Manifestation des populations d’Agla contre le retard des cartes d’électeurs : Manipulation...

Manifestation des populations d’Agla contre le retard des cartes d’électeurs : Manipulation ou mouvement d’humeur ?

0
PARTAGER

Les manifestants d’Agla ont posé un acte attentatoire au climat de paix qui fait la fierté du Bénin depuis plus d’une vingtaine d’années. Les agissements d’hier sont peu réfléchis, surtout au regard des suspicions qui règnent en cette période électorale. Contrairement à d’autres départements, la distribution des cartes d’électeurs a démarré dans le Littoral, et ce n’est qu’une question d’organisation et de temps pour que les populations du 13e arrondissement soient servies. C’est en cela qu’à plusieurs égards, la révolte d’hier ressemble bien à une manipulation politique, et les sources ne sont pas si obscures. Fort heureusement, le professionnalisme de la police nationale a permis d’éviter le pire. Il serait criminel de se servir de l’alibi de l’indisponibilité des cartes d’électeurs pour déclencher la violence et faire régner le chaos. Dans cette histoire qui n’honore guère la classe politique, les candidats à l’élection présidentielle doivent chercher à tout prix, une réputation de paix. Il ne sert à rien de jeter de l’huile sur le feu. Et il y a un adage populaire qui dit : ‘’On sait quand ça commence, mais jamais quand ça finit’’. Il n’y a aucun prestige à être celui par qui le malheur survient.
Un test pour les candidats
Les candidats à l’élection présidentielle doivent démontrer en cette période électorale leur attachement à la paix, gage de la stabilité sociopolitique. Car, aucun projet de société ne peut être mis en œuvre si la paix manque à l’appel. Et pour paraphraser St Paul, on dira bien : ‘’ Quand vous aurez le don de prophétie, la science de tous les mystères et toute la connaissance, quand vous aurez même toute la foi jusqu’à transporter des montagnes, si vous n’avez pas la paix, vous n’êtes rien…’’. Talon, Ajavon, Koupaki, Bio Tchané, Zinsou et autres, chaque candidat doit travailler à calmer les esprits et inviter ses militants à des actes citoyens. Toute récupération politique de la confusion qui règne autour de la distribution des cartes d’électeurs est malsaine. Sinon, c’est préméditer la violence dans un pays où les habitants peinent à s’assurer leur quotidien. Une chose est d’avoir la carte d’électeur et une autre est de pouvoir exprimer son vote dans un climat apaisé. Les sages de la Cour constitutionnelle, plus haute juridiction dont les décisions sont sans recours, ont déjà livré leur verdict sur la base du consensus établi entre les candidats à l’élection présidentielle. Il revient aux acteurs impliqués dans le processus de continuer à jouer leur partition et d’éviter d’entretenir une polémique meurtrière. Il faut perpétuer donc cette tradition de paix qui fait la fieté du Bénin en matière démocratique tout en restant vigilant.
Isac A. YAÏ

aCotonou

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE