Accueil Politique

Marche du Front pour un sursaut patriotique : Talon dans la posture d’un fin démocrate  

0
PARTAGER
Le Front pour un sursaut patriotique a battu, hier jeudi le macadam à travers l’itinéraire Bourse du travail – Carrefour Saint Michel – Etoile rouge ; ceci conformément au communiqué de la présidence qui rapporte celui du préfet Modeste Toboula. La marche a donc eu lieu grâce au sens de l’Etat, grâce au sens démocratique du Chef e l’Etat, Patrice Talon qui n’entend pas empêcher un autre son de cloche sur sa gestion de l’Etat.
 
Contre toute attente, alors que les différentes parties membres du Front pour un sursaut patriotique, signataires de la motion de la marche pacifique bandaient déjà les muscles pour affronter l’interdiction du préfet Modeste Toboula, le Chef de l’Etat, Patrice Talon a remis la balle à terre. Les membres du front battu le macadam à travers la ville de Cotonou, même contrairement à l’itinéraire qui a circulé sur les réseaux sociaux. Bien cadrés par la police nationale, ils ont exprimé leur mécontentement, même si le tollé suscité sur les réseaux sociaux n’a pas porté son fruit. La faible mobilisation remarquée est le signe que les différentes revendications n’ont pas rencontré l’adhésion des populations.
A travers cette manifestation, c’est la démocratie béninoise qui sort grandie. Par sa décision, le Chef de l’Etat, à étouffer dans l’œuf, le risque de perturbation d’une contre marche programmée par le Front citoyen. L’interdiction de leur marche cadre parfaitement avec la décision du Président de la République, farouchement contre le culte de la personnalité, un fonds de commerce jadis adopté par les partisans du régime défunt.
 
La leçon de démocratie
 
C’est une grande leçon de démocratie et de dignité que le président Talon vient de prouver à ses détracteurs. Il aurait pu se considérer plus important que tout le monde, comme le faisait son prédécesseur, allant jusqu’à dire qu’après Dieu c’était lui, que tous ses adversaires sont petits. Sous Yayi, cette marche n’aurait pas pu se tenir sans anicroche. Soit quand le préfet a interdit, c’est que c’est Yayi lui-même qui interdisait puisqu’il ne remettait jamais en cause les décisions de ses préfets allant dans ce sens. De fait, il aurait fait militariser les lieux de rassemblement pour empêcher la marche d’avoir lieu, voire la réprimer dans le sang.
En somme, la tenue de la marche fait moins de bruit que son interdiction. Le Chef de l’Etat, Patrice Talon a donc vu juste en demandant de laisser les membres du front s’exprimer. Ainsi, la marche a eu lieu et, demain déjà, on n’en parlera plus alors que, de l’interdiction, on aurait fait un plat de résistance pendant des jours. On en aurait fait un motif pour envoyer des gens faire le tour de médias internationaux aux seules fins de salir notre pays, de le traîner dans la boue au motif que les libertés publiques y sont menacées.
En agissant comme il l’a fait le mercredi dans l’après-midi, en faisant rapporter le communiqué d’interdiction du préfet, Talon se pose non seulement en démocrate, mais mieux encore en défenseur de l’image et des intérêts du Bénin à l’international.
 
Bill FAGNINOU


Source : pressej.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here