Nouveau Départ : quelle place pour les intrigues de couloirs dans l’aboutissement...

Nouveau Départ : quelle place pour les intrigues de couloirs dans l’aboutissement des réformes institutionnelles ?

1
PARTAGER

Le parlement béninois est un haut lieu de politique ; je dirai de politique politicienne. En effet, jusqu’à une époque récente, ils s’y développent des pratiques qui font partie de celles dont le nouveau départ s’engage à éradiquer.

Au nombre de ces pratiques, nous avons le marchandage des députés. Et comme disait l’autre, chaque député a un coût auquel il peut accepter se faire acheter. S’il faut par exemple cent millions pour que tel député accepte d’orienter son vote au parlement ; il en faut davantage à tel autre pour le faire fléchir.

Ainsi, l’argent circulait abondamment dans les couloirs du parlement quand un projet de loi très sensible pour le gouvernement doit faire objet de débat en plénière. Le plus frondeur des députés, le redoutable Débourou était l’homme de confiance du président Boni Yayi qui gardait la bourse et administrait la distribution des sous, selon un témoignage de l’honorable Azannai.

Selon les propos du même député, les honorables députés de la mouvance présidentielle gagnaient par ce procédé deux millions de francs CFA par mois en dehors des salaires, primes et autres avantages qui leur revenaient de droit.

C’est ainsi que les choses se déroulaient au parlement du moins lors du premier mandat du président Boni Yayi. C’est ce qui justifie d’ailleurs le fait qu’on entend parfois des honorables députés mener des argumentaires qui sortent de l’entendement.

Nous espérons que dans sa détermination à faire aboutir ses différentes réformes institutionnelles, politique et constitutionnelle, l’actuel locataire de la Marina ; promoteur du Nouveau Départ, n’aura pas recours à ce procédé dont certains députés seront nostalgiques pour atteindre son objectif encore qu’il fut à l’époque selon certaines confidences ; le bailleur de fonds qui permettait au président Boni Yayi de payer ces primes parallèles de fidélité à ses députés.

En tout état de cause, le contexte socio politique actuel est largement favorable pour que les réformes aboutissent sans difficultés. En effet, le président Talon à l’avantage que l’ensemble des réformes dont il est porteur est partagées par le peuple béninois et par l’ensemble de la classe politique dont les honorables députés qui ne prendront pas le risque d’aller contre ces réformes au point d’en subir la sanction en 2019. C’est donc aussi la rupture par rapport aux intrigues de couloir dans l’Assemblée Nationale.

Benin web TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE