Quinquennat de la Rupture : Priorité à la presse locale !

Quinquennat de la Rupture : Priorité à la presse locale !

0
PARTAGER

Il y a des signes qui ne trompent pas. Le nouveau président Patrice Talon a lancé un signal fort quant au traitement qu’il entend réserver à la presse locale durant son mandat. En effet, lors de sa dernière sortie médiatique suite à la proclamation des grandes tendances par la Céna, le président Patrice Talon, avant de démarrer sa conférence de presse, aurait demandé si tous les organes de presse étaient présents. Des confrères de la presse étrangère se sont précipités pour annoncer la présence de leurs organes. Mais, pour toute réponse, le président Patrice Talon a dit que la presse étrangère ne constituait pas sa priorité et qu’il voulait vérifier si Golfe, Canal 3 et autres étaient dans la salle. Ce bout de phrase, qui n’a l’air de rien pour un novice en matière de communication institutionnelle, marque une véritable envie de rupture du président Patrice Talon, en ce qui concerne le sort que les gouvernants du Bénin et d’Afrique en général réservent à la presse locale. Souvent, c’est sur les chaînes internationales que les Africains reçoivent la primeur d’une information qui, pourtant, les concerne en premier. Les médias occidentaux investissent les cellules de communication des présidents, ravissant ainsi la vedette aux médias locaux qui se contentent des miettes que les chargés de communication ont bien envie de leur attribuer. Ils sont nombreux ces présidents africains qui accordent fréquemment des interviews aux chaines étrangères alors que les chaines locales doivent faire la croix et la bannière avant d’avoir un Chef d’Etat en exclusivité, si ce n’est le rôle de chaînes  propagandistes qu’ils aiment tous conférer aux organes  de service public.

Le nouveau président ayant exprimé cette volonté de changer la donne, il revient, à ceux qui auront la charge de diriger sa cellule de communication, de la traduire en acte concret. Il faut que désormais au Palais de la République, les chaînes locales,qu’elles soient de service public ou privé, aient la priorité. Elles doivent être les premières à relayer les activités du Chef de l’Etat à l’intérieur comme à l’étranger. Et dans l’entourage du président Talon, il y a la personne indiquée pour faire en sorte que cette volonté soit respectée à la lettre. Edouard Loko, pour ne pas le nommer, connait mieux que quiconque le milieu de la presse pour être lui-même un journaliste talentueux, ancien président de l’Odem, et ancien vice-président de la Haac. Pressenti pour diriger la cellule de communication du nouveau président de la République, après avoir dirigé avec brio la communication du candidat. Edouard Loko aura l’occasion de régler l’éternel problème d’accès difficile au Palais auquel la presse locale a été, tout le temps, confrontée. Le nouveau président ne pouvait pas choisir mieux que cet homme des médias, pétri d’expérience, pour mettre en œuvre sa politique communicationnelle

Bertrand HOUANHO

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE