PARAKOU :CHARLES TOKO EXPOSE LES PROBLÈMES DE LA VILLE AU CHEF...

PARAKOU :CHARLES TOKO EXPOSE LES PROBLÈMES DE LA VILLE AU CHEF DE L’ETAT

0
PARTAGER

Patrice Talon  a été accueilli à l’entrée de la ville par une immense foule venue spontanément lui souhaiter la bienvenue dans la cité des kobourou. Il s’est rendu ensuite à la mairie de la ville où il a été accueilli par le Maire Charles Toko, les autorités municipales et autres députés issus de la ville .Il a ensuite écouter le maire, le préfet du département , avant de livrer à l’ensemble des élus politiques, responsables associatifs , religieux et administratifs de la ville son propos sur les actions en cours et prochaines de son gouvernement.. Le maire Toko a présenté un tableau peu reluisant de sa ville au chef de l’Etat lors d’une séance de travail avec les élus locaux. La ville de Parakou se meurt et elle est malheureusement réduite à un gros village totalement abandonné, souligne le maire. Pour Charles Toko, les indicateurs sont au rouge dans les domaines socio-économiques.

Dans le secteur éducatif, le maire de Parakou a évoqué le manque crucial de salles de classes, de mobiliers, d’enseignants et de matériel didactique. Il précise que les efforts de la mairie et de l’État central à travers les ressources du FADEC ne parviennent pas encore à juguler la forte demande de ce secteur.

Au plan sanitaire, tout reste à faire aux dires de l’autorité municipale. Selon elle, l’unité de dialyse du CHD-Borgou datant de 2003, a connu des difficultés en 2015 où tous les appareils sont hors d’usage.  Aujourd’hui, sur les sept (07) générateurs offerts par les Béninois de la diaspora, seulement deux (02) sont fonctionnels, souligne le maire de Parakou avant de préciser que les deux générateurs fonctionnels ne peuvent soigner que 10 malades par semaine. Or, l’unité de dialyse de Parakou est prévue pour couvrir les départements du Zou, des Collines, de la Donga, de l’Atacora, de l’Alibori et du Borgou, renchérit Charles Toko.     

Le maire n’a pas occulté, le bitumage des routes Parakou-Pèrèrè, Parakou-Frontière-Nigéria, la construction d’un palais des congrès, d’un marché de classe international, d’un marché à bétail, d’un stade omnisport, le manque de moyens roulants et la dotation d’un budget de fonctionnement aux unités de gendarmerie et de police.

Prenant la parole, le président Patrice Talon reconnait que Parakou manque de tout et il va plus loin en disant que Parakou n’est pas la seule ville malade du Bénin mais c’est plutôt tout le Bénin qui est malade dans presque tous les secteurs d’activités. Pour ce faire, le président Patrice Talon place l’espoir dans le plan d’action du gouvernement (PAG) qui vient d’être finalisé pour les 04 années à venir.

Le PAG impactera tous les secteurs à savoir l’éducation, la santé, le développement local, l’assainissement et autres précise-t-il.  Le président de la République rassure que dans quelques mois, tout le pays sera en chantier avec Parakou au cœur des programmes de développement du gouvernement.  Ainsi, « D’ici 2021, il n’existera plus à Parakou de rues non pavées ou non bitumées », martèle le chef de l’Etat.  Abordant le domaine de la santé, le chef de l’Etat indique qu’il est prévu un investissement lourd pour mettre le plateau technique du CHUD-Borgou au point. De la même manière, le président de la République entend redorer le blason de l’université de Parakou.

« J’ai l’ambition de faire de ce haut lieu de savoir, un véritable pôle de connaissance, de développement et d’apprentissage », a déclaré Patrice Talon avant de rappeler que les réformes sont en cours pour dépolitiser le système éducatif béninois.

Le président entend doter toutes les unités de police et de gendarmerie de moyens roulants et d’un budget de fonctionnement conséquent aux fins de leur permettre de mener à bien leur mission. Dans le domaine de l’eau, le besoin au plan national est évalué à plus de 600 milliards de francs CFA. Le chef de l’Etat a promis de couvrir les besoins en eau à 100% avant la fin de son mandat. S’agissant de l’énergie, il a annoncé qu’au plus tard en janvier 2017, il n’y aura plus de délestage au Bénin et qu’en 2019, le Bénin sera totalement indépendant au plan énergétique. Pour finir, le président de la République invite les populations de la ville de Parakou à adhérer aux différentes réformes en cours.   

ABP


pressej.info

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE