Projet de découpage territorial : Talon doit tenir bon

Projet de découpage territorial : Talon doit tenir bon

3
PARTAGER

La question du nouveau découpage territorial restée longtemps en souffrance pourrait être réglée dans les prochains jours. Les chefs-lieux de six (06) nouveaux départements pourraient être dévoilés d’ici-là. Certains choix sont déjà dénoncés par une partie de la population. Mais le Chef de l’Etat ne doit pas échouer dans cette mission.

Le découpage territorial reste visiblement un sujet sensible au Bénin. Il est d’autant sensible que les prédécesseurs du président Patrice Talon ont abandonné très tôt la réforme. Or, il la faut concrétiser pour favoriser l’accélération du développement local. Patrice Talon est peut-être guidé par cette volonté de bien faire. Selon nos sources, les chefs-lieux de six nouveaux départements sont presque connus. Kandi est le chef-lieu de l’Alibori, Djougou devrait abriter le centre du pouvoir dans la Donga, Dassa-Zoumè devrait jouer le même rôle dans les Collines, la Commune d’Allada pourrait être désignée dans l’Atlantique, Kétou dans le Plateau et Aplahoué dans leCouffo.Natitingou devrait rester le chef-lieu de l’Atacora, Parakou garderait sa place dans le Borgou. Il en serait de même pour Abomey dans le Zou, Lokossa dans le Mono, Porto-Novo dans l’Ouémé et Cotonou dans le Littoral.Nos sources rapportent que très engagé à faire aboutir ce projet, le Chef de l’Etat était cette semaineà Ouidah pour expliquer le bien-fondé du choix porté sur la Commune d’Allada dans l’Atlantique. Il était à Savalou aussi ce week-end pour faire le même exercice. Seulement, Patrice Talon n’a pu convaincre ses interlocuteurs par rapport à la désignation de Dassa-Zounmè. Pour ces derniers, Savalou serait dans les Collines, la seule Commune qui réunit les critères définis par la loi 97-028 du 15 janvier  1999 portant  organisation de l’administration territoriale. Certains individus ont par conséquent envahi les rues de Savalou pour manifester leurs mécontentements. La Commune de Dassa-Zounmè est donc contestée. Mais ces poches de protestations doivent-elles influencer la détermination de Patrice Talon? La question est certes sensible.  Seulement, le Chef de l’Etat doit  afficher sa fermeté. Il a été élu pour un seul mandat selon ses propres dires. Il a alors les coudées franches pour opérer de grands changements, les plus douloureux et utiles. N’étant plus à la recherche d’un second mandat, des intérêts électoralistes ne devraient pas freiner son ardeur. Le Président de la République ne doit pas reculer face aux machinations de certains manipulés.Ce faisant, il aurapermis au Bénin de poser aussi d’autres piliers de son développement.On ne peut éviter continuellement ce problème.Il est temps qu’il soit définitivementsolutionné.

Lors de son premier mandat, parce qu’il voulait se succéder à lui-même,Yayi Boni a dû céder aux pressions de certains lobbys dans cette bataille. Il avait alors abandonné le projet qui l’aurait pu inscrire  dans l’histoire. Le président Talon tient, lui,l’occasion pour rapprocher davantage l’Administration des citoyens. Le gouvernement de la Rupture a assez tâtonné dans ses décisions depuis avril 2016. Il doit affirmer pour une fois son autorité dans undossier d’intérêt majeur.

A.S.

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

3 COMMENTAIRES

  1. seul avc un front de pierre le chef de l’Etat pourra accomplir ces projets sensibles puisq’il a un seul mandat bn vent aux reformes surtout ds l’interet de tous

  2. Il est difficile pour le président d’accomplir cette mission que le général kerekou avait entamé et continuer par yayi ne soyons pas partisans de moindre efforts même si nous aimons pas yayi aujourd’hui il a donné le meilleurs de lui même

  3. Commenter :à mon humble avis,talon devrait ré sister aux pressions d’où quelles viendraient à propos de la désignation des chefs lieux des six nouveaux départements.les problèmes politiques ne doivent pas prendre le pas sur les questions de développement.

LAISSER UN COMMENTAIRE