Prochain scrutin présidentiel au Bénin Lionel Zinsou, un choix historiquement bénéfique pour...

Prochain scrutin présidentiel au Bénin Lionel Zinsou, un choix historiquement bénéfique pour Porto-Novo

0
PARTAGER

La candidature de notre compatriote Lionel Zinsou continue de faire jaser certaines chapelles politiques. Evidemment, c’est le poulain du pouvoir en place. Il est soutenu par un rouleau compresseur dénommé alliance républicaine composée du Parti du renouveau démocratique (Prd) de Me Adrien Houngbédji, des Forces cauris pour un Bénin émergeant (Fcbe) commandées par le chef de l’Etat et la Renaissance du Bénin (Rb) où règne en maître Léhady Soglo. Mieux, une trentaine de partis satellites gravitent autour de cette machine à broyer tout sur son passage. Il n’en fallait pas plus pour traiter ce cheval gagnant de tous les noms d’oiseaux, non seulement à cause de sa double nationalité, mais, parce qu’il serait porté par un système qui aurait perdu toute crédibilité auprès des populations. Le comble, c’est que certains fils de la cité de Tê Agbanlin (Porto-Novo) qui ne maîtrisent pas grand-chose de leur histoire se laissent copieusement roulés dans la farine par certains vendeurs d’illusions passés maîtres dans l’intox. Or, en se référant à l’histoire de la Royauté de Porto-Novo, de tout temps avant la déclaration de constitution de l’Etat dahoméen devenu Bénin, Porto-Novo a toujours tendu sa main à la France. Et souvenez-vous qu’avant d’être Porto-Novo, capitale du Bénin, ancien Dahomey, cette ville a été respectivement placée sous la coupole des Portuguais qui lui avaient donné le nom de Nouveau Porto (Porto-Novo). Elle était sise à l’actuel emplacement du village d’Okoun-Sèmè dans la commune de Sèmè-Podji. Après les Portuguais, la ville capitale a été placée sous la commande des Britanniques ce qui a conféré à la ville, ses intenses activités avec l’Etat d’Ogoun state ayant pour capitale Badagry. Et rappelons-nous que sur le plan religieux, la ville de Porto-Novo, voire tous les départements de l’Ouémé et du Plateau étaient placés par la suite dans le diocèse de Badagry. La conséquence qui en est résulté, c’est que le premier prêtre catholique a été ordonné par les autorités diocésaines de Badagry en la personne de l’Abbé Thomas Mouléro. Dans la foulée, il y a eu cette guerre lamentable entre les royaumes d’Abomey et de Porto-Novo. Une guerre très acharnée qui a eu lieu dans l’Ouémé et plus précisément à Kouti et à Atchoukpa dans la commune d’Avrankou au cours de laquelle, le roi de Porto-Novo a appelé les forces armées britanniques au secours. Mais, les autorités britanniques ont fait la sourde oreille sous prétexte que cette bataille se déroulait en plein week-end, jours sacrés pour les Britanniques, majoritairement anglicans et protestants. Courroucé, le roi de Porto-Novo fait appel à ses amis français basés à Dakar au Sénégal. Sans hésiter, ils ont pris la route pour Porto-Novo pour la bataille d’où ce que les historiens ont appelé, le ‘’dur combat d’Atchoukpa’’. Ce soutien français avait permis de dérouter les troupes provenant du royaume d’Abomey. Ainsi, fort de ce combat et de cet appui, le roi Dê Sodji a de façon ferme, pris l’engagement de signer un protectorat avec la France en 1863. Après coup, les Français se sont installés dans la ville de Porto-Novo et ont construit un palais au profit des gouverneurs.
De tout ce qui précède et après analyse, il ressort que les pères fondateurs de Porto-Novo ont accueilli favorablement la coopération française, ce qui s’était concrétisée par, non seulement, l’apprentissage de la langue française, mais également la colonisation du Dahomey par la France. L’histoire se répétant, voit surgir sur l’échiquier politique, la candidature de Lionel Zinsou taxé à tort ou à raison de Français ou colon. Il est soutenu par le Parti du renouveau démocratique (Prd) dont le fief incontesté et incontestable est Porto-Novo et comme le ‘’non’’ à la France n’est pas Portonovien, (à preuve, la posture de la stature du roi Toffa 1er érigée à la place Bayol, par opposition à celle de Béhanzin à la place Goho à Abomey), le ‘’oui’’ à Lionel Zinsou est bénéfique à plus d’un titre aux fils et filles de la cité aux trois noms (Hogbonou, Adjatchè, Porto-Novo). Au demeurant, nous dirons que le candidat Lionel Zinsou vient donc en sauveur de la ville capitale qui n’a absolument rien d’une capitale. Loin s’en faut ! Il l’a promis lors de son investiture le samedi 30 janvier dernier au stade Charles de Gaulle de Porto-Novo. Il le fera indubitablement dès qu’on lui ouvrira les portes de la marina. Ce qui se passe donc n’est qu’une répétition de l’histoire. Qui dit mieux ?
Bachirou Assouma

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE