Premier conseil des ministres du régime de la Rupture : Le gouvernement...

Premier conseil des ministres du régime de la Rupture : Le gouvernement suspend tous les concours à polémique

0
PARTAGER

Le gouvernement du Nouveau départ a tenu, mercredi 13 avril, son tout premier conseil des ministres. Le ministre d’Etat, secrétaire général de la Présidence a évoqué les grandes décisions, lors d’un point de presse au palais de la Marina.

Une semaine jour pour jour après sa prise de fonction, le président de la République tenait mercredi 13 avril son premier conseil des ministres. Le moins qu’on puisse dire les choses ont démarré sur un chapeau de roue. Des grandes décisions issues de ce conseil, une était fortement attendue par l’opinion publique béninoise. Ainsi, le gouvernement a décidé de suspendre tous les concours à polémique lancés à compter du premier trimestre 2015, a indiqué lors d’un point de presse le ministre d’Etat, secrétaire général de la Présidence, Pascal Irénée Koupaki. Selon lui, les conditions d’organisation de ces concours ne sont pas transparentes. «Des indices montrent que les frustrations viennent de l’opacité qui entoure l’organisation de ces concours», affirme-t-il, avant d’indiquer qu’une commission ad hoc a été mise en place pour approfondir les investigations sur le dossier.

Autre décision importante, la mise en place d’un comité interministériel pour remettre complètement à plat les mesures de transition prise par le gouvernement défunt pour gérer la campagne cotonnière. D’ores et déjà, le gouvernement annule tous les décrets de réquisition des usines d’égrenage. L’équilibre financier de la campagne cotonnière est sujet à caution et un flou règnerait dans les procédures d’approvisionnement des intrants et leur mode de financement. Un audit du marché des intrants sera réalisé, assure Pascal Irenée Koupaki qui soutient que tout sera mis en œuvre pour rattraper le retard que connait actuellement la campagne agricole 2016-2017.

Une trésorerie nationale en déficit !

La situation de la trésorerie nationale a préoccupé le gouvernement lors du conseil des ministres. En attendant que le ministre de l’Economie et des Finances fasse le point sur la disponibilité du Trésor et l’état des ressources publiques, le ministre d’Etat confie que la situation nette du Trésor public est négative. « Nous avons des arriérés de paiement de l’ordre de 160 milliards de francs CFA mais ces chiffres ont besoin d’être audités », appuie-t-il.
La situation énergétique du pays et les difficultés d’approvisionnement en produits pétroliers ont aussi meublé le conseil. Des mesures à court terme sont envisagées, en attendant de proposer dans les semaines qui viennent des approches de solutions durables face au déficit énergétique du Bénin et aux difficultés d’approvisionnement en produits pétroliers.

Pour son premier contact officiel avec ses ministres, le président de la République a donné des orientations sur le fonctionnement du gouvernement. « Le chef de l’Etat a évoqué les valeurs de base pour la réussite de la gouvernance. Il s’agit de gouverner autrement, donc, il a invité les ministres à être des hommes d’écoute et d’humilité. Il leur a demandé de la rigueur dans l’appréciation de l’action publique. Il tient au sens du devoir républicain et de responsabilité individuelle et collective », souligne Pascal Irenée Koupaki. Le gouvernement tient à mettre fin aux improvisations, en décidant d’une programmation trimestrielle des dossiers en conseil des ministres. «Tout sera fait dans l’éthique, l’ordre, la discipline, la rigueur et la franchise», conclut le ministre d’Etat, secrétaire général de la présidence.

Gnona AFANGBEDJI

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE