Mise en oeuvre de la décentralisation: »380 milliards pour les commes »...

Mise en oeuvre de la décentralisation: »380 milliards pour les commes » rassure Koupaki

0
PARTAGER

Le chantre de la Nouvelle Conscience, Pascal Irénée Koupaki a été hier mardi 1er marvité de l’émission ‘’Moi Président ‘’ de la télévision nationale. Il a fait part de ses ambitions pour le peuple béninois qu’il se dit déterminé à soulager s’il gagne la bataille présidentielle. Et cela commence déjà selon ses explications par la mise en oeuvre effective de la décentration. A ce sujet d’ailleurs, Pascal Irénée Koupaki promet 380 milliards de Francs CFA aux communes. Il n’a pas manqué à cette même occasion, de mettre l’accent sur la réforme de l’administration, l’éducation, le transfert des ressources aux communes et l’assainissement des finances publiques. Pour Pascal Iréné Koupaki, le Bénin dispose des cadres compétents et des ressources nécessaires pour un développement harmonieux.

Né le 18 mai 1951, Pascal Irénée Koupaki est un statisticien de formation et est diplômé dans la gestion des finances et du crédit. Après ses expériences dans le monde financier de la BCEAO et dans différents cabinets, il en a fait de même dans la gestion de la chose publique à la tête de trois différents ministères en 7 ans, sous Boni Yayi. Ainsi, comme il l’a su souligner au cours de l’émission, c’est en tirant leçon de ce qui n’a pas marché dans le gouvernement du Changement puis celui de la refondation qu’il a mis sur pied l’école de la Nouvelle conscience. A en croire ses propos, les différentes couches de la société béninoise feront l’école de la nouvelle conscience après le 06 avril afin de se réinculquer les valeurs culturelle, éthique et morale. Makandjou Pascal JeanIrénée Koupaki a aussi déploré la force de l’argent dans la société béninoise. Il pense également revoir le système partisan et remettre le pays au travail car dit-il, « le Bénin a des cadres compétents et les ressources nécessaires pour le développement du pays » . « Et, pour y arriver, il faut partir de l’exemple » poursuit-il, citant son propre cas, à l’occasion de son passage à la tête des trois ministères dont il a eu la charge sous le régime Yayi. Parlant des institutions de la République, le candidat de la nouvelle conscience entend revoir le mode de désignation de leurs responsables et la formation du Conseil

Supérieur de la Magistrature. Et pour mettre un terme à la mal gouvernance qui est décriée tout le temps, Koupaki pense instaurer dès sa prise de service un dialogue national sur la question afin de recueillir les aspirations de tous et de chacun pour un Bénin nouveau. « Le système éducatif actuel n’est pas béninois » affirmera-t-il par ailleurs, proposant l’introduction des savoirs endogènes, basés sur l’éthique et la morale. « L’école du Bénin nouveau, ce n’est pas une introduction des langues nationale mais l’acquisition du savoir dans les langues locales » a précisé l’ancien premier ministre.

« Nous allons transférer 25% du budget national aux communes »

La question du transfert des ressources aux communes a été son chou gras. Le candidat a précisé que l’Etat n’a rien à voir dans la gestion des marchés. « Nous allons assurer 25% du budget national aux communes et faire en sorte que la gestion des fonds ne soit pas faite à distance. C’est pour cela qu’il nous faudra une direction départementale des finances publiques et des contrôles de l’Etat, etc… dans chaque département afin d’éviter la déperdition des ressources qui s’observe de nos jours,» expliquera le natif de Kpomassè. Pascal Koupaki a dans son projet de société exploré huit pôles agricoles au Bénin et pense gérer les projets agricoles par des agences de développement régional. Parlant du dialogue social, l’homme a eu à faire l’expérience et pense qu’avec les syndicats, « il faut un langage de vérité et du respect mutuel ». Aussi l’homme a eu le temps de parcourir tout le Bénin, cherchant à connaître les réalités de chaque localité, ce qui lui permet de dire aisément qu’il a la solution aux problèmes peuple béninois. Il dit l’avoir exposé dans le projet de société qu’il a conçu avec le peuple béninois.

Yannick SOMALON

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE