Polémique autour des émoluments des commissaires des réformes constitutionnelles : La version...

Polémique autour des émoluments des commissaires des réformes constitutionnelles : La version de Djogbénou dimanche prochain

0
PARTAGER

Juste au lendemain du dépôt de leur rapport sur les réformes constitutionnelle et institutionnelle, l’information sur les émoluments des 35 membres constituant la commission a filtré. Pour certaines gazettes, chaque membre de la commission Djogbénou s’est tapé 15 millions de FCfa soit le demi-milliard pour tout l’effectif. Une version qui a semblé ne pas convaincre le gouvernement, car le président de la commission et ministre de la Justice, Joseph Djogbénou se serait opposé à ce jackpot. Il se serait confié à des journalistes en off. Mais dans sa parution d’hier lundi, votre journal, avec certitude, a placardé à la Une, que la commission mise en place par le chef de l’Etat et qui a travaillé durant 45 jours, a coûté aux contribuables béninois 350 millions à raison de 10 millions dans la poche de chaque « expert ». La polémique enfle à nouveau. A la recherche de la « vérité » des chiffres, une radio privée, en l’occurrence Océan fm a dû contacter le Garde des Sceaux, le professeur agrégé de Droit et Avocat, Me Fifamè Joseph Djogbénou (photo). Malheureusement, il n’a pas pu se prononcer officiellement pour lever l’équivoque sur cette affaire d’émoluments dans un environnement où le gouvernement a lui-même fait l’option de réduire le train de vie de l’Etat en interdisant désormais les « perdiems » en commission. Le président de la commission chargée des réformes constitutionnelles et institutionnelles aurait rassuré les confrères qu’il se prépare à monter au créneau dimanche prochain. Est-ce sur Océan fm ? Sur Soleil fm ? Les réseaux sociaux ? Sur la télévision nationale ? Ou à travers une conférence de presse ? Pour l’heure, pas grand-chose sur le canal. Mais le plus important pour les Béninois est que toute la lumière soit faite sur ce montant que certains jugent de renversant. Mieux, que Joseph Djogbénou se prononce sur ce rapport très critiqué déposé mardi 28 juin 2016 au chef de l’Etat.

Jacques BOCO

aCotonou

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE