Ouverture de la 1ère session ordinaire de l’année 2016 au Parlement ;...

Ouverture de la 1ère session ordinaire de l’année 2016 au Parlement ; Les députés engagés pour accompagner les réformes de Patrice Talon

0
PARTAGER

C’est parti depuis mardi 12 avril, pour trois mois de travaux à l’Assemblée nationale avec en toile de fond les réformes politiques et institutionnelles chères au président Patrice Talon. Les activités ont été lancées à la faveur de la première session ordinaire de l’année 2016 par le président de l’institution parlementaire, Adrien Houngbédji devant des membres du gouvernement, des présidents des institutions de la République et des diplomates accrédités près le Bénin.

Une seule allocution a ponctué mardi 12 avril l’ouverture des travaux de la première session ordinaire de l’année 2016 exigée par l’article 87 de la Constitution béninoise et l’article 4 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Il s’agit de celle, conformément à la tradition, du président de l’Assemblée nationale. Dans son adresse à ses collègues à travers qui l’ensemble du peuple béninois, Adrien Houn-gbédji félicite le président de la République Patrice Talon pour sa brillante élection à l’issue de la présidentielle de mars 2016. Une élection au cours de laquelle le peuple béninois a une fois encore aux yeux du monde entier déjoué tous les pronostics les plus pessimistes. La quatrième alternance démocratique s’est opérée à la tête de l’Etat dans le respect du délai constitutionnel et au terme d’une élection ouverte, libre, transparente, crédible et pacifique, aux résultats non contestés.
«L’exception politique béninoise s’en trouve renforcée. Et c’est pour nous un motif de légitime fierté », se réjouit le président de l’Assemblée nationale Adrien Houngbédji. Il félicite tous les artisans de cette prouesse politique principalement le peuple béninois pour son attachement renouvelé aux valeurs de la démocratie, à la paix, à l’unité et à la cohésion nationale. Adrien Houngbédji n’occulte pas non plus les institutions de la République impliquées dans l’organisation et dans la gestion de l’élection présidentielle notamment la Commission électorale nationale autonome (Céna), la Cour constitutionnelle, la Haac, les Organisations de la Société civile, les observateurs nationaux et étrangers ainsi que même l’Assemblée nationale.

En effet, selon le président de l’Assemblée nationale, son institution y a aussi contribué de façon remarquable dans le succès de l’élection présidentielle de mars 2016 à travers le vote de la loi n°2013-06 portant Code électoral en République du Bénin. Laquelle loi a créé les conditions objectives de l’organisation d’une élection transparente et crédible au Bénin et ce grâce aux trois innovations majeures telles que l’institutionnalisation d’une Céna permanente, la création et la fixation des centres de vote par la loi ; la compilation des résultats de chaque arrondissement en présence des représentants des candidats sous la supervision d’un coordonnateur désigné par la Céna.

Mettons-nous au travail !

La page de l’élection présidentielle tournée avec l’investiture du nouveau chef de l’Etat, le président Adrien Houngbédji invite ses collègues députés à s’atteler à la mission à eux assignée par le peuple à savoir : être de bons législateurs et être d’actifs contrôleurs de l’action gouvernementale. Car, les défis du nouveau gouvernement sont nombreux. Ils ont essentiellement trait au délitement des valeurs morales et sociales, à la grande vulnérabilité du système partisan, à la réécriture de la Constitution béninoise, à la lutte contre le chômage des jeunes, aux faibles performances de l’économie et à la nécessité de construire une administration de développement.

Le président de l’Assemblée nationale ajoute à ces défis qui attendent le nouveau régime, l’inadéquation du système éducatif, l’insuffisance de la couverture médicale et à la montée en puissance de l’insécurité. Adrien Houngbédji épouse toutes ces réformes institutionnelles et politiques surtout celle relative à la refonte du système partisan qui figure d’ailleurs en priorité dans l’agenda de la 7e législature. «Sans une réforme d’envergure, le risque est grand de voir notre classe politique disparaître progressivement et à jamais», alerte le président de l’Assemblée nationale. Adrien Houngbédji estime urgent de trouver au système partisan béninois des solutions qui donnent plus de sens à la démocratie. Il a assuré du soutien de l’Assemblée nationale à accompagner le gouvernement dans l’aboutissement heureux de ces réformes tout comme les 62 dossiers inscrits à l’ordre du jour de cette première session ordinaire de l’année 2016. « Mettons-nous tous ensemble au travail, pour que la 7e législature de l’Assemblée nationale et la 1ère session qui s’ouvre sous une ère nouvelle jouent un rôle déterminant dans les mutations qui projettent notre pays vers la prospérité», lance le président Adrien Houngbédji¦

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE