Pour des prêts et crédits non remboursés:La Banque mondiale menace le Bénin

Pour des prêts et crédits non remboursés:La Banque mondiale menace le Bénin

1
PARTAGER

Un document édité par la Banque mondiale sur la situation des prêts et crédits accordés au Bénin non encore remboursés accuse l’Etat du non-respect de ses engagements et menace de ne plus donner suite à une demande de financement de projets. Le régime défunt est au banc des accusés.

A plusieurs égards, le régime défunt n’a pas pu honorer ses engagements, ni assumer ses responsabilités. Les exemples ne manquent pas quelque soit le sujet qu’on abordera. Comme c’est d’ailleurs le cas avec les Institutions de Breton Woods. Plusieurs prêts et crédits obtenus auprès de la Banque mondiale par le gouvernement de Yayi Boni n’ont pas été réglés au regard des échéanciers établis. Ce qui a poussé l’institution de Breton Woods à hausser le ton, menaçant qu’aucune demande de nouveaux prêts en faveur du Bénin ne sera présenté à son Conseil d’Administration si les montants dus ne sont pas réglés. Au total 1459,75054 Euros soit 948837851 FCfa (voir fac similé) dont le remboursement doit intervenir dans moins de 30 jours, a exigé la Banque mondiale. Ce dossier met en exergue la largesse avec laquelle le chef de l’Etat et ses hommes ont géré les deniers publics. Quand on traitait ce régime d’Etat voyou, les gens nous ont traités de tous les noms d’oiseau et étaient prêts à nous crucifier. Comment appelle-t-on alors un Etat qui ne respecte pas ses engagements et accords internationaux ? Le mot voyou n’est pas trop fort pour qualifier les comportements du gouvernement défunt. Impayés, dettes, se soustraire des lois qu’on applique aux autres, c’est tout cela que Yayi Boni a choisi comme mode de gouvernance. On découvre qu’il y a plus grave. Il a fait des prêts sans prendre aucune précaution pour les rembourser. En janvier 2016, l’Etat avait réglé environ 300 milliards de dettes après avoir lancé deux emprunts obligataires en août et novembre 2015. Mais ce montant n’a pas permis d’effacer une bonne partie de l’ardoise. La situation à la Banque mondiale est préoccupante. L’institution laisse planer des menaces de suspension de son aide au Bénin, ce qui représente un danger pour les nouveaux projets. Les conséquences d’une telle mesure sont nombreuses. Lorsqu’un pays n’a pas le quitus des Institutions de Breton Woods, il ne met pas les investisseurs en confiance. C’est ce que le Bénin risque.

FN

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE