Production cotonnière à grande échelle dans le Borgou:L’Aic passe à l’offensive

Production cotonnière à grande échelle dans le Borgou:L’Aic passe à l’offensive

0
PARTAGER

Les préparatifs de la campagne cotonnière 2016-2017 sont très avancés dans le département du Borgou. Cependant, l’insuffisance en intrants coton, surtout les semences et les herbicides constituent un goulot d’étranglement pour l’Association interprofessionnelle du coton (Aic).

L’Association interprofessionnelle du coton (Aic) est au front pour accroître la production cotonnière dans le Borgou. Elle se bat de toutes ses forces pour combler les attentes des producteurs de l’or blanc qui attendent impatiemment, en ce début de saison, les intrants indispensables au démarrage de la culture. C’est ce qu’il convient de retenir des contacts de terrain pris hier jeudi 02 juin 2016, par l’Association interprofessionnelle du coton (Aic). De Bembèrèkè à Sinendé en passant par N’Dali, Kalalé et Nikki, les préoccupations des producteurs de coton sont presque identiques. En ce début de la campagne cotonnière 2016-2017, tous les intrants coton, surtout les herbicides et les semences, sont vivement attendues par l’ensemble des producteurs de ces localités du département du Borgou. Les équipes de sensibilisation de l’Aic et du gouvernement descendues sur le terrain ont touché du doigt l’inquiétude des producteurs rencontrés, étape et par étape. Dans la quasi-totalité des localités sillonnées, les producteurs et les équipes d’encadrement des secteurs communaux du Carder Borgou-Alibori ont fait savoir que les stocks résiduels d’intrants coton de la campagne écoulée sont loin de combler les besoins. Plusieurs producteurs qui ont entamé le labour depuis l’arrivée des premières pluies sont en panne de semences. La quantité reçue par chacun d’eux ne suffit pas pour couvrir les superficies préparées pour les semis précoces de coton. De vastes superficies labourées attendent encore de recevoir les graines de coton. A Nikki, le président de l’Union communale des producteurs de coton a fait savoir qu’il a déjà labouré plus de 5 hectares de terre qui sont restés sans semis jusque-là. Plusieurs autres producteurs de cette Commune sont dans la même situation que M. Tamou Yarou Djibril. Tous les producteurs présents à la séance ont aussi émis le souhait de la mise en place des intrants engrais et insecticides à temps.

La croisade

Pour le Responsable du développement rural (Rdr) qui a soutenu les producteurs sur le paiement intégral des fonds coton de la campagne 2015-2016, les compléments d’intrants en herbicides et en semences seront bientôt disponibles. Garba Kamarou Dine a également précisé que les producteurs souhaiteraient, comme la campagne passée, le redéploiement des Kits de matériels agricoles pour exploiter de grandes emblavures de culture du coton. Mais, avoue-t-il, le régime défunt a gracieusement offert ces tracteurs aux meilleurs cotonculteurs. Pour son collègue Azouma Safianou de Sinendé, plusieurs séances ont été tenues avec la faitière qui est l’Union communale des producteurs. Toujours dans le cadre des préparatifs de cette campagne, il a affirmé avoir rencontré les responsables des Coopératives villageoises des producteurs de coton pour des dispositions multiples à mettre en œuvre en vue de la réussite de cette campagne cotonnière. L’engouement des producteurs de Sinendé n’a pas changé, comme constaté au cours de la séance animée par les responsables de l’Aic et du gouvernement, a-t-il confié. Cette campagne cotonnière est une campagne de défi, a dit le Rdr Azouma Safianou qui a aussi insisté sur le fait que les producteurs de sa Commune ne doutent toujours pas de la capacité d’approvisionnement en intrants coton du Chef de l’Etat, Patrice Talon. Tous les producteurs entretenus ont été rassuré quant à la satisfaction pour très bientôt de leurs besoins en intrants semences, herbicides voulues, engrais et insecticides par les équipes de sensibilisation de l’Aic et du gouvernement. Pour la commercialisation de leurs productions, les producteurs de ces localités ont appris avec satisfaction que le paiement se fera par décade et non de façon groupée.

Hervé M. Yotto

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE