Mémoires sur la présidentielle de 2016:Les témoignages de Tévoédjrè en mai

Mémoires sur la présidentielle de 2016:Les témoignages de Tévoédjrè en mai

0
PARTAGER

L’ancien médiateur de la République, le professeur Albert Tévoédjrè, publie bientôt un ouvrage sur l’élection présidentielle de 2016. Il sera édité par les » Editions Tundé » et disponible dès le 13 mai 2016.

« Un peuple sans mémoire est un peuple sans âme. » L’élection présidentielle de mars 2016 au Bénin est un scrutin riche d’enseignements. Albert Tévoédjrè, du haut de ses 85 ans, y a pris une part très active. Après l’entrée en fonction du nouveau régime, il entend partager avec ses compatriotes et pour la postérité son témoignage de « Chrétien engagé » dans le combat du peuple béninois pour un « Nouveau Départ ».

Ce témoignage du professeur Tévoédjrè, rebaptisé Frère Melchior, est préfacé par Mgr Barrigah, président de la Commission nationale « Vérité, Justice et Réconciliation » au Togo. Le document sera publié le 13 mai 2016, jour anniversaire du décès du Cardinal Bernardin Gantin dont l’une des pensées fortes était :  » Nul n’est plus grand que son pays ». Le petit livre sera édité par les » Editions Tundé » et disponible dès le 13 mai 2016. L’initiative de la publication de ce petit livre provient du fait que les scrutins des 6 et 20 mars 2016 ont déjoué toutes sortes de pronostics. A ce propos, le « chrétien engagé » réitère ce qui suit : « Il apparaît aujourd’hui à la plupart des observateurs que les résultats de la dernière élection présidentielle au Bénin défient toute prévision fondée sur la fortune, la puissance institutionnelle et les plus solides appuis internationaux. » Alfred Sauvy, Professeur au Collège de France, avait enseigné que « l’opinion publique est souvent une force politique. Et cette force politique n’est inscrite dans aucune Constitution. » Elle est tributaire d’un fond de culture souvent ignoré par les analystes. Le Frère Melchior rappelle que les premiers mots du « Credo » des chrétiens s’énoncent : « Je crois en un seul Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, de l’univers visible et invisible … » Il en déduit sur la base de ses expériences qu’au Bénin, la culture fondée sur l’univers invisible est intensément vécue. L’opinion publique en est tributaire. « Dans les grands événements affectant la société, le recours aux forces de l’esprit est une arme de salut public qui vient de prouver sa parfaite efficacité », révèle l’octogénaire. « C’est ma profonde conviction et l’indication, selon moi, d’une rationalité de la foi en ce « Dieu, le père tout puissant… », fortement sollicité. Il agit, confond les superbes, élève les humbles », renseigne Albert Tévoédjrè. Dès lors, son mémoire sur la présidentielle de 2016, dont les résultats échappent la science classique, porte le titre évocateur « Ici, c’est le Bénin ». Ce Bénin berceau des cultes endogènes, ce Bénin dont les fils sont croyants, ne s’affrontent que par les idées et s’entendent sur l’essentiel.

J-C K

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE