Pour propos régionalistes au Nord:Le Pcb condamne Yayi Boni

Pour propos régionalistes au Nord:Le Pcb condamne Yayi Boni

1
PARTAGER

L’ancien chef de l’Etat, continue de faire parler de lui après son départ du palais de la Marina. Retranché dans sa ville natale Tchaourou, Yayi Boni a sillonné, ces derniers jours, quelques localités de la partie septentrionale du pays afin de remercier la population pour la confiance qu’elle a placée en sa personne au cours de ses deux mandats présidentiels. Dans certaines de ses déclarations, on note des propos régionalistes fustigés par le Parti communiste du Bénin. A travers un communiqué en date du jeudi 14 avril 2016, le Pcb sensibilise la population à ne pas céder face aux élans régionalistes de l’ex-chef de l’Etat. (Lire ci-dessous, l’intégralité du communiqué du Pcb).

Communiqué du Pcb

Travailleurs, Jeunes, Femmes, Soldats, Peuple du Bénin.
A peine sorti du palais de la Marina et retiré dans son village natal, en mauvais perdant de l’élection présidentielle, l’acteur principal de la continuité, l’ex-président de la République, Boni Yayi, s’est lancé dans une campagne politique de division des populations du Bénin. « La Nouvelle Tribune », dans sa livraison N°3250 du mercredi 13 avril 2016, rapporte dans l’articlé intitulé : « Des propos de Yayi qui menacent l’unité nationale » : « Depuis le 06 avril, l’ancien président est en tournée dans les contrées du septentrion. Déjà, il a parcouru les communes de Tchaourou, Parakou et Nikki et mettra le cap sur plusieurs autres communes dans les jours à venir. La raison officielle de ces rencontres avec les populations est de les remercier. Du moins, c’est ce qui se dit dans l’entourage de l’ex-président de la République. Mais à voir les discours tenus, on se demande bien si Boni Yayi n’est pas dans une autre intention car les propos tenus sont dune extrême gravité. C’est sur la formation du gouvernement qu’il surfe, déclarant aux populations qu’il voulait sauvegarder leurs intérêts- les populations du septentrion- mais qu’il a été battu, ajoutant qu’actuellement, il n’y a que quatre ministres pour tout le nord. La plupart des propos tenus sont de cette nature et visent à inciter à la partition du pays en montrant aux populations du septentrion quelles sont abandonnées par le gouvernement Talon. Plus que ça, il les prépare à se replier sur elles-mêmes et à créer une sorte de république des frustrés de la République…. »
Comme on peut le constater, la campagne actuelle de l’ex-président Boni Yayi est une atteinte grave à l’unité nationale. La résolution de la question nationale et des disparités régionales est dune haute importance. L’instauration d’une bonne gouvernance et la capacité à punir les auteurs de pillages et de crimes politiques et économiques quelles que soient leurs régions d’origine constituent un facteur de renforcement de la cohésion nationale. A contrario, l’impunité régnante et généralisée actuelle constitue un lit de propagation du régionalisme. On comprend donc que l’origine départementale et ethnique des ministres, voire du président de la République, ne peut être le critère essentiel dans l’appréciation de la capacité de résolution de la question nationale. Le nombre de ministres par région ne préjuge en rien la prise en compte des problèmes des populations d’une région. Compter le nombre de ministres par région et en faire un problème majeur est alors une grande duperie pour couvrir des desseins inavoués. Il faut être un ennemi du peuple, un apatride, un pion de la Françafrique, un revanchard pour s’y adonner à cur joie.

Travailleurs, jeunes, femmes, soldats, Peuple du Bénin,

Le Parti Communiste du Bénin condamne la campagne irresponsable de Boni Yayi tendant à fragiliser la cohésion nationale. Le Parti communiste du Bénin vous invite à vous démarquer de tout propagateur d’idées régionalistes (de revanche ou d’abandon) et à vous en tenir à vos revendications autour desquelles il faut resserrer vos rangs dans des actions unitaires plus fortes pour les faire aboutir. N’oubliez jamais que les crimes économiques et de sang (Icc, machines agricoles, Maria-Gléta, Ppea II, avions présidentiels, concours frauduleux.. affaires Dangnivo, dame Sohoudji, El Hadj Fawaz, caporal Dangou, etc.) de Boni Yayi n’ont épargné aucune région du pays. La ruine de l’école, l’analphabétisme, le chômage de la jeunesse, l’insécurité sanitaire, l’impunité des crimes politiques et économiques sévissent et frappent autant les fils du nord que du sud. Le rejet du contrôle de la gestion du bien public par les travailleurs et les citoyens encourage le pillage des ressources au détriment des populations tant du nord que du sud. Et dans le même temps, les gouvernants pilleurs, tant du sud que du nord, s’entendent très bien sur le dos des populations du nord comme du sud, de l’est comme de l’ouest pour perpétuer le pillage et l’impunité.
Le Pcb, une fois encore, vous dit vigilance, vigilance et encore vigilance. Vous venez, dans un élan patriotique de rejeter la recolonisation de notre pays. Mais la Françafrique est encore présente avec ses réseaux et agents dont Boni Yayi. Or l’impérialisme français est revanchard, et son instrument d’action, la Françafrique a plus d’un tour dans son sac, y compris l’incitation à des conflits entre régions pour justifier ses agressions militaires et renforcer sa domination.
Restez donc mobilisés et améliorez en permanence vos organisations de combats afin de barrer la route aux fauteurs de guerres réactionnaires et pour instaurer une gouvernance qui prenne en compte vos réelles préoccupations.

Cotonou, le 14 avril 2016

Le Parti communiste du Bénin


 

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE