Paul Essè Iko, Secrétaire général de la Cstb : « Au plan...

Paul Essè Iko, Secrétaire général de la Cstb : « Au plan du dialogue social, c’est la catastrophe même »

1
PARTAGER

«Le Président Patrice Talon a très tôt abandonné ses promesses pour commencer par nommer des gens qu’il dit qu’ils ont mouillé le maillot. Mais vous pouvez mouiller le maillot pour cacher les crimes que vous avez commis. La belle preuve, vous les avez vus ! (…) Ils sont plein comme ça qui ont été parachutés, placés parce que les regroupements de partis politiques font pression sur Patrice Talon. Et Dieu même sait, en matière de concours, quel problème nous avions eu hier avec Yayi Boni. Dieu merci, il vient d’annuler les concours et il ne pouvait pas faire autrement. Nous félicitons les travailleurs pour leur dire que seule la lutte paie. (…) La Rupture signifie mettre fin à l’impunité (…). Au plan du dialogue social, c’est la catastrophe même. Depuis que Patrice Talon est arrivé, moi je ne l’ai jamais rencontré, je ne l’ai jamais vu. Et Patrice Talon n’a jamais rencontré les travailleurs et il a fait 100 jours dit-on. Patrice Talon met les pieds dans les pas de Yayi Boni. Nous avons toujours considéré le dialogue social dans notre pays comme une méthode de regrouper les travailleurs et de produire ce qu’on a appelé un marché de dupe. (…) Depuis qu’il est arrivé, les retraités ne sont même pas payés avec leur 1.25. Quand on change l’indice, on change ça pour tout le monde y compris les retraités. Au moins ce minimum, Patrice Talon ne le sait pas et son gouvernement, non plus, ne le sait pas. Les travailleurs n’ont pas satisfaction à leurs revendications. Et la seule chose qui hante la tête de Patrice Talon est que les travailleurs viennent s’asseoir et qu’ils signent une charte. La même charte que nous avons refusée à Yayi Boni. La Cstb s’inscrit en faux contre ce marché de dupe. Talon étant un privé par excellence, les travailleurs du secteur privé sont malmenés, traités en esclaves. Le cas de la Cbt de Lokossa, la société sucrière de Savè…»


Matin Libre

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE