Présidentielle au Cap-Vert : Yayi désigné patron des Observateurs Cedeao

Présidentielle au Cap-Vert : Yayi désigné patron des Observateurs Cedeao

0
PARTAGER

Après sa mission réussie en Guinée équatoriale où il était à la tête de l’équipe d’observation pour le compte de l’Union africaine, Yayi Boni, l’ancien chef de l’Etat béninois vient de bénéficier de la confiance de la Cedeao. Ainsi, dans quelques jours, il va conduire la délégation d’observateurs et de superviseurs envoyés par l’institution sous-régionale dans cet Etat.
L’élection présidentielle au Cap-Vert se tiendra le 2 octobre2016. La Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a approuvé le déploiement d'une mission d'observation et de supervision desdites élections. Composée de 40 observateurs, cette mission sera dirigée par Thomas Boni YAYI, ancien Président du Bénin et ancien Président de l’Union Africaine.

Les observateurs proviendront des institutions de la CEDEAO (représentants des ambassades accréditées près de la CEDEAO, membres du parlement et de la Cour de Justice de la CEDEAO…), des organes de gestion des élections (des membres des Commissions électorales nationales), des organisations de la société civile, des médias, des institutions académiques et des experts de la région.

Le leadership de l’ancien Chef de l’Etat béninois de plusieurs années au service de son pays, ainsi que pour sa contribution à la paix, à la sécurité et à la promotion des droits de l’homme, au service de l’Afrique et de la communauté internationale, le rôle qu’il a joué dans la résolution des crises au Burkina-Faso et au Mali, son comportement d'homme d'Etat durant ses deux mandats à la tête du Bénin, le rôle important qu’il a particulièrement joué dans la consolidation de la paix et de la sécurité en Afrique… ont amené la CEDEAO à le désigner pour conduire cette importante mission.

L’ancien Président Thomas Boni YAYI a dirigé récemment la mission d’observation de l’Union africaine en Guinée Equatoriale lors de la présidentielle. Et durant son mandat à la tête de l’Union Africaine, il avait su bien gérer les conflits après élection au Ghana et en Sierra Leone, en 2012.

La communauté internationale a toujours reconnu et salué ses grandes compétences et la force de ses convictions. C’est donc fort de son expérience, de sa parfaite connaissance des réalités de la région ouest-africaine, que la CEDEAO lui a confié cette mission, consciente que l’ancien Chef de l’Etat béninois continuera à être disponible pour contribuer, par ses sages conseils, à la préservation de la paix, de la concorde et de l’harmonie sociale qui constituent la base indispensable au développement économique et social des Etats africains.

Après le départ de Thomas Boni YAYI du pouvoir, le 06 avril 2016, le Secrétaire Général des Nations-Unies, Ban Ki-moon, le Secrétaire d’Etat américain, John Kerry, la chancelière allemande, Angela Merkel, l’ancien Président Français Nicolas Sarkozy, le Secrétaire Général de l’Organisation de la coopération islamique (Oci), Iyad Ameen Madani, l’Administrateur Mondial du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), Helen Clark, le Commissaire européen en charge de la Coopération internationale et du Développement, Neven Mimica, et bien d’autres dirigeants à divers niveaux lui ont adressé des lettres de félicitations et d’admiration pour ses «qualités d’homme d’Etat».

C’est dire que la CEDEAO ne s’est pas trompée dans son choix. Et c’est le Bénin qui est ainsi honoré.

Mike MAHOUNA

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE