Pour une vraie renaissance avec l’unique mandat présidentiel:Vivement la chasse aux talents...

Pour une vraie renaissance avec l’unique mandat présidentiel:Vivement la chasse aux talents sous Talon !

0
PARTAGER

La coalition Nouveau départ ayant contribué à l’élection de Patrice Talon se projette déjà dans le futur. Dans cette publication, l’un des membres fondateurs, Henri Dagbédji Hessou, souhaite conformément à la vision du successeur de Yayi Boni, la chasse aux talents. « A talent égal, mérite égal », a-t-il suggéré.
« Et Patrice Talon libéra le Bénin le dimanche 20 mars 2016 à l’issue du second tour de la fatidique élection présidentielle qui a donné, pendant vingt-quatre heures, de véritables bouffées de chaleur à tous nos compatriotes.

Telle une rose, le développement du Bénin ne manque ni de ronces ni d’épines. Merci à notre président sortant de nous avoir aidés à hisser au firmament de la nouvelle gloire, le jour des rameaux, le nouveau Président de la République Patrice Talon qui prêtera effectivement son serment devant Dieu et les mânes de nos ancêtres le mercredi 06 avril 2016 à Porto-Novo. Quelle liesse attendue des populations éprises de paix et de justice ! Car considéré comme une arme redoutable, le bulletin de vote nous a permis, tel que le souligne le député Joseph Djogbénou, de sanctionner les mauvais gouvernants béninois qui nous ont mâtés au cours de nos légendaires mercredis rouges.

Par cet acte noble, notre peuple vient d’être épargné du syndrome du gigantisme de l’hypophyse lui qui porte ainsi Patrice Talon à la tête de l’État.

Hors de notre pays également le syndrome du Gouverneur des Sauvages. Notre cher et regretté Amadou Kourouma avait vu juste en publiant son célèbre roman « En attendant le vote des Bêtes Sauvages ». Hors de nous les acrimonies des pays qui traitaient le Bénin d’une certaine incapacité chromosomique à prendre son destin en main. L’Afrique est libérée : Le Bénin est aussi libéré.
C’est pourquoi, au-delà de la fameuse chasse aux sorcières, nous préférons au sein de la Coalition de la Rupture, la chasse aux talents : à talent égal, mérite égal. C’est dire que le Président Patrice Talon nous invite déjà dans sa première interview à tourner résolument le dos à la chasse aux sorcières en faveur de la détection des vrais talents de la nation.

Nous sommes aussi invités à mettre fin au court-circuitage et au clientélisme.

Il s’agit bel et bien de ce que notre frère Pascal Irénée Koupaki désigne aisément par le joli concept de méritocratie qui a déserté ces dix dernières années le forum commun national. L’heure a sonné pour la reconquête de la dignité nationale et le sursaut d’une patrie meurtrie par la félonie des oiseaux prédateurs même migrateurs d’une rare espèce, c’est-à-dire ceux qui abhorrent le pardon, la justice, la fraternité et le travail.

Tétanisés par le non-lieu du K.o. au premier tour, les oiseaux de mauvais augures ont même cru au deuxième tour à la victoire de leur sympathique messie en alignant en file indienne et à perte de vue les masses affamées et tenues en respect par la misère des factices micro-crédits : « j’ai pris ma portion, mais c’est Patrice Talon qui réside dans mon cœur » chantaient les zémidjans et les femmes devant le Cnhu et sur le boulevard de la Marina. Mais aussi le vrai non-lieu, c’est celui du « après nous, c’est nous ». Avec le Nouveau Départ, nous apercevons déjà les signaux de la réconciliation. C’est une chance, c’est une délivrance du pays dans la juste mesure où Boni Yayi avait enchaîné la nation par des évocations intempestives du nom de Dieu. Vivement, l’État laïc ! Vivement la chasse aux talents pour un bon casting national dans tous les secteurs opérationnels du développement !

Mais avant tout, il est urgent d’ouvrir rapidement le chantier de la qualité de la gouvernance par la composition méthodique et thématique des équipes devant conduire les audits et autres contrôles dans les ministères et toutes les structures concernées par la gestion du pouvoir finissant qui n’oubliera pas de déclarer ses biens à la Cour Suprême avant de chercher à dormir sur ses lauriers.
Boni Yayi, pardon, n’oubliez pas cette noble formalité constitutionnelle car Patrice Talon s’apprête dès maintenant à remplir la sienne, lui qui s’engage par son projet de société, à donner la preuve qu’on veut et on doit rompre avec l’impunité et la corruption. Celui qui a souffert et vécu le martyr comme Patrice Talon ne doit pas s’accoquiner avec ceux qui ont érigé la gabegie en système de gouvernement. Peut-on toujours poser des fausses ou vraies premières pierres jusqu’à la veille du second tour de l’élection présidentielle lorsqu’on a cumulé ou accumulé une dette intérieure de plus de trois cent milliards de francs Cfa ?

Vivement une commission technique nationale ad hoc pour le ramassage méthodique de ces dernières premières pierres qui empoisonnent la marche efficace de notre pays vers le développement durable pour une réelle égalité des chances à tous les enfants du Bénin ! Les enfants du Bénin peuvent-ils dormir tranquillement chez eux lorsque le gouvernement finissant leur laisse un lourd passif caractérisé par des décrets discriminatoires, des concours frauduleux et des marchés acquis gré à gré ?
Talents de tout le Bénin, partisans ou non du talentueux Talon, sauvons la Nation pour que vive la République en vue d’une réelle et vraie renaissance ».

Henri Dagbédji Hessou

Membre fondateur de la Coalition Nouveau départ

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE