Médiateur de la République :baisse drastique du budget 2017

Médiateur de la République :baisse drastique du budget 2017

0
PARTAGER

Comme ses pairs des autres institutions de la République, Joseph Gnonlonfoun, Médiateur de la République est passé lui aussi devant la commission budgétaire de l’Assemblée Nationale ce lundi 21 Novembre 2016 pour exposer la prévision financière de son institution pour l’année 2017. Chose curieuse, c’est une nette régression  du budget que l’on note comparativement à celui de 2016.

 

Avant  son exposé devant les honorables députés quant au projet du  budget de l’année 2017, le Médiateur de la République s’est d’abord attelé à rappeler la loi qui crée l’institution. A ce niveau, il se réjouit  de la nécessité de l’existence de cette institution reconnue par les parlementaires. Abordant alors le point des dépenses à effectuer courant l’année 2017, plusieurs députés se sont étonnés du montant annoncé. Le montant du budget est de 339.308.000 Fcfa contrairement au  budget initial du Médiateur de la République pour 2016 qui était d’un montant de 549.986.000 Fcfa. Il se pose alors la question de savoir comment en est-il arrivé à ce chiffre si bas pour la mission à accomplir en 2017. Face à cette baisse drastique du budget, plusieurs députés se sont engagés à plaider pour l’institution auprès du gouvernement pour des amendements. Pour rappel, le budget du Médiateur de la République avait été revu à la baisse  de 345.000.000 Fcfa environ lors du collectif budgétaire, ce qui implique qu’avant  de confectionner le projet de budget 2017, le gouvernement  aurait dû partir du budget initial de 549.986.000 Fcfa. Lors du débat, les députés  ont aussi estimé que le Médiateur de la République ne se fait pas  assez suffisamment connaître. ‘’Je leur ai rappelé que nous sommes actuellement en session. Le problème de la méconnaissance du Médiateur de la République ne relève pas tellement de nous. C’est parce que nous n’avons pas assez suffisamment de moyens. Et puis nous avons des délégations régionales. Il y a la délégation régionale de Natitingou, la délégation régionale du Borgou, et la délégation régionale de Lokossa. Il faut des moyens pour que ces délégations se développent et travaillent de façon autonome. J’ai la confiance que le gouvernement et l’Assemblée nationale feront quelque chose pour qu’on puisse augmenter notre budget’’, a expliqué Joseph Gnonlonfoun.

Charles HONVOH


pressej.info

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE