Réconciliation Talon-Yayi : Les grandes concessions d’Abidjan

Réconciliation Talon-Yayi : Les grandes concessions d’Abidjan

3
PARTAGER

La surprise était totale lundi dernier pour les Béninois. Sous l’égide des présidents de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara et du Togo, Faure Gnassingbé, le président élu du Bénin Patrice Talon et son prédécesseur Boni Yayi se sont retrouvés à Abidjan pour, d’après les premières bribes d’informations en provenance du pays d’Houphouët Boigny et les déclarations des hôtes du président ivoirien, un conclave de réconciliation et la paix au Bénin.
D’ailleurs, l’ancien président Boni Yayi, levant un coin de voile sur les échanges privés d’Abidjan a laissé entendre : « …nous étions des amis et nous le demeurons dans l’intérêt du peuple béninois et de notre sous-région… ». De son côté, le président Patrice Talon a affirmé : « je fais le serment à Yayi Boni d’être un bon président et je le rassure que je donnerai le meilleur de moi-même pour garantir au Bénin et à toute la sous-région, une bonne ambiance de solidarité et de paix. Les intrigues de la compétition politique ne prendront pas le pas sur notre devoir d’œuvrer pour la paix ».

Au rendez-vous des assurances !
Mais au-delà des professions de foi, le conclave d’Abidjan n’aura pas été qu’un simple rendez-vous de réconciliation entre les deux anciens amis. Et s’il a fallu que l’ancien président Boni Yayi implique ses anciens collègues Alassane Ouattara et Faure Gnassingbé, c’est surtout pour obtenir un certain nombre de garanties. Ainsi, a-t-il réussi à l’issue de la rencontre du lundi dernier à la résidence privée du président ivoirien à obtenir quelques concessions de la part de son successeur Patrice Talon.
Pour rappel, au mépris des avantages liés au statut d’ancien chef de l’Etat, le Dr Boni Yayi a quitté le pouvoir avec une quarantaine de gardes du corps. Chose inédite, cela ne s’est jamais produit avec ses prédécesseurs. Le Général Mathieu Kérékou s’en est allé de la Marina pour ses Filaos sans une horde de gardes. Il en est de même de l’ancien président Nicéphore Soglo qui, après son séjour à la tête de l’Etat, a rejoint sa résidence privée sans s’encombrer d’hommes en armes.

Des bouées de sauvetage pour Yayi !
Pour donc faire respecter l’Etat de droit, l’Exécutif a écrit à Boni Yayi et lui a concédé 5 gardes du corps en lieu et place de la quarantaine qu’il s’est unilatéralement octroyé. Il n’en fallait pas plus pour que l’ancien président panique et cherche du côté de Lomé et d’Abidjan, une bouée de sauvetage. Sinon, de quoi a-t-il peur dans un pays de paix et de quiétude où ses prédécesseurs ne bénéficient pas d’autant de privilèges et d’attention ? Boni Yayi se reproche-t-il quelque chose pour s’entourer d’autant d’hommes en armes pour sa sécurité ?
Mais, aussi bizarre que cela puisse paraître, au cours du conclave d’Abidjan, Boni Yayi a insisté et a réussi à se faire accorder 15 gardes du corps. Certainement, à cause de ses résidences privées à Cotonou, Tchaourou, Parakou et Djougou, le président Talon a mis de l’eau dans son vin. En dehors de cette grande concession qu’il a obtenue, le président Talon s’est aussi engagé à assurer à son prédécesseur, ses droits d’ancien président de la République. Sur ce volet, il faut noter que l’ancien président qui affirme, urbi et orbi, qu’il a travaillé dix ans à la construction du Bénin sans salaire, aura sans doute besoin, cette fois-ci, que son pays s’acquitte régulièrement en sa faveur, entre autres, d’une dotation annuelle, d’une indemnité mensuelle, des moyens de transport, d’une prise en charge sanitaire pour lui-même, son épouse et ses enfants mineurs…
Mais en retour, Boni Yayi a pris l’engagement de se comporter comme un ancien chef de l’Etat. Cela suppose qu’il devrait éviter d’avoir à se faire reprocher des comportements attentatoires à la paix et à l’unité nationale comme ce fut le cas, il y a quelques semaines dans le septentrion. En définitive, Boni Yayi était lundi dernier à Abidjan pour des garanties et se rassurer. Et s’il est encore tôt de conclure que la médiation d’Alassane Ouattara et de Faure Gnassingbé a permis à Yayi de dissiper, pour une fois pour de bon, ses craintes, il est tout de même évident que les retrouvailles d’Abidjan tombent, pour le moment, comme un indispensable répit dans le long bras de fer qui, trois ans durant, a opposé les deux amis.
Angelo DOSSOUMOU

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

3 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE