationale mise à rude épreuve par une certaine forme de gouvernance», a souligné le président Houngbédji. «Avec un peuple qui adhère largement à sa vision et à son programme, le Président Patrice Talon tient entre ses mains le meilleur levier de succès (…) Je note avec bonheur, en ce qui nous concerne, que le nouveau Président de la République veut faire de son mandat, celui des réformes dont, entre autres, la réforme du système partisan, réforme qui figure en priorité dans l’agenda de la septième législature de l’Assemblée Nationale et à laquelle nous travaillons», a-t-il ajouté. Les députés ont aussi favorablement accueilli le discours de leur président. Ils sont prêts à accompagner les chantiers du «Nouveau Départ». Pour le président Talon, c’est une bonne nouvelle. Lui qui qualifie son mandat unique de cinq ans de transition au cours duquel seront engagées de réelles réformes pour rehausser la démocratie au Bénin et impulser le développement durable.

1er conseil des ministres au palais de la Marina

De sources autorisées, on apprend que le premier conseil des ministres du premier gouvernement de la «rupture» aura lieu ce mercredi 13 avril 2016 à 9 heures au Palais de la Marina sous la présidence du Chef de l’État, Patrice Athanase Guillaume Talon. Talon et ses ministres ne se réuniront pas donc ailleurs, comme il est dit ça et là. Les rumeurs devront donc pouvoir s’arrêter.

Athanase Dèwanou

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE