Politique nationale : Mètongnon passe au crible les premiers actes de Talon

Politique nationale : Mètongnon passe au crible les premiers actes de Talon

0
PARTAGER

Le syndicaliste Laurent Mètongnon a posé un regard critique sur les premières décisions de la Rupture sur Canal 3 Bénin hier. Il n’a pas fait dans la dentelle.

Pas de langue de bois pour le Secrétaire général de la Fédération des syndicats des travailleurs du ministère de l’économie et des finances (Fesyntra-Finances) ce dimanche sur Canal 3 Bénin. Laurent Mètongnon n’a pas caché ses inquiétudes par rapport aux engagements pris par le président Patrice Talon mercredi dernier au stade Charles de Gaulle. « J’ai pu noter 15 points. Et je voudrais bien voir si le Chef de l’Etat va les tenir», a-t-il lancé. Il a trouvé moins pertinente la proposition portant sur la création des corps de contrôle au sein de l’Administration. Il a jugé l’initiative superflue puisque ces corps annoncés existent déjà. Ce membre du Parti communiste du Bénin (Pcb) n’a pas apprécié « simple engagement » pris par le président Talon au sujet de la lutte contre la corruption. « On a longtemps promis de lutter contre la corruption dans ce pays. Ce qu’il nous faut aujourd’hui, c’est de lutter contre l’impunité. Il ne faut pas faire de la lutte contre la corruption une incantation. Il faut la conviction et la détermination». Le syndicaliste connu pour ses phrases choc n’a pas manqué de soupeser certains nouveaux ministres du premier gouvernement de Patrice Talon. Selon lui, le nouveau Garde des Sceaux a des compétences avérées. Mais, a-t-il souligné, Me Joseph Djogbénou reste l’avocat du président de la République dans plusieurs dossiers. Laurent Mètongnon montre que ce lien fragilise la légitimité que devrait revendiquer le nouveau ministre de la Justice. Il a aussi critiqué la nomination de Barnabé Dassigli dont les méthodes de gestion avaient été contestées durant la période révolutionnaire et lors de son passage à la tête de la Préfecture de  Cotonou. L’invité de Canal 3 Bénin condamne aussi la nomination de Jean-Claude Houssou au ministère de l’Energie. Selon lui, ce Béninois de la diaspora qui aurait travaillé pour Electricité de France (Edf) pourrait défendre les intérêts français au sein de l’équipe de Patrice Talon. « Il représente la Françafrique», a-t-il affirmé. Le nouveau Grand argentier ne serait pas aussi sans reproches. Pour Laurent Mètongnon, le désormais ancien responsable de l’activité audit du cabinet Deloitte pour l’Afrique francophone, Romuald Wadagni ne mériterait pas son nouveau poste. « Je ne vois pas la compatibilité entre un expert-comptable et les finances», a-t-il lancé. Il pense par ailleurs que le cabinet Deloitte a réalisé des audits au Bénin et que la promotion du quadragénaire Romuald Wadagni pourrait permettre audit cabinet de prendre encore du terrain au Bénin. « Pour un nouveau départ, je pense que ça pose problème. Il faut la rectification toute de suite. Il ne faut pas nous faire regretter quelqu’un (Yayi Boni, Ndlr) », a-t-il déclaré avant de rappeler que Patrice Talon  doit réparer  durant ce mandat de transition le tort qu’ «il a causé  ces dix dernières années en soutenant Yayi».

A.S

Matin Libre

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE