Recrudescence du grand banditisme:Les malfrats défient Lafia et Azannai

Recrudescence du grand banditisme:Les malfrats défient Lafia et Azannai

2
PARTAGER

L’insécurité gagne du terrain. La situation devient intenable pour les populations qui se remettent aux deux cerveaux de la sécurité et de la défense.
Les malfrats frappent sans ménagement. Tout ressemble à une forte machine déployée par ces hors-la-loi. Le Bénin, pratiquement menacé, a le devoir d’opposer une résistance de souveraineté. La défense et la sécurité devront aider à calmer ce bruit causé par ces hommes mal inspirés. Les exemples, ces derniers jours, foisonnent.

Les montants provoquent l’effroi. On ne parle plus désormais de dizaines de millions, mais de centaines de millions et même du milliard. Le geste est osé, le ministre de l’intérieur, Sacca Lafia, et celui de la défense, Candide Azannai, doivent sauver le Bénin de la pression de ces chenapans. La question est d’enjeu national. La Police, la Gendarmerie et même l’armée sont plus que jamais sollicitées. Il est déjà heureux de noter, avec le dernier Conseil des ministres, une série de mesures dans ce sens, mais il faudra aller très vite. Les patrouilles et contrôles systématiques doivent reprendre de plus belle afin de décourager à jamais les prochains aspirants au désordre. La grande artillerie doit être déployée pour tuer à jamais dans l’œuf les desseins funestes de ces malfrats. L’autre urgence à régler, c’est le changement ou la recomposition à la tête des différentes unités en charge de la sécurité au Bénin. Les actuels chefs de sécurité, un peu convaincus du départ, n’ont plus vraiment l’entrain pour agir efficacement. Cette façon de procéder étant humain, il serait illusoire de prétendre lancer la pierre. Le renouvellement s’annonce donc impérieux. Un nouveau souffle, un nouvel engagement, de nouvelles stratégies devant être définis par ces ‘’fraichement nommés’’ qui se verront porter la lourde charge de ramener le calme au pays. Les défis sécuritaires du Bénin s’annoncent grands, la nécessité de trouver des formules efficaces se révèle une urgence.

Après Djakpata, Mamba

Sous un autre régime, le cri de ralliement était Djakpata. Ce dispositif avait secoué la République et emporté bon nombre de hors-la-loi. Dans sa croisade contre l’insécurité, le régime de la Rupture parle cette fois-ci d’une opération conjointe de sécurisation dénommée « Mamba ». Mamba un peu à l’image de Djakpata se donne désormais pour option de lancer l’assaut décisif contre la pègre. Ce dispositif réussira-t-il à faire douter les malfrats ? A l’acte, on appréciera.

Hospice Alladayè

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

2 COMMENTAIRES

  1. oui nos force de securiter dois aller loin par ce que il sont pur notre bien il faut ses force soi acconpagner par les service de renseignement pur acconplier la mission republicaine

LAISSER UN COMMENTAIRE