Politique énergétique du Gouvernement:Le régime Talon promet rétablir la lumière

Politique énergétique du Gouvernement:Le régime Talon promet rétablir la lumière

0
PARTAGER

Patrice Talon vient à la tête d’un Bénin où l’énergie électrique est une denrée rare. Yayi Boni lui a laissé un pays qui n’a relevé aucun défi dans le domaine énergétique. Aujourd’hui, le peuple souffre sans aucun espoir de sortir, d’ici peu, du noir et de la chaleur. Mais le régime Talon donne des assurances. Le débat a été fait en conseil des ministres et Jean-Claude Houssou, ministre de l’énergie et des mines l’a réaffirmé sur la télévision nationale hier nuit.

D’ici 5 ans, le problème sera définitivement réglé et il y a des mesures urgentes en cours pour réduire le besoin criard du moment. Cette assurance a été donnée hier par le Ministre de l’énergie au cours de son émission sur la télévision nationale. Pascal Koupaki, ministre d’Etat a confirmé qu’en conseil des ministres, le débat a été effectivement fait et le chef de l’Etat est très préoccupé par la situation. Plus rien ne sera comme avant selon le ministre qui a évoqué les démarches en cours au niveau du gouvernement et les dispositions prises pour que les groupes en panne soient réhabilités et remis en marche le plus tôt possible. A l’écouter, l’Etat des lieux n’est pas bon dans le domaine de l’énergie au Bénin.
La politique énergétique du régime défunt a échoué. Yayi Boni a crié, tourné et voyagé au cours de ses deux mandats sans pouvoir régler ce problème pourtant vital pour les Béninois. Au contraire, la situation que présente le secteur énergétique semble être plus chaotique qu’avant 2006. Evidemment, la demande est devenue plus forte qu’avant. Mais quand on se rappelle de tout le bruit fait autour de ce secteur dès les premiers jours du régime du changement en 2006, il y a lieu pour les Béninois de se sentir déçus. Pour rappel, il y a eu une forte communication autour d’une crise du genre en 2006 et il a été même annoncé que si le Bénin ne versait pas dans les 24 heures les milliards dus à la Communauté électrique du Bénin, tout le pays sera coupé et mis dans le noir. C’était à moins de deux heures de cette fameuse coupure nationale qu’on était venu à la télévision nous annoncer que le paiement a été fait avec le concours de certaines banques de la place. Par la suite, des ateliers et réunions ont été organisés pour de grandes réformes dans le secteur énergétique au Bénin. Des partenaires ont été contactés et à chaque fois, on promettait aux Béninois, la fin du calvaire. Une centrale électrique a même été réalisée à Maria Gléta à plus de 40 milliards de Fcfa. Sur les 80 mégawatts annoncés pour provenir de Calavi, plus rien ne vient de nos jours. Et à aucun moment, les 80 Mégawatts n’ont été produits. D’ailleurs, le Bénin n’a pu avoir le gaz pour alimenter les turbines. L’utilisation du Jet A1 revient trop chère à l’Etat béninois. La construction annoncée de barrages électriques pour soulager le Bénin peine à démarrer. Depuis quelques mois, des Chinois séjournent dans la commune d’Aplahoué dans le cadre de la construction du barrage d’Adjaralla. Mais visiblement, rien de concret encore.

La Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) qui est en contact direct avec les populations n’arrive certainement pas à gérer la situation. Elle se contente de son rôle de distribution, même si là encore, les plaintes ne cessent de pleuvoir. Les consommateurs n’arrivent pas à comprendre comment cette société ne donne jamais l’occasion de lui devoir mais se permet de ne pas fournir de l’énergie en plein temps aux populations.

Les vraies raisons des délestages actuels

Le Ministre n’est pas trop allé dans les détails sur ce plan. Mais nos sources nous renseignent que les délestages observés depuis quelques jours trouvent leur origine dans le problème traditionnel et surtout les réformes en cours. On apprend qu’à l’arrivée du nouveau ministre, la location des groupes qui fonctionnaient et réduisaient le délestage a été suspendue. L’approvisionnement en carburant, ainsi que les paiements des dettes y afférentes. Au niveau du trésor public, on nous a confirmé que la somme de plus d’un milliard de Fcfa est en attente de paiement au fournisseur de carburant sur la période du 14 janvier au 5 Avril 2016. Cette suspension des contrats de location et d’autres prestations a simplement créé un déficit dans la fourniture de l’énergie ; puisque le Nigeria et le Ghana n’ont jamais été stables dans ce qu’ils vendent au Bénin. Jusqu’à hier, les groupes n’étaient plus en marche et la Sbee s’est vue obligée de reprendre avec le délestage. Elle ne peut rien, car elle n’est pas productrice d’énergie. Elle ne distribue que ce que l’Etat met à sa disposition.

Félicien Fangnon

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE