Portées socio-économiques du budget général de l’état gestion 2017: Le Président Houngbedji...

Portées socio-économiques du budget général de l’état gestion 2017: Le Président Houngbedji Félicite, encourage et interroge le gouvernement

0
PARTAGER

l’annonce du projet de Budget Général de l’Etat gestion 2017, les interrogations et commentaires tournent autour du montant total dudit projet de budget. Le président Adrien Houngbédji l’a rappelé ce lundi 17 octobre à l’occasion de l’ouverture de la deuxième session ordinaire de l’année 2016 de l’assemblée nationale. « …Ce qui frappe à première lecture, c’est le chiffre annoncé : le projet de Budget Général de l’Etat gestion 2017 s’élèvera à 2010 Milliards CFA contre 1423 Milliards CFA l’année précédente… ».

Au cours de cette deuxième session ordinaire encore appelée à juste titre session budgétaire, les députés examineront en commissions puis en plénière ce Projet Budget Général de l’Etat gestion 2017. Le premier responsable de l’institution parlementaire trace d’ores et déjà la voie en ces termes avant de féliciter et d’encourager le Président Talon et son Gouvernement : « …Comme à l’accoutumée, nous l’examinerons avec minutie. Mais saluons au passage ces véritables défis que lancent le Chef de l’Etat le Président Patrice Talon et son gouvernement : le défi d’une mobilisation accrue des ressources, et le défi du capital-investissement. Nous leur souhaitons plein succès ; leur réussite sera la nôtre, la réussite du Bénin… »

Les interrogations du Président Houngbédji sur le projet de Budget Général de l’Etat gestion 2017

Que contient réellement le projet de Budget Général de l’Etat gestion 2017? Comment le gouvernement compte-t-il mobiliser les ressources nécessaires pour sa mise en oeuvre? Ce projet de budget tient-il compte des aspirations au mieux-être de l’ensemble des nos béninois? Tient-il compte de la crise qui sévit actuellement au Nigéria? Prévoit-il des actions concrètes en matière d’infrastructures de transport, de TIC et surtout d’énergie?…. Les interrogations du Président de l’Assemblée nationale sur le projet de Budget Général de l’Etat gestion 2017 sont pertinentes les unes que les autres. Cet extrait de son discours de ce lundi 17 octobre 2016 en dit long:

« …La présente cérémonie d’ouverture m’offre l’occasion de scruter l’horizon, et de m’interroger sur la prise en compte des préoccupations de nos populations.

En effet, le budget, considéré comme un véritable instrument de politique socio-économique, doit refléter les aspirations au mieux-être de l’ensemble des nos béninois.

C’est pour cette raison qu’il est important d’obtenir de l’exécutif à travers le projet de loi de finances, des réponses précises à certaines questions.

Notre économie est en proie aux effets néfastes de la récession économique qui sévit au Nigéria, avec son corollaire de baisse d’activités, et de baisse de compétitivité pour l’industrie locale, et de réduction des recettes fiscales. D’où la question de savoir, si le projet de loi de finances qui nous est soumis permet de juguler les effets de cette crise.

De plus, le gouvernement devrait partager avec la représentation nationale les options de politique économique qu’il a choisies pour la relance de l’économie, au lendemain du collectif budgétaire voté en juin dernier. Nous devons en effet apprécier si les mesures proposées par le gouvernement prennent en compte la création d’emplois et la réduction du chômage, notamment chez les jeunes.

Dans cet hémicycle, nous avons procédé, il y a quelques jours, à la ratification de la convention relative à la COP 21 signée à Paris. Le projet de loi de finances a-t-il intégré la nécessité d’améliorer la résilience de notre économie aux chocs exogènes, notamment les effets des changements climatiques ?

Par ailleurs, nul n’ignore que le Bénin est un pays de transit, pour ne pas dire de services. Dès lors, son déficit en infrastructures doit être résorbé, pour favoriser l’épanouissement du secteur privé et l’amélioration de la qualité des services offerts aux pays de l’hinterland, dans un environnement concurrentiel.

La représentation nationale attend donc de voir traduites dans le budget 2017, des actions concrètes en matière d’infrastructures de transport, de TIC et surtout d’énergie.

La loi sur le partenariat public-privé étant une réalité après son vote récent, nous aurons à rechercher dans le projet de loi de finances, les dispositions prises par le Gouvernement, pour tirer le meilleur profit de cet instrument juridique.

Lors du dernier débat d’orientation budgétaire institué par la loi organique sur la loi de Finances, la représentation nationale a été informée des choix du gouvernement en matière agricole. Nous attendons donc du gouvernement, qu’il confirme les actions relatives à la diversification de l’agriculture béninoise, et à l’émergence de nouvelles filières agricoles aussi organisées que le coton.

Le développement touristique dont nous devons exploiter au mieux les énormes potentialités du Bénin, est aussi un sujet d’interrogation.

Enfin, les préoccupations exprimées par les organisations syndicales et qui ont motivé les récentes négociations du gouvernement avec celles-ci, appellent l’intégration des points d’entente dans les priorités budgétaires. L’Assemblée Nationale en tant que porte-parole des populations, s’interrogera à juste titre, sur la question de savoir en quoi le projet de loi de finances soumis à son examen, apporte des points de satisfaction à cette frange de la nation.

Au total, nous devons nous assurer que le projet de loi de finances intègre des mesure concrètes, pour améliorer la répartition des fruits de la croissance, en vue de la réduction de la pauvreté, et la réalisation des objectifs de développement durable, au sujet desquels notre pays a pris des engagements devant la communauté internationale.

Des réponses à ces différentes questions, défendent le renforcement de notre démocratie, l’éclosion d’une activité économique saine et dynamique, ainsi que l’instauration d’un climat de paix sociale et durable… »

F.Z.O

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE