Présence au parlement pour les travaux en plénière et en commission

Présence au parlement pour les travaux en plénière et en commission

2
PARTAGER

Les députés ‘’buissonnières’’ bientôt mis en difficulté

Ils se disent élus du peuple, mais malheureusement, ils ne donnent pas le bon exemple. Loin s’en faut. Au cours des travaux en commission, ils brillent par leur absence. En plénière, c’est le comble. Et pourtant, ils se pavanent à travers le pays avec le titre non méritoire d’honorable. Ce qui est déplorable, c’est qu’il y a des députés pour lesquels nous pouvons compter du bout des doigts, le nombre de fois qu’ils ont mis pieds au Parlement. Une situation que Maître Adrien Houngbédji, le président de l’Assemblée nationale, septième Législature a toujours déploré. Dans son rapport d’activités il a d’ailleurs mis en relief un tableau synthétique qui renseigne sur la fréquence de participation de ses collègues aux travaux. A ce sujet, le constat est loin d’être reluisant.
La goute d’eau qui a fait déborder le vase
C’est l’absence de trente députés sur les 83 en séance plénière du vendredi dernier qui a relancé le débat sur la participation effective aux travaux de l’institution parlementaire. Une question qui a suscité de vives critiques des députés modèles à l’endroit de leurs collègues absentéistes. Pour certains députés, il faut appliquer les textes à l’encontre des mis en cause. L’honorable Robert Gbian, s’arc-boutant sur les dispositions de l’article 60 du Règlement intérieur a appelé à l’application des sanctions disciplinaires pour amener ces collègues à se sentir plus concernés par leur mission. Il sera corroboré par son collègue Joseph Dègla. L’honorable Koussonda est allé jusqu’à demander à ce que les noms de ces absents chroniques soient cités afin de les décourager. Pour d’autres, avant toute sanction, il faut d’abord auditionner les collègues défaitistes afin d’être situé sur les raisons de leur attitude.
Après ce débat général, le président Houngbédji, en bon homme respectueux des textes a naturellement fait l’option de sensibiliser ses collègues sur cette attitude qui ne les honore pas avant de prendre des mesures qui s’imposent. Une démarche pédagogique qui lui permettra d’être à l’abri des critiques une fois que des sanctions vont commencer par pleuvoir. A bon entendeur, salut !
Bachirou Assouma

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

2 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE