Nouveau départ : le mandat unique à l’épreuve de la jurisprudence et...

Nouveau départ : le mandat unique à l’épreuve de la jurisprudence et du fâ.

0
PARTAGER

Le président Patrice Talon fait de son mandat, un mandat de rupture et de réformes. Rupture avec le mode de gouvernance et rupture avec certaines pratiques qui freinent l’émergence du pays. Mais en même temps un mandat de réforme constitutionnelle, institutionnelle et administrative. Au chapitre des réformes constitutionnelles, le mandat unique occupe une place de choix.

En effet, tout au long des campagnes pour l’élection présidentielle de Mars 2016 ; le candidat Talon a répété à maintes reprises qu’il vient pour un mandat unique de cinq an. Mais cette proposition diversement appréciée par la classe politique rencontrera certainement quelques difficultés dans sa mise en œuvre.

En effet, le mandat unique pour devenir une réforme réussie doit passer au niveau de trois filtres. D’abord au niveau de l’Assemblée nationale où il fera certainement objet de débat houleux tant beaucoup d’acteurs politiques estiment que le second est l’occasion pour le peuple de donner son appréciation par rapport à la gestion d’un président.

Le second obstacle qui se dresse devant le mandat unique est la jurisprudence de la cour constitutionnelle qui fait du nombre de mandat un article de la constitution non révisable. Ainsi, la réforme sur le mandat unique ne peut se faire soit que par revirement jurisprudentielle de la cour constitutionnelle ou par référendum pour faire évoluer la jurisprudence. Ce n’est donc pas un obstacle infranchissable même si je ne dis à l’instar de Jacques Ayadji que le peuple est souverain et peut même supprimer une constitution s’il le désire.

Par ailleurs, un autre obstacle cette fois ci métaphysique se dresse également sur le chemin du mandat unique. Il s’agit de la prévision du fâ qui estime que le président Talon ne saurait faire un mandat unique sans devenir impopulaire et que ses plus grandes réalisations seraient au cours du second mandat. Cette révélation est faite sur la chaine de radio Diaspora fm par Dagbo Hounon Doudédji.

Mais compte tenu du fait que le mandat unique est un engagement pris devant le peuple souverain et devant les soutiens de la coalition de la rupture, le président Talon à l’obligation de jouer de tout son poids pour que cette réforme ne finisse point à la Macky Sall au Sénégal.

Benin web TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE