Premières déclarations de presse : Talon rassure Yayi et les Béninois

Premières déclarations de presse : Talon rassure Yayi et les Béninois

0
PARTAGER

La Commission électorale nationale autonome (Céna) a confirmé hier, lundi 21 mars 2016, les premiers résultats issus des urnes le dimanche dernier. Les tendances livrées par la Céna donnent une large victoire au candidat Patrice Talon sur Lionel Zinsou. En attendant la confirmation de la Cour constitutionnelle, le candidat gagnant se met tout doucement dans la peau du prochain chef de l’Etat. A cet effet, il a répondu à certaines préoccupations de la presse nationale et internationale hier. De ses réponses, on comprend aisément que Talon va instaurer une autre gouvernance différente de celle de son prédécesseur à partir du 6 avril prochain.
Au sujet d’une éventuelle chasse aux sorcières, Patrice Talon a fait savoir que le Bénin va très mal et il faut s’atteler à le reconstruire et que lui et ses partisans n’ont pas le temps d’aller chercher des poux dans les cheveux de qui que ce soit. «Il serait de bon ton pour nous-mêmes et tous les Béninois qu’une certaine convivialité, qu’une certaine amitié s’affiche. Vous savez, Boni Yayi et moi étions des amis. Ce qui nous a opposé, est désormais du passé. Il n’y a plus de raison que nous soyons adversaires (…) Je voudrais vous rassurer qu’au lendemain du 20 mars et au plus au lendemain du 6 avril, nous serons dans la dynamique d’un pays réconcilié, un pays qui retrouve la convivialité, sa vitalité et sa dignité (…) Nous allons reconstruire notre pays tous ensemble. Il n’y aura pas d’exclusion ni de chasse aux sorcières», souligne-t-il. Cependant, Talon précise qu’à partir du 6 avril prochain, la justice doit être distincte de l’Exécutif. «Le prochain gouvernement ne doit pas mélanger les rôles», a-t-il ajouté. Pour ce qui concerne d’anciens barrons du régime finissant qui l’ont rejoint, sa réponse est claire, il n’y a pas d’un côté des gens très mauvais et de l’autre des gens très bons. J’ai été, a-t-il mentionné, aussi très proche de Boni Yayi. La seule chose qui vaille, retient-on de ce sujet, est qu’il ira chercher partout les compétences nécessaires pour accomplir sa mission à la tête du pays. Justement, son tout premier gouvernement, Talon l’annonce restreint, fait de compétences avérées qui n’iront pas faire des remerciements après leurs nominations. Beaucoup de béninois attendent le président élu sur cette question. Talon vient de les rassurer. Il n’y aura pas de marches de remerciement, ni de messes de remerciement de la part de ses prochains ministres et directeurs de société qui seront promus. C’était aussi une occasion de revenir sur certaines de ses promesses électorales. Ainsi, il tient à faire un seul mandat et pas plus. «Je ne serai pas candidat en 2021 parce que je ne serai plus éligible. Je ne serai plus éligible parce que pour ce qui concerne la réforme proposée dans mon projet de société sur le mandat unique, on ne pourra plus être candidat à la présidentielle lorsqu’on a été déjà une fois Chef de l’État», prévient le candidat de la rupture.

Athanase Dèwanou

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE