Présidentielle 2016 : Le département du Plateau toujours fidèle à Séfou Fagbohoun

Présidentielle 2016 : Le département du Plateau toujours fidèle à Séfou Fagbohoun

0
PARTAGER

Séfou Fagbohoun, Président du Mouvement africain pour la démocratie et le progrès (Madep) a confirmé. Une fois encore, les résultats font de lui le Maître incontesté du département des Plateau, reléguant ainsi loin derrière lui ceux qui usurpaient le titre par concours de circonstance.
La Commission électorale nationale autonome (Cena) présidée par le Professeur d’Université Emmanuel Tiando a parlé. Selon les grandes tendances qu’elle a livrées 24 heures après le second tour de la présidentielle béninoise de 2016, le candidat Patrice Talon arrive en tête avec 65,39 % des suffrages exprimés contre 34,61 % pour son challenger Lionel Zinsou. La Cour Constitutionnelle quant à elle n’a encore rien dit. Mais déjà, les artisans de la victoire du candidat Patrice Talon peuvent se réjouir de l’exploit qu’ils ont réalisé. Dans le lot, un certain Séfou Fagbohoun, affable, fin stratège et moins bavard. Il a donné le meilleur de lui-même pour les candidats de la rupture. Ses consignes de vote ont fait mouche sur l’ensemble des deux tours de la course à la succession de Boni Yayi au Palais de la Marina dans le département du Plateau.
Selon les estimations du second tour de la présidentielle de 2016 au Bénin publiées par l’Institut béninois de sondage (Ibs) que dirige notre compatriote Parfait Djimènou (voir ci-dessous) et qui sont pratiquement confirmés par les grandes tendances annoncées par La Céna, le candidat Patrice Talon a totalisé dans le département du Plateau 73,3 % des suffrages exprimés contre 26,7% pour son challenger Lionel Zinsou. Dans les détails, Patrice Talon grâce au soutien de la machine Madep a survolé les débats dans toutes les communes du département du Plateau. A Sakété par exemple, le Vice-premier Ministre François Abiola a juste eu le temps de constater la fin de son hégémonie. Patrice Talon : 21.132 ; Lionel Zinsou : 7216. A Ifangni, l’histoire n’a pas bégayé grâce à un autre élément de l’écurie Madep qui répond au nom de Louis Vlavonou. Patrice Talon vient en tête avec 24.610 voix contre 10.923 pour Lionel Zinsou. A Kétou, Adja-Ouèrè comme à Pobè, aucune chance n’a été aussi laissée à Lionel Zinsou. Le rouleau compresseur du Président Fagbohoun a tout balayé sur son passage au profit de Patrice Talon. Déjà lors du scrutin du 6 mars 2016, le candidat Sébastien Ajavon pour qui le Patriarche Séfou Fagbohoun a appelé à voter est venu en tête du classement avec un peu plus de 42 % des suffrages exprimés.
Une question de méthode
Contrairement aux autres soutiens du candidat Patrice Talon qui sont friands de tapages, Séfou Fagbohoun a toujours travaillé dans la discrétion. Dès qu’il donne sa parole, il ne fait pas autre chose. Au premier tour de la présidentielle du 6 mars 2016, il a donné sa parole à Sébastien Ajavon après avoir reçu tous les grands candidats. Ses consignes de vote ont été suivies. Pour ce second tour, il a donné sa parole à Patrice Talon. Ses consignes de vote ont été aussi respectées. Cela ne doit pas étonné. Séfou Fagbohoun a sa méthode qui lui est très propre. Il ne fait pas de tapage. Il s’appuie sur les membres de son équipe composée entre autres, du Président Idji Kolawolé (Kétou), de l’honorable Louis Vlavonou (Ifangni), de l’honorable Koussonda Adjibadé (Pobè), du Conseiller communal Bastien Salami (Sakété). Lui-même gérant Adja-Ouèrè de main de maître. Séfou Fagbohoun a horreur des grands meetings. Il en fait peu d’ailleurs. Ce qu’il privilégie, c’est la campagne de proximité avec des relais dans tous les arrondissements, les villages et hameaux. Sa générosité légendaire et sa capacité à répondre à temps aux problèmes sociaux que posent ses militants constituent aussi ses atouts.
C’est en tout cas incontestable ! Séfou Fagbohoun et son Madep ont repris du poil de la bête dans le département du Plateau. Après les succès enregistrés lors des législatives et des communales de 2015, il prend désormais une sérieuse option sur ses adversaires politiques qui ne sont rien d’autres que ceux qu’il a couvé politiquement à l’exception d’un certain Abimbola Michel qui gère bien l’héritage politique de son feu père Adébayo Anani Abimbola.

Affissou Anonrin

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE