Présidentiables des élections de 2016: Voici le Mémorandum du Mouvement sportif béninois...

Présidentiables des élections de 2016: Voici le Mémorandum du Mouvement sportif béninois ! (Le président du CNOSB Julien MINAVOA et les siens innovent)

0
PARTAGER

Depuis le 27 janvier 2016, le CNOSB, sous l’impulsion de ses fédérations nationales sportives membres, a adressé un mémo à un échantillonnage pilote de candidats aux élections présidentielles de 2016 dans notre pays.
Nous vous publions l’intégralité du texte ainsi que la lettre l’ayant transmis aux candidats retenus.
MEMORANDUM DU MOUVEMENT SPORTIF BENINOIS AUX PRESIDENTIABLES
DES ELECTIONS DE 2016

Depuis la mémorable Conférence Nationale des Forces Vives tenue du 19 au 28 février 1990, notre pays le Bénin a courageusement repris son destin en main en se dotant d’une constitution qui prescrit désormais l’option du libéralisme et de l’Etat de droit comme fondement de la conduite des affaires publiques.
En ces temps de la mondialisation dans tous les secteurs vitaux, le mouvement sportif national voudrait se résoudre à s’engager inexorablement dans toutes les batailles de production du mieux être de nos populations.
En effet, Mesdames et Messieurs, point n’est besoin de souligner l’importance de la pratique sportive sous toutes ses formes depuis « le sport pour tous », jusqu’au sport de haute compétition » en passant par « le sport de masse ». Le Sport est pratiqué et sert à maintenir le citoyen dans toutes ses formes pour une bonne productivité et demeure la forme thérapeutique de premier ordre pour personnes âgées. Pratiqué à titre de compétition pour des performances, le sport est aujourd’hui le phénomène le plus rassurant pour la mise en exergue des valeurs d’une nation au point à la faire connaître mieux que l’aurait fait toutes autres formes de diplomatie.
Le sport constitue de nos jours une arme certaine contre laquelle aucune citadelle ne peut résister. Le sport peut être un puissant catalyseur pour atteindre les objectifs de développement durable. De fait il couve de grands enjeux où, même petit, même pauvre, toute nation qui s’y adonne et qui choisit de s’en servir, voit toujours ses attributs se hisser au firmament lors des manifestations les plus titrées au plan international.
A titre d’exemple, rien que par le sport, un pays fait d’île et de montagnes d’au plus 2 millions 800 mille habitants, sans pétrole, la Jamaïque, seulement indépendante en 1972, qui vit de son tourisme, est plus que connue, grâce à ses athlètes dont les images apparaissent sur tous les écrans de télévision. Dans quel pays au monde ne connaitrait-on pas le nom du Ghana, de la Côte d’Ivoire, du Cameroun du simple fait de leur haute performance en sport, pendant que si vous parlez du Bénin en dehors de l’Afrique, il n’est pas rare que l’on vous pose la question de savoir où est-il situé ?
La pratique du sport dans notre pays est régentée par la loi N° 91-008 du 25 février 1991 portant charte nationale des sports et par le décret d’application N° 2002-0176 du 12 avril 2002. Cette armature juridique est-elle toujours celle qui permettra au sport béninois de prendre son envol pour qu’à ce nouveau carrefour décisif de notre destin, notre jeunesse dans son savoir faire sportif porte enfin haut levées nos couleurs nationales ?
Voilà, Mesdames, Messieurs, chères personnalités en vos rangs et grades, en quel terme se pose la problématique pour laquelle, le Mouvement Sportif National a souhaité vous rencontrer.
Comme vous vous en rendez compte, le Mouvement Sportif National compte en son sein certainement une diversité d’opinions et de colorations politiques. Notre démarche ne saurait être assimilée donc à une quelconque rencontre d’allégeance. C’est plutôt une rencontre entre citoyens reconnaissant les valeurs que porte chacun d’entre vous, éminents présidentiables, et qui nous paraissent celles susceptibles de conduire notre pays vers le développement au plan sportif si les graines qu’ensemble nous mettrons sous terre retrouvaient leur espace d’épanouissement.
Le choix porté sur vous n’est nullement dans une intention d’élimination des « non appelés » mais relève tout simplement du souci d’entreprendre notre approche avec un échantillonnage pilote.

Mesdames les Présidentes
Messieurs les Présidents,
Après nos propos d’essartement que nous pensons indispensables, qu’il nous soit permis de vous étaler pour partage, les questionnements autour desquels il importe que vos appréciations et vos pensées profondes soient connues dès à présent, des acteurs du Mouvement Sportif. Un Mouvement Sportif Béninois qui veut désormais placer son existence sous les principes qui caractérisent la vie de l’aigle.
Comme l’aigle, le roi des oiseaux, le Mouvement Sportif Béninois veut :
s Se battre pour le meilleur, nous voulons bannir le réflexe de la médiocrité de nos rangs
s Avoir une bonne vision
s Savoir se concentrer sur l’essentiel
s Savoir faire preuve de patience
s Rester joyeux tout en ayant le sens de l’humour
s Arrêter d’être dans la masse, ou se satisfaire de jouer les seconds rôles
s Voler à travers la tempête
s Sortir de sa zone de confort, oser lutter
s Avoir le sens du timing
s Faire un mariage avec l’Etat qui résiste au temps

Le Mouvement Sportif est une mine d’or. Il veut et doit croire en lui-même et en son potentiel. Il veut mener une vie d’aigle … une vie d’excellence.

Pour toutes ces raisons, nous aurions voulu savoir
1. A quelle place vous positionnez la pratique sportive afin que toute cette foule de jeunes filles et de jeunes gens qui s’y adonnent trouvent des intérêts nouveaux pour continuer avec plus d’espoir à s’investir dans leur hobby ?
2. Que préconisez-vous pour amener les communautés décentralisées à s’engager et à comprendre que la pratique du sport est une des armes les plus efficaces et les plus à leur portée pour combattre la pauvreté et pour une mise en valeur de leurs localités ?
3. Par quelle approche clarifierez-vous les questions de conflit d’attribution entre le Ministère des Sports et le mouvement sportif national et qui annihilent les énormes efforts fournis de part et d’autre ? Seriez-vous favorable à l’idée de la mutualisation des forces de l’Etat et des opportunités du Comité National Olympique et Sportif Béninois puis celles des Fédérations Nationales Sportives ?
4. Les acteurs du Mouvement Sportif National estiment que la loi N° 91-008 du 25 février 1991 portant Charte Nationale des Sports nécessite une relecture après près d’un quart de siècle d’application sans résultat probant. Engageriez-vous, dès votre prise de fonction de Président de la République, des actions pour rendre cette loi plus porteuse dans son application. Ce qui serait plus simple selon le Mouvement Sportif National, consisterait par exemple à reprendre dans les tout premiers mois de votre gouvernance, le décret d’application de ladite loi dans sa forme actuelle favorable à trop d’abus et de manipulations.
5. Notre pays, comme nombre de pays à économie modeste, aspire à devenir une « Nation Sportive ». Pour y parvenir, il faudra satisfaire aux indicateurs indispensables que sont :
a) disposer d’un Mouvement Sportif National (Comité National Olympique et Fédérations Nationales) affilié aux Instances Internationales Sportives respectives.
b) organiser régulièrement au plan national, les compétitions majeures de chaque sport impliquant les deux sexes dans les différentes catégories d’âges.
c) participer régulièrement aux compétitions des organisations continentales et internationales sportives ainsi qu’aux réunions statutaires de ces dernières.
d) payer les frais d’affiliation et régulièrement les cotisations annuelles des Organisations Continentales et Internationales Sportives respectives.
e) accueillir régulièrement de grands événements sportifs (compétitions et/ou réunions)
f) disposer de suffisamment d’infrastructures qualifiées pour hautes compétitions
g) être un pays qui compte dans les deux sexes et dans les différentes catégories d’âges :
§ des champions continentaux
§ des champions du monde
§ des médaillés olympiques
La question : opteriez-vous pour une telle ambition pour notre pays ?
Si oui, le Mouvement Sportif National est prêt à y apporter son expertise.
6. Nulle part au monde, un budget national ne peut à lui seul subvenir aux besoins financiers pour permettre au sport de prendre son envol. Ce qui est assuré dans les pays où l’on pourrait trouver que non seulement le sport marche, mais qu’il contribue d’une part importante au Produit Intérieur Brut, c’est bien grâce aux conditions favorables et incitatives mises en place pour l’implication d’opérateurs économiques publics, privés, nationaux et internationaux.
Seriez-vous porteur d’une loi sur le financement du sport qui encourage le sponsoring ?
7. Tous les gouvernements au monde se trouvent confrontés au problème du chômage de la jeunesse.
Mesdames les Présidentes
Messieurs les Présidents
Permettez-nous de rappeler à votre haute attention que de nos jours existent les métiers du sport. Et, qu’il importe qu’à votre avènement à la tête de la nation béninoise, il soit ouvert non seulement un institut où pourraient se préparer des champions et le haut lieu du savoir où tout sportif pourrait recevoir la formation professionnelle de son choix qui puisse lui assurer une vie normale après celle d’athlète qui ne dure pas dans le temps.
Qu’il soit ouvert le corps des Métiers du Sport avec ses statuts particuliers dans la loi portant statut général des agents de l’Etat.
8. Il est bon que pendant ses années d’activités sportives intenses, le jeune béninois résidant sur le sol national jouisse du statut d’athlète de l’élite et que l’Etat lui accorde le nécessaire décent. Il doit bénéficier d’une couverture et d’une prise en charge médicale qui le mette à l’abri de toute difficulté fonctionnelle aliénante pour son intégrité physique. Le Centre National Médico-sportif doit pour cela être équipé et rendu fonctionnel.
9. Il n’est pas rare de voir pointer d’un doigt accusateur, le calendrier scolaire et ses emplois du temps respectifs, comme une des menaces contre le développement du sport dans notre pays.
Devant l’impossibilité de changement dans l’immédiat de l’emploi du temps, avez-vous une alternative du genre réintégration du sport comme partie intégrante d’un Ministère d’Etat de l’Education qui porte un Secrétariat d’Etat chargé des Sports avec pour Conseiller Spécial, le Comité National Olympique et Sportif Béninois, organe de régulation et de coordination de toutes actions devant engager le Mouvement Sportif National ?
10. Entrevoyez-vous des dispositions qui permettent de réhabiliter le Mouvement Sportif National dans son rôle légal d’organisateur de toutes manifestations sportives à caractère national et international notamment « les jeux nationaux », « les jeux africains » « les jeux de la francophonie » et « les jeux olympiques » avec l’appui financier de l’Etat ?

11. Ne voyez-vous pas que désormais, notre pays devrait mieux soigner son image de marque sur les champs de bataille sportive à travers l’adoption d’un équipement national pouvant permettre de distinguer tout athlète et/ou équipe béninois en compétition quel que soit le sport ?

12. Que pourrait-on tirer d’un sport quand l’organisation nationale chargée de sa gestion n’est ni dotée de siège et d’adresse physique fixes, ni d’équipement et autres engins nécessaires à sa pratique alors que leur acquisition est régulièrement bien prévue dans la loi des finances de chaque année ? Une fois acquis, lesdits équipements ne sont plus mis à la disposition des fédérations concernées mais plutôt distribués à des fins de propagandes politiques totalement hors du champ des Organisations du Mouvement Sportif National.

13. Le Mouvement Sportif National a été particulièrement frappé d’inhibition sans pareil du fait que les ressources prévues au budget national destinées pour les compétitions sont entièrement régentées par le Ministère des Sports. Elles ne reviennent aux fédérations sportives nationales, dans la portion congrue, que bien après les calendriers de compétitions planifiés aux regards des compétitions continentales et internationales. Alors que le bilan au plan sportif de ce Ministère n’est autre chose que les actions menées par les fédérations malheureusement sur leurs propres ressources.
Pour pallier dès cette année 2016, cet état de fait, le Mouvement Sportif national pourrait-il compter que les ressources destinées aux compétitions sportives fassent l’objet de transfert dans un compte spécifique au nom du CNOSB dès le vote du budget national ? Les fédérations sont plus rassurées de disposer des ressources qui leur sont destinées par le canal de leur Institution mère.

14. Que dire des Directions Techniques Nationales des Fédérations Nationales ?
Pour être véritablement utile au sport national, chaque fédération nationale sportive devra se doter d’une Direction Technique Nationale (DTN) avec une administration performante capable entre autres de produire à tout instant les statistiques nécessaires à l’évaluation tant des athlètes ou équipes composant ladite fédération, tant la fédération elle-même pour sa gouvernance.
Ce qui pose encore une fois ici le problème de siège de chaque fédération et de détachement des cadres près des fédérations respectives pour s’occuper réellement de la Direction Technique.
15. Que les relations entre le Ministère chargé des Sports et le Mouvement Sportif National s’en tiennent aux domaines de politique sportive et des questions strictement administratives, afin que les questions de développement sportif se focalisent entre le Ministre et le CNO. Observer le même traitement vis-à-vis de tous les athlètes et équipes de l’élite sportive béninoise en compétition officielle.

16. Il est peut-être bon de rappeler à votre attention que les responsables fédéraux sont des personnalités qui se sont regroupées d’abord en Associations Sportives puis élues par leurs paires sous de grands regroupements de nouvelles Associations Nationales appelées Fédérations Nationales du domaine de leurs choix respectifs mais qui travaillent à titre totalement bénévole selon leurs expertises. Chaque Fédération Nationale affiliée à l’Organisation Internationale correspondante est la seule compétente pour gérer au plan national l’activité sportive concernée. L’ensemble des fédérations nationales se regroupent au sein de leur institution mère appelée Comité National Olympique (CNO). C’est l’unique instance reconnue qui représente le Mouvement Sportif dans tous les pays du monde auprès de Comité International Olympique (C.I.O.), Organe suprême mondial qui gouverne le sport.
Le Comité National Olympique (CNO) est dans tous les pays l’Institution Conseille de premier ordre de l’Etat pour toutes les questions relatives à la pratique sportive et au développement sportif. Ces actions s’étendent à nombres de secteurs vitaux de la Nation, comme l’Education, la Santé, l’Environnement, les BTP, l’Economie, la Diplomatie, la Mobilisation et la Solidarité Nationale etc. de sorte que, dans le cours normal des choses tout projet voulant s’inscrire dans la Durabilité devrait requérir l’implication et l’expertise du CNO et de ses organes.
Dans certaines nations comme le Sénégal, le Cameroun, et la plupart des pays du Maghreb, le Brésil, les USA, la France, le Canada, l’Allemagne, pour ne citer que ceux-là, le CNO est élevé au rang des Corps Constitués de la Nation.
Questions :
1- Seriez-vous favorable à faire du Comité National Olympique et Sportif Béninois (CNOSB), le Conseiller Spécial de l’Etat Béninois en matière de Sports ?
2- Seriez-vous favorable à ériger le Comité National Olympique et Sportif Béninois (CNOSB), l’Organe au sein duquel se regroupent toutes les fédérations nationales sportives, au rang de Corps Constitué de la Nation ?

17. Mettre en place une politique permettant et suscitant plus d’intérêt des compatriotes en fonction dans les chancelleries béninoises à l’étranger, lorsque se déplace un athlète ou une équipe pour une compétition officielle sur un territoire de leur juridiction.

18. La diplomatie béninoise est très souvent absente du combat pour l’occupation des postes au sein des organisations internationales au plan sportif. Pourquoi ne devions-nous pas rechercher à abriter le siège des organisations régionales, continentales et internationales. Si l’on sait qu’une fois acquis, c’est non seulement des devises étrangères que cela va générer pour notre pays mais également des emplois pour nos compatriotes qualifiés pour travailler dans l’administration desdites organisations.

Voilà, Mesdames les Présidentes
Messieurs les Présidents
Les idées et autres centres d’intérêt autour desquels le Mouvement Sportif National souhaite échanger avec vous avant le second tour des élections présidentielles. Car une fois la clarification faite autour, soyez rassurés Mesdames et Messieurs, le Mouvement Sportif National se mettra en ordre de bataille dès votre investiture pour faire de votre mandat, un mandat plein de succès au plan sportif. Des contrats d’objectifs et engagements d’obligation de résultats pourraient être établis entre le Mouvement Sportif National dans son ensemble et votre Gouvernement. Nous souhaitons à chacun de vous et à tous beaucoup de chance et implorons le ciel que celle ou celui à qui il accorderait cette charge puisse la porter avec succès et dans la paix.

Fait à Cotonou, le 27 janvier 2016

Pour le Mouvement Sportif National

Le Président du Comité National Olympique et Sportif Béninois (CNOSB)

Julien Vinakpon MINAVOA

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE