Mauvais calcul politique dans le camp de la mouvance:Chronique du K.o à...

Mauvais calcul politique dans le camp de la mouvance:Chronique du K.o à la défaite

0
PARTAGER

Le candidat de l’alliance républicaine, Lionel Zinsou, a fini par courber l’échine devant le candidat de la rupture, Patrice Talon, à l’occasion du second tour de la présidentielle. Et pourtant, il avait bénéficié d’un grand soutien de partis politiques qui lui faisaient croire qu’il remporterait le scrutin dès le premier tour. Erreur !

Au lieu du K.o annoncé au profit de Lionel Zinsou, c’est finalement à une défaite que les Béninois ont assisté. En effet, Lionel Zinsou était le candidat imposé par le président Yayi Boni aux Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) pour la présidentielle de 2016. Les Fcbe représentaient en 2015 la première force politique qui a obtenu 33 députés à l’occasion des législatives. Elles contrôlent plusieurs mairies à l’issue des élections communales et municipales. Grosso modo, les Fcbe sont créditées de 40% de l’électorat. Dans la stratégie de conquête du pouvoir par la mouvance, le candidat Lionel Zinsou qui a arboré les couleurs des Fcbe est entré en alliance avec le Parti du renouveau démocratique (Prd), qui représente environ 20% des électeurs. La Renaissance du Bénin (Rb) de Léhady Soglo qui pèse 15% de l’électorat, a fait front avec les Fcbe et le Prd pour porter la candidature de Lionel Zinsou. La somme algébrique de ces trois forces politiques dénommées alliance républicaine donne 75% de l’électorat béninois. Alors, les militants de ces partis brandissaient le Knock-out (ko) dès le premier tour au profit du candidat Lionel Zinsou. Mais, c’est sans tirer leçon de l’expérience de l’Union fait la nation qui, comptant sur sa suprématie numérique théorique, espérait en découdre avec le président sortant Yayi Boni, candidat à sa propre succession en 2011. C’est aussi sans compter avec la détermination du peuple opprimé par les méthodes de gestion du président Yayi Boni qui l’attendait au rendez-vous électoral pour le sanctionner. L’alliance républicaine n’a donc pas été un bon tremplin pour le candidat Lionel Zinsou qui pouvait encore mieux faire, si le président Yayi Boni n’avait pas aggravé la situation en stigmatisant en pleine campagne électorale, les concurrents de Lionel Zinsou. En conclusion, Lionel Zinsou arrive au terme du premier tour avec seulement 28% des suffrages exprimés sur les 75% espérés. Il finit la dernière partie face à Patrice Talon avec 35%. L’échec a été à la hauteur des provocations de Yayi Boni.

La valse de défections au sein des Fcbe

Lionel Zinsou a défendu les couleurs de l’alliance Fcbe qui était vidée de son contenu. Car, si les Fcbe représentent 40% en 2015, elles ne pesaient plus le même poids en 2016. Le score de Lionel Zinsou est suffisant pour justifier cet état de choses. Qu’il soit rappelé dans ce sens que les Fcbe ont connu des défections au lendemain des élections législatives des députés. Car, des députés élus sur la liste des Fcbe n’ont pas approuvé le choix de la personne de Komi Koutché désigné par le président Yayi Boni pour être le candidat de l’alliance pour la conquête du perchoir. Le député Marcel Alain de Souza fait partie de ceux-là. Pour l’honneur, il s’est porté au Parlement annulant ainsi, de par sa présence, la procuration qu’il avait délivrée à un de ses collègues députés Fcbe. La crise interne venait de commencer. Karimou Chabi Sika, ancien député et membre influent des Fcbe à Tchaourou, est aussi tombé en disgrâce avec son cousin Yayi Boni. Le député tonitruant , Rachidi Gbadamassi de Parakou, avait certainement pris des précautions secrètes de repartir des Fcbe comme il y en est venu en 2009. Il n’attendait que le bon moment que le président Yayi Boni lui a offert en novembre avec l’imposition du candidat Lionel Zinsou aux Fcbe. Azizou El Hadj Issa et Nassirou Bako Arifari, tous deux de la première circonscription électorale, ont pris leur distance des Fcbe à la veille de la présidentielle. Par ailleurs, l’émergence du leader de l’Alliance pour un Bénin triomphant, Abdoulaye Bio Tchané, a réduit les velléités des Fcbe dans les départements de l’Atacora et de la Donga. Or, c’est bien le septentrion qui constitue le fief des Fcbe. Il découle de ce qui précède que les Fcbe ne pouvaient plus réaliser les mêmes performances qu’en 2015.

L’apport insignifiant du Prd et de la Rb

Les reports de voix du Prd pour le candidat Lionel Zinsou n’ont pas été réalisés au taux escompté. A l’issue du premier tour, la performance du Prd pour Lionel Zinsou était en deçà des scores habituels. Au second tour, la situation s’est empirée. La moitié des électeurs du Prd a préféré le candidat de la rupture, Patrice Talon. Mais le plus minable des scores des composantes de l’alliance républicaine, a été réalisé par la Rb. Dans la 16ème circonscription électorale où la Renaissance du Bénin a coutume de damer le pion à ses adversaires, il était attendu que le candidat Lionel Zinsou puisse se tirer d’affaires. Mais à l’arrivée, c’est Patrice Talon qui a ravi la vedette à Lionel Zinsou avec un score très écrasant. Dans les départements de l’Atlantique et du Zou, qui sont les autres fiefs électoraux de la Rb, le candidat Lionel Zinsou a été laminé par les performances de Patrice Talon. En définitive, le casting effectué par ces deux partis qui sont entrés en alliance avec les Fcbe dans l’ombre du président Yayi Boni, s’est révélé une illusion d’esprit. A la lecture des résultats, Lionel Zinsou a réalisé ses meilleurs scores dans plusieurs communes des départements du Borgou, de l’Alibori et des Collines. Il s’agit des départements qui ont le plus bénéficié des faveurs et largesses des gouvernements de Yayi Boni. L’échec de Lionel Zinsou, tel une débâcle d’une équipe sportive à une compétition internationale, n’est que la conséquence de la gestion décriée du président Yayi Boni par le peuple béninois.

Jean-Claude Kouagou

Actu Bénin

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE