Nouvelle découverte de cocaine dans un conteneur au Port :Il n’y avait...

Nouvelle découverte de cocaine dans un conteneur au Port :Il n’y avait donc pas complot 

0
PARTAGER
Le trafic de drogue prend une allure inquiétante au Bénin. La dernière prise, il y a quelques jours dans un conteneur d’Indo-Pakistanais au Port de Cotonou trois semaines après le cas du cas de la société COMON SA en dit long…
 
 Procès d’intention, accusations gratuites et manipulations politiques ont été cocktail servi au Béninois dans cette affaire de découverte de 18 kilogrammes de cocaïne dans un conteneur de la société COMON SA de Sébastien Ajavon. Mais en effet, le problème est plus profond.  C’est la dernière prise au Port de Cotonou dans un conteneur d’un commerçant étranger qui montre qu’il y a une tendance à faire du Bénin une plaque tournante ce trafic illicite dans la sous-région ouest africaine. Il faut souligner qu’une fois encore, le conteneur contenant le produit prohibé vient du Brésil comme c’est le cas de celui du cas de la société COMON SA . Avec la sortie du Procureur de la République mardi dernier sur cette arrestation, on comprend aisément c’est dans un containeur unique venant de ce pays d’Amérique latine, comme il y trois semaines ce n’était que deux conteneurs venant de ce même pays. Sans tirer aucune conclusion ou préjuger de quoi que ce soit on peut faire remarquer que les  destinataires de ces conteneurs n’ont pas  l’habitude d’en faire venir par unité ou paire des lieux d’importation  de leurs marchandises.
        En plus de cet aspect troublant des choses c’est que c’est toujours suite à une information de la Direction des services de liaison et de la documentation (DSLD) que le produit prohibé n’a pas pu échapper aux forces de sécurité portuaire.
La DSLD, il faut le rappeler d’ailleurs, est partie prenante de l’Unité mixte de contrôle des conteneurs (UMCC) et travaille en parfaite intelligence avec les autres composantes. Et, de par ses missions régaliennes, ce n’est pas surprenant qu’elle obtienne des renseignements, soit sur place ici, soit venant de l’extérieur; et qu’elles les reversent aux autres composantes de l’UMCC pour les besoins de recherche de produits prohibés.
En outre, cette nouvelle prise, dans des conditions quasi identiques, renseigne que certains opérateurs économiques entendent faire du port de Cotonou, une plaque tournante du trafic de drogue. Il faut donc se réjouir de l’efficacité du dispositif de sécurité du port de Cotonou.
De même, cela fait ressortir qu’il est trop facile de voir des mains politiques derrière une prise de drogue.
 
Manfoya HOUNGUE


pressej.info

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE