Panique générale dans l’Administration publique

Panique générale dans l’Administration publique

2
PARTAGER

Depuis l’avènement du régime de la Rupture, l’heure n’est plus à la sérénité dans l’Administration publique. Ça panique beaucoup. Quand on fait un tour dans les différents services, on constate que c’est un rideau de tristesse qui couvre les visages. Les cadres surtout ! Les gens se font du souci. Beaucoup même ! En plus de perdre bientôt les postes de nomination qu’ils occupent actuellement, ils devront répondre des crimes et abus financiers qu’ils ont effectués. Ainsi en a décidé le dernier Conseil des ministres.

En effet, avec le gouvernement de la Rupture qui a une profonde aversion pour le clientélisme, il est envisagé plusieurs audits dont un dans le domaine de la passation des marchés publics et ordres de paiement. « Dans le but de clarifier les opérations récentes de passation de marchés publics, le conseil a décidé de la suspension de certains marchés de travaux d’infrastructures en vue d’une expertise appropriée et de faire le point des garanties souveraines. De même, le Ministre de l’Economie et des Finances a été instruit pour faire le point des Ordres de paiement en vue de clarifier les différentes situations », précise le point 2 du communiqué. A l’idée de répondre des surfacturations et autres actes de décaissement fantaisistes, une sorte de frisson glacé envahit ces cadres, notamment les Directeurs des ressources financières et du matériel (Drfm) qui ne sont que des âmes damnés de leurs supérieurs hiérarchiques que sont les Dg de sociétés d’Etat et les ministres de tutelle. C’est pourquoi, ces derniers jours, ils sont nombreux à avoir les mains colées aux mentons en signe de désespoir. Certains, très au fait des pratiques charlatanes, défilent chez les féticheurs, afin de « gbasser », comme on le dit vulgairement, les auditeurs qui oseront trouver des défaillances dans leur gestion des ressources de l’Etat. Comprenant que l’ex magnat du coton et son équipe de technocrates ont annoncé les couleurs de ce que le règne de la gabegie entretenu par Yayi Boni et les Fcbe n’auront, désormais, plus droit de cité, d’autres, curieusement, sont devenus de vrais chrétiens qui ne ratent plus les veillées de prières. On les voit dans les administrations avec des chapelets en mains, récitant 100 fois « notre Père qui est aux cieux » et « je vous salue Marie ». C’est cela la triste réalité. Mais une chose est sûre, Dieu ne saurait exaucer leurs prières, puisque lorsqu’ils bouffaient ils ne l’ont pas associé. Avec ces audits qui sont aussi annoncés à la Présidence et dans certains postes diplomatiques comme ceux de Washington, c’est maintenant qu’on verra la nudité de la poule.

Joël Samson Bossou


 

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

2 COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE