Nouveaux avantages aux DC, SG et adjoints des ministères : Les raisons...

Nouveaux avantages aux DC, SG et adjoints des ministères : Les raisons qui ont motivé le décret

0
PARTAGER

Depuis qu’il a été rendu public, le décret n°2016-024 du 11 Février 2016 portant régime indemnitaire applicable aux directeurs de cabinets des ministres, aux secrétaires généraux des ministères et à leurs adjoints est source de polémiques. Surtout par ces temps d’élection présidentielle, une récupération politique est vite faite. Et pourtant, ce document qui donne des avantages à une classe de cadres de l’administration publique n’est que la réparation d’une injustice vieille de près de 50 ans.

Ces hauts responsables bénéficiaient jusque-là des indemnités fixées par un décret de 1959. Depuis cette période coloniale, rien n’a changé dans leur traitement. Les directeurs de cabinets par exemple perçoivent toujours 15.000 F pour indemnités de logement, 3.750 F pour l’eau, 26.250 F pour l’électricité et 15.000 F pour le téléphone.

C’est ainsi que suite à des doléances, la procédure de revalorisation de leurs indemnités a été engagée en 2008. Mais au regard des contingences économiques et sociales, la procédure n’a finalement abouti qu’en 2013. C’est en 2013 que la communication a été coprésentée en conseil des ministres par les ministres en charge de la fonction publique et des finances après l’avis favorable de la direction générale du budget. Ce n’est que suite à cette étape que la procédure de signature du décret a été amorcée pour s’achever le 11 février 2016.

Contrairement aux polémiques bien orchestrées, l’incidence budgétaire de ce documentaire ne fait que quelques millions qui seront payés aux ayants droit selon les disponibilités budgétaires.

Parlant de bénéficiaires, il est évident qu’eux tous ne sont pas aujourd’hui dans le camp du candidat que soutient le Chef de l’Etat. Ils sont nombreux à avoir travaillé avec d’autres candidats et à tourner dos au Chef de l’Etat et à son camp. Ce qui prouve que cela ne peut être un moyen de financer la campagne d’un quelconque candidat.

D’ailleurs, le décret ayant été pris le 11 février, il n’est pas possible que toutes les opérations soient effectuées pour que les paiements commencent en mars ou en avril. Il faudra encore du temps pour que les bénéficiaires introduisent leurs dossiers et suivent tout le processus qu’il faut.

Cet acte qui remet certains cadres dans leurs droits ne peut non être pris pour une patate chaude pour le prochain régime étant donné que les paiements doivent être faits selon les disponibilités budgétaires.

M.M

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE