Recomposition du paysage politique national : Abimbola et Houngnibo lâchent officiellement les...

Recomposition du paysage politique national : Abimbola et Houngnibo lâchent officiellement les Fcbe

0
PARTAGER

Le Rassemblement national pour la démocratie (Rnd) et le Parti pour la démocratie et le changement (Pdc) ne font plus partie des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe). Leurs dirigeants ont récemment faussé compagnie à cette force politique. Ce qui n’étonne guère. La recomposition de la classe politique est amorcée.

Le député Lucien Houngnibo a rejoint l’équipe de la rupture. Il a fait allégeance au président Patrice Talon le week-end dernier lors d’une conférence de presse tenue à Allada, son fief électoral. Le Pdc, le parti qu’il dirige et lui ont promis de soutenir le nouveau locataire du palais de la Marina. Ils s’engagent donc pour un nouveau départ alors qu’ils s’étaient battus, il y a peu, pour la candidature de Lionel Zinsou. Jean Michel Abimbola (Photo) a, lui, aussi officialisé son départ de l’ancienne alliance politique au pouvoir. Dans une lettre adressée au Coordonnateur  national des Fcbe le 13 avril dernier, ce député qui a appelé à voter pour le candidat Talon au cours de la campagne de l’entre-deux tours, a déclaré s’être retiré du regroupement politique créé par Yayi Boni. L’ancien ministre Jean-Michel Abimbola et le Rnd constituent désormais des appuis politiques pour le nouvel homme fort. De bonnes sources renseignent que d’autres forces politiques appartenant à l’alliance Fcbe devraient aussi rejoindre la machine de la rupture. Les Fcbe pourraient ainsi se vider de certains de leurs hommes clé. Beaucoup opéreront la transhumance sans conviction puisque pour eux, perdre le pouvoir, c’est entamer la traversée du désert. Les opportunistes quitteront la barque Fcbe. Evidemment, « le succès a mille pères, l’échec est orphelin». Ils donneront à cette citation attribuée à John Fitzgerald Kennedy tout son sens. Et vu l’état du  système partisan national, il ne peut en être autrement. En attendant les grandes réformes politiques promises par Patrice Talon, la scène politique nationale fera en ce début de mandat sa mue comme à l’accoutumée. Cependant, il faudra nécessairement des hommes pour apporter la contradiction aux nombreux discours du nouveau régime.  

A.S.

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE