Ouverture de la 3ème session extraordinaire de 2016 : Report pour faute...

Ouverture de la 3ème session extraordinaire de 2016 : Report pour faute de quorum

0
PARTAGER

Les députés de la 7ème législature n’ont pas pu ouvrir cette 3ème session extraordinaire pour faute de quorum. Se référant à l’article 105 de la constitution, le président de la séance, le président de l’Assemblée nationale Adrien Houngbédji a dû renvoyer la séance pour le lundi conformément aux dispositions de cet article.

Ainsi, ce jeudi 4 août 2016 la 3ème session extraordinaire n’a pu s’ouvrir au Palais des Gouverneurs à Porto-Novo. Le quorum n’a pas été atteint. Seuls 31 députés ont répondu présents au sein de l’hémicycle lors de l’appel pour la vérification du quorum. Le président Adrien Houngbédji a dû renvoyer la séance au troisième jour conformément aux dispositions prévues à l’article 105 de la Constitution. Le dimanche prochain est le troisième jour et comme au Bénin on ne travaille pas le dimanche, le président a renvoyé la séance pour le lundi prochain. Cette session extraordinaire intervient suite à la demande du Gouvernement qui souhaite obtenir la ratification par le Parlement, de différents accords de prêts. Ces différents prêts sollicités auprès de divers fonds et banques internationaux, sont destinés au secteur de la microfinance et à la construction d’universités. Pour les quinze (15) jours que doivent durer cette troisième session extraordinaire, les députés de la 7ème Législature examineront pour ratification, cinq (05) accords de prêts dont le montant cumulé fait 116,435 milliards de francs CFA. Dans les détails, ils sont au total cinq projets de ratifications Il s’agit de : l’accord de prêt de la Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique (BADEA) d’un montant de 05 millions de $ US, soit 2,75 milliards de FCFA environ par rapport au financement de la deuxième ligne de crédit au profit du Fonds National de la Microfinance, celui de la Banque Islamique de Développement (BID) d’un montant de 30 millions de $ US, soit 16,5 milliards de FCFA environ relatif au financement de la deuxième phase du Programme Intégré d’Appui à la Microfinance (PIAMF II) et l’accord de prêt sur les ressources du Fonds de Solidarité Islamique pour le Développement (FSID) d’un montant de 20 millions de $ US, soit 11 milliards de FCFA environ relatif au financement de la deuxième phase du Programme Intégré d’Appui à la Microfinance (PIAMF II) sans oublier l’accord de prêt sous forme d’Ijara de la BID d’un montant de 12,70 millions de $ US, soit 6,985 milliards de FCFA environ relatif au financement du projet de construction de l’Université Polytechnique d’Abomey et de la deuxième phase du projet de construction de l’Université d’Agriculture de Kétou et l’accord de prêt sous forme d’Istisna’a de la BID d’un montant de 141,40 millions de $ US, soit 79,20 milliards environ relatif au financement du projet de construction de l’Université Polytechnique d’Abomey et de la deuxième phase du projet de construction de l’Université d’Agriculture de Kétou.

Kola Paqui


Matin Libre

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE