Malabo : Boni Yayi affiche une conception dictatoriale de l’alternance.

Malabo : Boni Yayi affiche une conception dictatoriale de l’alternance.

4
PARTAGER

A la tête d’une mission d’observation de l’Union Africaine en Guinée équatoriale, le président Boni Yayi sollicité par la presse dit que l’alternance est un phénomène qui peut parfois détruire l’espoir de tout un peuple. Il souhaite de ce fait que l’alternance dans nos démocraties africaines soit revisitée.

Cette conception étriquée de l’alternance au pouvoir qui trahit de façon manifeste quelque regret confirme définitivement que le président Boni Yayi nourrissait effectivement l’envi d’œuvrer pour se maintenir au pouvoir.

Par ailleurs, cette conception minimaliste de l’alternance au pouvoir souffre de profondeur dans la mesure où c’est le peuple qui décide en toute souveraineté la personne la mieux indiquée pour conduire sa destinée à une période bien définie.

En conséquence, tout chef d’état qui, dans l’exercice de sa fonction pense qu’il est une chance pour son peuple et qu’en dehors de lui, personne n’est plus à même e satisfaire les besoins de ce peuple prend déjà un élan de dictateur.

C’est sans doute cette conception du pouvoir qui a généré tout ce que nous avons eu cette année en grandeur comme parodie d’élection dans beaucoup de pays africain où des chefs d’état ayant accumulé plusieurs mandats tripatouillent la constitution de leur pays et se maintien au pouvoir comme la seule solution possible au bonheur de leur peuple.

En outre, tenir un discours d’un tel contenu en qualité de chef de mission d’observation dans un pays comme la Guinée Conakry où le président cumule mandat sur mandat sans savoir encore où s’arrêter, n’est pas faire preuve de sagesse.

 

Benin web TV

Commentaires

commentaires

Commentaires

commentaires

4 COMMENTAIRES

  1. Nous devons comprendre tous que Dieu sauve et il nous a sauv.Si non nous sommes mort car le vrai visage de l’homme.Merci Allah

  2. c’est l’homme lui mme sa.le peuple Bninois est bni. il est partir pour toujours au-revoir yayi,dictature au Bnin non et non on a le pouvoir de vous lir et de vous fait parti. s la dmocratie. prenner votre

  3. vous pensez que celui l mrite vraiment de conduire une mission internationale Dieu tu n’as pas fini aide nous a ce qu’il ne reprsente plus le Bnin quelque part pour qu’on dise c’est l’ancien prsident bninois car il reprsente une honte nationale par sa faon de percevoir la dmocratie

  4. je croyais que Malabo tait en Guine quatoriale et non pas en Guine Conakry!. Il est peut-tre temps, l’heure de la rupture, que nos journalistes fassent un peu plus preuve de srieux et prennent la peine de se relire. Impossible de lire un article dans son intgralit sans constater que le niveau a bien baiss. La pauvret de l’expression et les fautes grossires de grammaire, qui sont monnaie courante dans la plupart des journaux bninois, tmoignent d’un manque de rigueur et ne sont pas de nature inciter vos lecteurs vous faire confiance quant la fiabilit de l’information que vous publiez. cela dit, le prsident sortant ne semble pas avoir compris que, de par sa qualit d’ancien chef de l’tat, il est tenu d’observer une certaine retenue et que ce genre de dclaration, pour le moins saugrenue, ne le grandit pas. Daf Ajassa

LAISSER UN COMMENTAIRE