Pour le vote du Budget de l’Etat 2017 : Houngbédji pose des...

Pour le vote du Budget de l’Etat 2017 : Houngbédji pose des conditions

0
PARTAGER

Les députés ne devraient pas se comporter comme des godillots lors de l’étude du projet de loi des finances de 2017. Le lundi dernier, le président Adrien Houngbédji (photo) a énuméré les conditions qui influenceront leur vote.

Adrien Houngébdji a annoncé la couleur lors de l’ouverture de la deuxième session du Parlement. Le projet de loi de finances de 2017 sera passé au peigne fin. Aucune  proposition ne sera adoptée sans une étude profonde dudit projet. Ce lundi, le président de l’Assemblée nationale l’a indiqué à qui voulait l’entendre. « Ce qui frappe à première lecture, c’est le chiffre annoncé : le projet de Budget général de l’Etat gestion 2017 s’élèvera à la    somme de 2010 milliards Cfa contre 1423 milliards Cfa l’année précédente (…) nous l’examinerons avec minutie », a-t-il déclaré. Et de poser les préalables du Parlement : « (…) Le gouvernement devrait partager avec la représentation nationale les options de politique économique qu’il a  choisies pour la relance de l’économie, au lendemain du collectif budgétaire voté en juin dernier. Nous devons en effet apprécier si les mesures proposées par le gouvernement prennent en compte la création d’emplois et la réduction du chômage, notamment chez les jeunes ». A l’entendre, le Parlement vérifiera si ledit projet de loi a intégré la nécessité d’améliorer la résilience de l’économie nationale  aux chocs exogènes, notamment les effets des changements climatiques surtout que le Bénin a ratifié la convention relative à la Cop 21. «Lors du dernier débat d’orientation budgétaire institué par la loi organique sur la loi de finances, la représentation nationale a été informée des choix du gouvernement en matière agricole. Nous attendons donc du gouvernement, qu’il confirme les actions relatives à la diversification de l’agriculture béninoise, et à l’émergence de nouvelles filières agricoles aussi organisées que le coton. Le développement touristique dont nous devons exploiter au mieux les énormes potentialités du Bénin, est aussi un sujet d’interrogation», précisera Me Adrien Houngbédji. Le gouvernement devra à l’en croire étudier les  préoccupations exprimées par les organisations syndicales. Lesquelles ont motivé les dernières négociations sociales. L’Assemblée nationale en tant que porte-parole des populations, dira-t-il, s’interrogera à juste titre, sur la question de savoir en quoi le projet de loi de finances soumis à son examen, apporte des points de satisfaction aux travailleurs.

C’est dire que la session budgétaire de cette année ne sera de tout repos pour les parlementaires. Le projet de loi de finances, exercice 2017 ne passerait pas sans difficulté en plénière. Le gouvernement de la Rupture obtiendra son vrai premier budget. Mais il aura à défendre âprement d’abord ses options. Les débats au Parlement se promettent donc très houleux.

A.S


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE